CYBERBOUTIQUE VOGOT

Des prix barrés TOUTE L'ANNEE

De nombreuses promotions vous attendent

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT VOGOT
Créer un site internet

VOGOT

Le réveil des sens

VOGOT

coronavirus

  • Vitamine D3, quelles synergies ?

    L'autre jour, un de mes amis me rapportait qu'en période de Coronavirus, l'intérêt indéniable de prendre de la vitamine D3 se faisait pressente.

    Je l'informais que cela était nécessaire mais qu'il devait envisager en parallèle une refonte complète de son hygiène alimentaire.

    Je perçu une forme de peur dans ses propos, car il aurait voulu beaucoup plus de prévention, quand je lui ai rappelé :«le mieux est souvent l'ennemi du bien».

    Dans un premier temps un rééquilibrage alimentaire peut être très efficace, mais pas du style « régime équilibré », ou les fameux « 5 fruits et légumes par jour », non, non, non, votre corps mérite mieux. N'oubliez surtout pas que vous n'en avez qu'un!

    Équilibré, certes, mais surtout dissocié, sinon à quoi cela sert-il de consommer tant de calories par jour, si c'est pour que votre corps dirige les nutriments vers la direction sortie "selles ou urine", sans que ceux-ci n'aient joué leurs fonctions premières?

    Et puis, travailler sur un certain nombre de calories par jour à consommer, c'est un peu comme essayer de jouer au cerf-volant un jour sans vent. Vous aller devoir courir!

    Donc pour en revenir à la vitamine D3, j'ai lu sur certains sites, qu'il fallait éviter d'en prendre associé à l'échinéacée. Cause première, l'orage ou tempête de cytokines. Tiens donc...

    J'ai même été grandement surpris de lire qu'en période de Covid-19, la prise de compléments alimentaires devait être stoppée. Et hop ! Solution radicale s'il en est.

    Bien entendu, à titre préventif, je vous déconseille fortement cela.

    Vitamine D: rôle fondamental

    La vitamine D a une action sur plus de 600 gênes au niveau des alvéoles pulmonaires. Le déficit en vitamine D semble contribuer au développement de la détresse respiratoire aiguë. Or la majorité de la population adulte manque cruellement de Vitamine D (Il faut la doser régulièrement). De plus la Vitamine D diminue la libération de cytokines inflammatoires, celles-là même qui provoquent les décès. Plusieurs chercheurs du monde entier ont montré que la supplémentation en vitamine D permettait de diminuer significativement les niveaux d’interleukine-6 (une cytokine pro-inflammatoire). Manquer de vitamine D est donc très certainement un facteur de risque d’inflammation excessive, y compris au niveau pulmonaire.

    En 2017 le BMJ (British Medical Journal) publie une nouvelle méta-analyse montrant que «la vitamine D protège globalement des infections respiratoires». Dans cette étude également il est mis en évidence que les fortes doses prises tous les mois ou tous les trois mois via des ampoules sont inefficaces. C’est malheureusement la forme de vitamine D la plus souvent prescrite par les médecins.

    Par ailleurs la vitamine D joue un rôle fondamental sur l’immunité. De plus, elle agit aussi en produisant des substances naturelles anti-infectieuses actives contre les virus.

    Les Alkyglycérols

    Les alkylglycérols sont des lipides-éthers présents naturellement chez l’être humain, dans la moelle osseuse, la rate, le foie et le lait maternel, c’est-à-dire dans les organes directement impliqués dans le système immunitaire.

    • Stimulent la production des anticorps, des leucocytes (dont les Lymphocytes B), des érythrocytes et des plaquettes

    • Aident à lutter contre les maladies infectieuses

    • Ont un rôle bénéfique dans les allergies, les rhumatismes, le psoriasis et les inflammations

    • Accélèrent la cicatrisation

    • Favorisent l’élimination des métaux lourds et des pesticides…

    D’autres stimulants immunitaires aident également comme l’Echinacée ou le Shiitaké …

    Comme vous pouvez le voir, la prise de compléments alimentaires est une nécessité absolue. Bien entendu il existe certains intérêts économiques laissant préférer d'autres solutions à visées médicales. David contre Goliath, mais qu'en est-il d’Hippocrate et de son serment?

