CYBERBOUTIQUE VOGOT

Des prix barrés TOUTE L'ANNEE

De nombreuses promotions vous attendent

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT VOGOT

VOGOT

Le réveil des sens

VOGOT

Réduire le risque d’allergie avec des acides gras oméga-3

  • Par vogot
  • Le 04/04/2018
  • 0 commentaire

De hauts niveaux d’acides gras oméga-3 chez les enfants de 8 ans sont associés à un risque réduit d’asthme ou de rhinite à l’âge de 16 ans. 

De nombreux facteurs de risques sont connus comme la pollution de l’air, l’exposition à la fumée secondaire pendant la petite enfance, le délaissement de l’allaitement, l’aseptisation de l’environnement et … le déséquilibre oméga-3 / oméga-6

Image1 allergie

On sait depuis plusieurs décennies maintenant que l’alimentation occidentale fournit un excès d’acides gras oméga-6 et un déficit d’acides gras oméga-3. Le rapport entre les deux, qui devrait se situer entre 1/1 et 4/1, serait actuellement de 10/1 à 30/1. Autrement dit, notre consommation exceptionnelle d’oméga-6 (qu’on trouve surtout dans les huiles végétales et les aliments transformés) nuit à l’utilisation optimale des oméga-3 par l’organisme.

En effet, je ne le répèterai jamais assez, le peu d’acides gras oméga-3 apportés par l’alimentation entre en compétition avec les oméga-6 pour être assimilés correctement par l’organisme. Si les oméga-6 sont trop nombreux, ils monopolisent les enzymes, les vitamines (vitamines B3, B6 et notamment la vitamine E) ainsi que les minéraux (magnésium et zinc) nécessaires à l’absorption des oméga-3.

Rééquilibrer nos apports d’acides gras polyinsaturés

Ce déséquilibre favorise le développement des troubles cardiovasculaires et des maladies inflammatoires, mais aussi des maladies telles que l’asthme et les allergies. Il est donc urgent de rééquilibrer nos apports et de montrer l’exemple à nos enfants. Pour cela, il existe 3 solutions pratiques : 

  1. Augmenter l’apport d’acides gras oméga-3 (poissons gras, crevettes, graines de lin, graines de chia, graines de citrouille…).

  2. Réduire les sources d’oméga-6, et notamment les produits gras transformés, les volailles nourries au maïs ou au soja, la viande de porc et de nombreuses huiles végétales. 

  3. S’aider de suppléments d’oméga-3 contenant soit de l’acide alpha-linolénique (Omegaflor), soit de l'acide alpha-linolénique précurseur végétal de l’EPA (l’acide eicosapentaénoïque) et du DHA (l’acide docosahexaénoïque) (ALA), soit un mélange des 3 (OMÉGA 3 - EPA +).


La troisième option est devenue la plus fiable dans notre société moderne : avec la pollution aux métaux lourds, je vous recommande de ne pas consommer plus de deux portions de poisson par semaine. 

 

blog vogot effets alimentation consommer

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×