    Vitamine D3 et synergies

    Étant donné que les journaux ne cessent d'en parler...

    Chacun connaît désormais le rôle essentiel de la vitamine D sur la santé.

    Mais savez-vous quels composés bénéfiques associer à votre cure de Vitamine D3?

    Plusieurs études ont montré que la vitamine D3 végétale est la forme la plus stable et la plus biodisponible pour l’organisme. Il est donc préférable de privilégier cette forme.

    Première synergie très intéressante : unir ses bienfaits à ceux du magnésium.

    Je vous rappelle que cet oligo-élément indispensable contribue à un métabolisme énergétique normal, joue un rôle dans la division des cellules...

    Choisissez un complément hautement biodisponible, comme Magnésium marin + vitamine B6.

    Par ailleurs, je vous conseille vivement d'associer vitamine D3 et Echinacea Purpurea & Angustifolia, comme démontré ci-dessus.

    Cette super-plante est connue pour contribuer au fonctionnement du système de défense de l'organisme.

    Choisissez plutôt un extrait d'échinacée, comme Echinacea Purpurea & Angustifolia.

    Enfin, vous avez tout intérêt à combiner la « vitamine du soleil » avec une autre vitamine moins connue du grand public :

    La vitamine K, qui contribue à la coagulation sanguine normale, au maintien d'os normaux, etc. Pour en bénéficier sous une forme des plus efficaces, optez pour l'Huile végétale de bourrache.

  • Astragale: LA plante de l'immunité à avoir chez vous

    Vous avez peut-être déjà entendu parler des bienfaits de l’astragale pour la santé ?

    Beaucoup d'entre vous me demandent quelle est la meilleure plante pro-immunité.

    Bien entendu, il n'existe pas de plante médicinale ultime, capable de répondre à tous vos besoins.

    La supplémentation, tout comme l'alimentation, est plus bénéfique quand elle est variée.

    Mais tout de même...

    De plus en plus étudiée, cette plante a suscité l’intérêt de la communauté scientifique en raison de ses nombreuses activités biologiques. En réalité, il faut savoir qu’il existe plusieurs milliers d’espèces d’astragales dont les caractéristiques et les propriétés sont très variables. Parmi ces nombreuses espèces, l’Astragalus membranaceus est connue depuis plusieurs millénaires pour ses vertus thérapeutiques.

    En effet, les propriétés médicinales de cette plante ont été décrites pour la première fois dans le Shennong bencao jing, qui n’est autre que le plus ancien ouvrage de pharmacopée chinoise. C’est pourquoi l’Astragalus membranaceus est une plante médicinale très réputée et très utilisée en Asie.

    Elle est préconisée dans de nombreuses situations, notamment dans le cadre de traitements contre des troubles cardiovasculaires, hépatiques, rénaux et dermatologiques ainsi que pour les patients cancéreux ou sidéens. Pour comprendre et confirmer le potentiel thérapeutique de cette plante, de nombreux chercheurs se sont intéressés à ses effets et à sa composition. Leurs travaux ont permis de confirmer les vertus médicinales de l’Astragalus membranaceus et de mettre en évidence de puissants principes actifs naturels.

    Si vous deviez choisir une plante en priorité pour booster vos défenses immunitaires... misez sur l'astragale.

    Utilisée depuis des millénaires, la racine d'Astragalus membranaceus est riche en composés actifs : polysaccharides, saponines, isoflavonoïdes...

    Astragale / Vente en Cyberboutique

    ... à l'origine de ses propriétés antivirales, immunomodulatrices et antioxydantes (toutes démontrées par la science).

    Cette plante vivace, source naturelle de bienfaits pour l'organisme, est ainsi employée pour :

    • stimuler le système immunitaire

    • prévenir le rhume, la grippe et les affections des voies respiratoires

    • revitaliser l'organisme et soulager le stress

    • protéger le système cardio-vasculaire

    • ralentir le vieillissement

    • réduire la leucopénie (l'insuffisance immunitaire), etc.


    Pour optimiser son action, je vous conseille également d'opter pour des compléments synergiques, comme :

    L’intérêt d’une supplémentation en Astragalus membranaceus

    Une étude in vivo pour évaluer les effets de l’astragale

    Malgré les nombreux usages thérapeutiques traditionnels de l’espèce Astragalus membranaceus, il existait jusqu’à présent peu d’études in vivo sur cette plante. C’est pourquoi une équipe de recherche américaine a voulu évaluer les effets d’une supplémentation en astragale chez l’Homme.

    Pour cela, cette étude a été menée auprès de plusieurs individus ne présentant pas de troubles connus. Tandis que ces derniers recevaient des doses différentes en Astragalus membranaceus, les chercheurs évaluaient différents paramètres dont la réponse en leucocytes, en plaquettes et en cytokines, ainsi que la température corporelle et la pression sanguine.

    Le pouvoir immunostimulant de l’Astragalus membranaceus

    Publiées en 2016 dans la revue Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, les conclusions de cette étude ont mis en évidence des résultats positifs. Les premiers effets constatés sont apparus quatre heures après la supplémentation, avec une augmentation des plaquettes circulantes. Les chercheurs ont également mesuré une augmentation significative de certains leucocytes, qui sont connus pour leur rôle essentiel dans la défense de l’organisme.

    Parmi ces leucocytes ou globules blancs, des monocytes, des lymphocytes et des neutrophiles sont apparus dans un délai de 8 à 12 heures après l’administration. De la même façon, les scientifiques ont observé un changement dynamique des taux de cytokines circulantes, comme le TNF-alpha, l’IL-6 ou l’interféron gamma.

    Ces éléments interviennent dans le système immunitaire, ce qui confirme le pouvoir immunostimulant de l’Astragalus membranaceus. L’intérêt thérapeutique de cette plante a d’ailleurs été confirmé par l’apparition de signes physiologiques comme une baisse de la pression sanguine ainsi qu’une élévation de la température corporelle. Ces deux phénomènes sont caractéristiques d’une activation du système immunitaire, d’où l’efficacité d’une supplémentation en Astragalus membranaceus pour améliorer les défenses naturelles de l’organisme.

    Une fraction active aux propriétés anti-inflammatoires

    Si l’activité immunostimulante de l’Astragalus membranaceus a été récemment confirmée, des propriétés anti-inflammatoires avaient été mises en évidence dès 2014.

    Une équipe de recherche chinoise est en effet parvenue à identifier et à extraire une fraction active de l’astragale. Les propriétés de cette fraction ont été évaluées en utilisant des cellules immunitaires spécifiques. Les chercheurs ont constaté que l’extrait d’astragale permettrait d’inhiber l’expression d’une enzyme spécifique : l’oxyde nitrique synthase.

    Celle-ci est impliquée dans la vasodilatation, un phénomène caractéristique de l’inflammation. En approfondissant leurs recherches, les scientifiques ont mis en évidence que la fraction active de l’astragale agirait sur de nombreuses molécules impliquées dans le processus inflammatoire, comme la cyclo-oxygénase-2, le NFκB, la prostaglandine E2, des régulateurs de la voie MAPK ou encore des cytokines comme l’IL-1β, l’IL-6 et le TNF-alpha.

    D’après les chercheurs, l’activité de ces molécules a été globalement réduite de moitié grâce à l’utilisation d’un extrait d’Astragalus membranaceus.

    Pour expliquer cette activité anti-inflammatoire, les auteurs de l’étude ont ensuite travaillé à l’identification des principes actifs de cette plante. Publiés dans la revue Phytotherapy Research, les résultats de leurs travaux ont mis en évidence 13 composés actifs dont 5 isoflavonoïdes et 8 saponines.

    L’activité de ces molécules pourrait expliquer les propriétés anti-inflammatoires de l’Astragalus membranaceus. Cette plante pourrait ainsi avoir un grand intérêt pour prévenir ou soulager des inflammations.

    Identification d’antioxydants naturels au sein de l’astragale

    En plus de ses propriétés anti-inflammatoires, l’Astragalus membranaceus présente d’autres atouts pour protéger l’organisme. Ses effets protecteurs ont d’ailleurs été confirmées par une étude parue en 2015 dans la revue scientifique spécialisée chinoise Zhongguo Zhong yao za zhi. Lors de leurs travaux, les chercheurs sont parvenus à confirmer le pouvoir antioxydant de trois principes actifs de l’Astragalus membranaceus : l’astragaloside IV, la formononétine et le groupe des calycosines.

    Astragale / Vente en Cyberboutique

    L’activité anxtioydante de ces molécules a été évaluée sur des cellules Chang Liver. Ces dernières constituent un genre de cellules du foie normales, auxquelles les chercheurs ont induit un stress oxydatif par ajout de H2O2. Pour suivre l’activité des principes actifs de l’astragale, les chercheurs ont analysé le taux de stress oxydatif en mesurant la quantité intracellulaire d’espèces réactives de l’oxygène (ERO), ainsi que l’expression du cytochrome P450 2E1.

    Aussi connu sous les initiales CYP2E1, ce dernier est considéré pour induire un stress oxydatif responsable de complications pour la santé. Après avoir confirmé la pertinence de leur étude grâce à un test contrôle, les chercheurs ont montré que les composants identifiés au sein de l’Astragalus membranaceus permettait de réduire le stress oxydatif, dont celui induit par CYP2E1.

    Par conséquent, les principes actifs de cette espèce d’astragale pourraient être particulièrement efficaces pour lutter contre les dommages causés par les radicaux libres.

    Ces études confirment le potentiel thérapeutique de l’Astragalus membranaceus. Ses propriétés antioxydantes, immunostimulantes et anti-inflammatoires lui confèrent un effet protecteur pour l’organisme. Une supplémentation en astragale pourrait ainsi permettre de prévenir ou de lutter contre certaines pathologies dont celles liées à l’âge. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’astragale est désormais utilisée dans la formulation de fortifiants et de suppléments anti-âge.

    Lire également: "Cortisol: Tout commence avec le stress", "Microbiote et niveaux de stress", "Des champignons au secours de votre système immunitaire", "Ail noir: Stimulez efficacement votre système immunitaire", "Défenses immunitaires : et si le virus était un ami?".

  • Comment se protéger naturellement du virus du COVID19 ?

    J'ai mis du temps avant d'écrire un article sur ce virus d'origine asiatique, bien qu'en Europe, il y a fort longtemps que le coronavirus affecte les poumons d'une certaine population sans que cela ne gène en rien le milieu médical. Je vais donc employer le terme de COVID19 qui fait référence au coronavirus déclaré en 2019.

    Comme vous avez dû le voir, tout ou presque (et parfois n'importe quoi) a été dit sur le coronavirus, mais en fait le coronavirus, qu'est-ce que c'est ?

    Avant de développer cet article, je vais vous donner quelques symptômes qui peuvent vous montrer si éventuellement, vous êtes infecté. J'emploierai parfois le conditionnel car rien n'est sur dans cette affaire !

    Quelques symptômes du coronavirus

    Tout d'abord, chez les malades atteints du COVID19, vous pourrez généralement observer l'un ou plusieurs de ces symptômes (signes primaires) :

    • Maux de tête ;

    • Fatigue ;

    • Courbatures...

    Viennent ensuite, deux ou trois jours après, les signes secondaires de cette infection respiratoire.

    • Toux ;

    • Douleurs thoraciques, gêne respiratoire ou autres signes d'infection respiratoire haute ou basse (la forme basse, plus grave, correspond au syndrome de détresse respiratoire aiguë).

    On parle également de pneumonie, un terme qui désigne l'infection aiguë des voies aériennes inférieures.

    Notez : Les symptômes du coronavirus, généralement, ressemblent beaucoup à ceux de la grippe et du rhume.

    Attention : si vous montrez quelques-uns de ces signes d'infection respiratoire, ne vous rendez pas chez votre médecin ou à l'hôpital, pour ne pas répandre davantage la maladie au sein de la population.

    Je vous conseille de contacter rapidement le 15 (le Samu, en France) ou votre médecin, qui vous indiqueront la procédure à suivre pour vous faire dépister. Le test consiste généralement à prélever des cellules nasales à l'aide d'un coton tige, afin de confirmer ou non la présence d'un brin d'ARN spécifique à ce coronavirus.

    Un virus contagieux

    Avec le COVID19, un individu infecté devient contagieux dès le début des symptômes – et parfois même sans que des symptômes n'aient fait leur apparition.

    Sans application de mesures de prévention, on estime que chaque malade va généralement infecter 2 à 5 personnes.

    La durée d'incubation (qui correspond à la durée écoulée entre la contamination et l'apparition des symptômes) est de 5 jours en moyenne.

    En général, elle dure au moins 2 jours et n'en dépasse pas 12, d'où le fait que les quarantaines s'étalent sur 14 jours. On parle donc de « quatorzaines ».

    Plusieurs voies de transmission recensées

    Il existerait plusieurs moyens de contracter un coronavirus, et donc le COVID19, à savoir :

    • Contact direct (poignée de mains, bises, salive...) ;

    • Inhalation de gouttelettes contaminées propulsées par les voies respiratoires, ou le contact avec des surfaces contaminées par ces goutelettes ;

    • Voie orale-fécale, les virus libérés dans les selles pouvant aller contaminer les surfaces (poignées de porte, murs...) avant de parvenir sur les mains puis dans les voies respiratoires d'une personne saine.

    Le COVID19 arrive à survivre pendant quelques heures dans un environnement extérieur (moins longtemps sur des surfaces sèches que sur des surfaces humides, jusqu'à 4 heures sur support papier ou cartonné). Il peut même survivre jusqu'à 9 jours sur du métal, du verre ou du plastique.

    Qu'en est-il des animaux domestiques?

    Jusqu'ici, les animaux domestiques, comme les chats et les chiens, ne semblent pas propager le virus ni contracter de maladie.

    Ne rajoutons pas de la psychose à la psychose, ce n'est pas le moment.

    Mais revenons à nos moutons..... ou plutôt, au COVID19,

    Un virus contenu dans une enveloppe

    Pour rappel, un virus est une particule microscopique infectieuse, qui a besoin d'une cellule hôte pour se développer.

    Les coronavirus constituent un groupe spécifique de virus avec enveloppe, à l'origine de plusieurs pathologies chez les mammifères et les oiseaux.

    Chez l'Homme, ils seraient responsables de 10 à 30 % des infections respiratoires supérieures et d'une grande partie des rhumes. Pour information, chaque année, grippes et rhumes tuent silencieusement.

    Le COVID-19

    Le coronavirus est un virus en forme de couronne, d'où son nom.

    Le coronavirus découvert il y a quelques mois, qui fait trembler la planète entière, est appelé le SRAS-CoV-2.

    Il est responsable d'une nouvelle maladie infectieuse respiratoire : le COVID-19 (abréviation de « Coronavirus Disease 2019 »).

    Un peu de géographie et d'histoire

    Cette épidémie a émergé, comme tout le monde le sait maintenant, début décembre 2019 à Wuhan (Chine), au sein d'un marché local où étaient vendus des animaux sauvages.

    Wuhan est la capitale de la province du Hubei, située en Chine centrale. Avec 8,9 millions d’habitants intra-muros (en 2018) et une municipalité de plus de 11 millions d'habitants, c'est la septième ville la plus peuplée du pays et la deuxième plus grande zone urbaine de l'intérieur, après Chongqing. Wuhan est située dans une plaine alluviale dépourvue de relief. La ville est une plaque tournante du transport, avec des dizaines de lignes de chemin de fer, de routes et d'autoroutes la reliant au reste du pays.

    C'est de cette région que partent souvent vos commandes passées en Chine ou vos achats de produits sur sites en ligne ou boutiques à bas prix qui remplissent vos meubles et placards en tous genres.

    La contamination serait d'origine animale. On soupçonnerait le pangolin d'être l'hôte intermédiaire responsable de la transmission de ce COVID19 à l'homme (ou la chauve-souris), rien n'est moins sur.

    Une pandémie selon l'OMS

    Des milliers de cas se sont rapidement déclarés en Chine puis dans le reste du monde – la maladie ayant été transmise par des voyageurs porteurs du virus. On compte bien vite des cas en Italie, en Corée du Sud, en Iran, en France, aux États-Unis...beaucoup plus en Europe du sud qu'en Europe du nord. A ce sujet je vous invite à signer une pétition que j'ai mise en ligne, chacun ajoutant sa pierre à l'édifice.

    ----> Reconnaissance de la Naturopathie en France (Mise à jour) <----

    Le 9 janvier 2020, les autorités sanitaires chinoises et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) annoncent officiellement la découverte du SRAS-CoV-2.

    Quelques états, dans un premier temps ne prenant pas la menace trop au sérieux, ont tenté, tant bien que mal, de s'organiser pour endiguer l'expansion du COVID19 : individus ou villes mises peu à peu en quarantaine, annulation de manifestations sportives et culturelles, fermetures d'école... La situation porterait également un coup dur à l'économie mondiale.

    Le 11 mars 2020, l'OMS qualifie pour la première fois l'épidémie de COVID-19 de pandémie (ce qui signifie qu'elle touche une part importante de la population mondiale).

    Nombre de contaminations et de morts du coronavirus

    Le coronavirus en question s'est répandu sur les 5 continents et dans au moins 159 pays.

    Le 19 mars 2020 en début de journée, on comptait 220 000 personnes contaminées par le virus à travers le monde. 9 000 d'entre elles en sont mortes.

    En France, à la même date, on dénombrerait plus de 9 000 cas confirmés et plus de 200 patients décédés du COVID-19. Certaines personnes contaminées sont guéries, d'autres sont toujours prises en charge à ce jour.

    La grippe saisonnière fait, selon l’OMS, de 290 000 à 650 000 décès par an dans le monde entier. En France, pour la saison 2018-2019, elle a fait 8 100 morts. La létalité (le nombre de morts par rapport à la population infectée) de la grippe saisonnière est de 0,2 à 0,5% selon Santé publique France. 

    Concernant la létalité, une étude publiée il y a quelques jours par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC) revient en détail sur l’épidémiologie du virus grâce à des données collectées jusqu’au 11 février. La létalité du COVID19 est de 2,3% (si l’on ne compte que les cas confirmés par des tests de l’ARN viral prélevés dans la gorge), et de 2,6% si l’on compte tous les cas de personnes contaminées. Dix fois plus que pour la grippe saisonnière en France. 

    En clair, si on se fie aux chiffres bruts : la grippe saisonnière tue beaucoup plus de monde que le COVID19 à ce jour (ce qui est logique étant donné le nombre de personnes exposées). Mais la létalité du COVID19 est nettement plus importante que celle de la grippe.

    Taux de mortalité supérieur à celui de la grippe

    Le taux de mortalité associé au coronavirus est plus faible que le chiffre annoncé, les cas bénins n'ayant pas forcément été détectés.

    On estime que cette pneumonie reste bénigne dans quatre cas sur cinq. 

    20 % des patients nécessitent toutefois une hospitalisation, et 5 % requièrent une admission en réanimation.

    Personnes à risque 

    • Les personnes âgées.

    • Les personnes âgées de plus de 65 ans risquent davantage de souffrir des conséquences d'une infection par le coronavirus SRAS-CoV-2. Au-delà de 80 ans, le taux de mortalité passe même à 14,8 %.

    • Les immunodéprimés ou victimes de maladie chronique.

    Le coronavirus peut également avoir des effets plus sévères chez les personnes immunodéprimées ou souffrant de maladie chronique (cancer, diabète...).

    Gestes de prévention

    Lavez-vous les mains, désinfectez les sols, évitez les regroupements...

    Je rappelle rapidement les gestes simples à effectuer pour vous protéger :

    • Lavage régulier des mains (idéalement toutes les heures) avec de l'eau et du savon, ou avec du gel hydroalcoolique. Évitez aussi de vous toucher le visage avec des mains sales ;

    • Nettoyage et désinfection des sols et objets, et évitez de toucher des objets contaminés ;

    • Garder une certaine distance avec d'autres personnes, en évitant notamment de vous regrouper ;

    • Boire beaucoup d'eau ;

    • Éviter tous contacts avec des malades atteints du COVID19 (vous êtes peut-être, vous aussi, porteur sain du virus) ;.

    • Porter un masque, si vous pensez être contaminé ou pas, rester chez soi pour ne pas propager la maladie...

    • Se couvrir la bouche et le nez en cas de toux ou d'éternuements (par exemple avec le pli du coude ou avec un mouchoir, à jeter immédiatement dans une poubelle fermée) ;

    • Rester chez soi en cas de contamination.

    Aucun traitement validé officiellement

    Pour le moment, il n'existe aucun traitement existant qui soit validé par les autorités médicales. Certains produits sont toutefois déjà envisagés, testés voire administrés à certains malades : le Remdesivir (anti-Ebola), le Ritonavir (anti-VIH), la chloroquine (anti-paludisme)... Leur efficacité reste à démontrer, la chloroquine montrerait des signes actifs permettant la rémission.

    Surtout, évitez de prendre des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (comme l'ibuprofène, le Nurofen, le naproxène, le diclofenac ou le Voltaren) et des corticostéroïdes (le Cortancyl, la prednisolone ou le Célestène), qui peuvent aggraver la maladie, vous savez ce que je pense de ces « anti » chimiques.

    TRES IMPORTANT

    Surtout ne jamais oublier qu'une élévation de température est un signe de vitalité et que vouloir la combattre tient de la désinformation. La fièvre est votre amie, ne la réprimez pas. En respectant la fièvre, vous respectez votre vitalité, et le mode d'expression de celle-ci, qui à priori va s'exprimer avec sa réaction de défense symptomatique. La fièvre permet en quelque sorte de défendre la santé en répondant aux maladies infectieuses par le déclenchement de « CATARRHES » (élimination de substances nocives) parades à la « TOXEMIE ».

    Absence de vaccin

    Il n'existe pas de vaccin pour prévenir cette maladie. L'institut Pasteur, à Paris, a indiqué que des premiers tests sont menés sur des souris depuis le 11 mars 2020. Selon plusieurs spécialistes, il faudra attendre l'automne 2021 pour qu'un vaccin puisse voir le jour. D'ici là...

    Pensez à renforcer vos défenses immunitaires

    L'importance du système immunitaire pour faire barrage aux infections.

    Au-delà des gestes de prévention que je viens de répéter, veillez à vous assurer du bon état de vos défenses immunitaires, véritables barrières naturelles contre les microbes de toutes sortes.

    Comme le disait encore Didier Raoult, le directeur de l'Institut Méditerranée Infection à Marseille, à propos de la meilleure façon de contrer le COVID19 : « Ce qui fonctionne le mieux, c'est notre système immunitaire » (France Info, 26 janvier 2020). Je ne peux qu'aller dans son sens, bien entendu ! La prévention, la prévention et.... la prévention.

    Alimentation, activité sportive, sommeil...

    Comment s'y prendre pour renforcer nos défenses naturelles ? La recette est bien connue, je ne cesse de la répéter.

    • Opter pour une alimentation équilibrée, variée avec des associations alimentaires logiques;

    • Pratiquer une activité physique régulière ;

    • Dormir suffisamment ;

    • Abaisser votre niveau de stress. Les élixirs floraux et les complexes floraux vous aideront aisément, en privilégiant ceux qui ne contiennent pas d'alcool.

    Les meilleurs produits naturels pour renforcer votre immunité

    Certaines substances disponibles dans la Nature, par ailleurs, sont bien connues pour leur capacité à stimuler notre système immunitaire.

    Je vous donne une liste (non exhaustive) de quelques produits naturels essentiels à une bonne immunité :

    • Vitamine C, disponible dans les goyaves, le poivron jaune, le kiwi ou encore l'orange, est notamment réputée pour stimuler la destruction des agents pathogènes dans l'organisme. Pour bénéficier d'un apport optimal en vitamine C et d'une absorption sans pareille, mieux vaut opter pour un complément alimentaire de type Moringa ou Acerola,

    • Vitamine D, quant à elle, se trouve notamment dans l'huile de foie de morue, les harengs ou les sardines. Les lymphocytes T, ces cellules placées en première ligne pour assurer notre protection, sont uniquement activés en sa présence de Vitamine D3 ;

    • Je vous conseille également d'opter pour un véritable « cocktail » de vitamines, comme la Formule Vitaminero, qui contient pas moins de 12 vitamines et de 8 minéraux : vitamines A, B, C, D, E, magnésium, sélénium, manganèse... Un tel complément multivitaminé vous permettra d'agir sur plusieurs leviers à la fois pour protéger au mieux votre organisme ;

    • Bromeline + Rutine : La bromeline est immunno-stimulante (induit la production de cytokines), stimule l'utilisation par l'organisme de ses propres ressources de guérison. La Broméline a un rôle dans l'activation des réponses immunitaires des  immuno-déficients. Les flavanoïdes de la rutine améliorent aussi l'action de la vitamine C sur l'organisme en augmentant son absorption et en retardant son élimination.

    • La Formule Probiotiques contient des souches probiotiques qui optimisent les fonctions immunitaires naturelles du corps. En optant pour une cure de Formule Probiotiques, vous recevrez à chaque dose pas moins de 12 milliards de micro-organismes positifs pour votre flore intestinale et donc pour votre immunité générale ;

    • Vita Defens est une teinture synergique qui travaille à la fois la personne en boostant son système immunitaire, l’ensemble de ses fonctions physiologiques tout en apportant une aide extérieure qui fera la chasse aux indésirables. On l’utilisera pour lutter contre tout type d’infection (rhume, état grippal, maux de gorge, état de faiblesse, etc..).

    • Un apport en zinc, un élément chimique important pour rétablir un système immunitaire efficace. Disponible dans les huîtres, le germe de blé grillé et le foie de veau, il est plus facile à obtenir en quantité suffisante sous forme de supplément nutritionnel, par exemple avec Force des Incas, immunitaire (stimulation des défenses naturelles), énergie à l'état pur, qui contient Guarana, Maca, Acerola et Cacao.

    • Pensez aussi aux huiles essentielles: Niaouli, Ravintsara, Tea-tree, Eucalyptus radié, Thym vulgaire à linalol.

    Et les extraits liquides:

    Mais vous ne savez pas le plus important. Les compléments suivants sont les plus efficaces contre le coronavirus.

    • Complexe antioxydant: Association de vitamines et d’oligo-éléments antioxydants qui protège les cellules de l'organisme du stress oxydatif à l’origine de dommages et de vieillissement prématuré qui contient Glutathion, Coenzyme Q10, Resvératrol, Vitamine C, Quercétine (contenue dans l'açaï, la grenade, le mangoustan).

    • H.E. Laurier Noble: Antibactérien, antiviral, antifongique, Anti-inflammatoire, Antalgique, Antispasmodique, Mucolytique et expectorant, Stimulant et tonifiant.

    • Argent Colloïdal agit par contact direct sur les bactéries. Des bactéries mises en présence d’argent sont, en 24 heures, 10 fois moins nombreuses, et 100 fois moins nombreuses quelques jours après. Cette action permet un rééquilibrage bactérien en faveur des bactéries saprophytes (nos bonnes bactéries).

    • Vitamine D3 contribue au fonctionnement normal du système immunitaire.

    Prenez soin de vous!

×