CYBERBOUTIQUE VOGOT

Des prix barrés TOUTE L'ANNEE

De nombreuses promotions vous attendent

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT VOGOT

VOGOT

Le réveil des sens

VOGOT

vitamines

  • La cuisson affecte-t-elle le profil nutritionnel des aliments ?

    La cuisson est une pratique si ancienne dans l’inconscient collectif et si répandue dans les sociétés occidentales, qu’il ne viendrait à quiconque l’idée de considérer ce procédé comme potentiellement néfaste pour l’organisme.

    Pourtant, les études fleurissent pour souligner les problèmes qu’engendre la cuisson par rapport au crudivorisme, la consommation d’aliments crus.

    Encourager la consommation d’aliments crus

    S’il est vrai que cette pratique alimentaire est de plus en plus répandue en France, elle engendre parfois des déficits en vitamines B12. Elle est toutefois plus bénéfique pour l’organisme que la consommation d’aliments cuits.

    Aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreuses études scientifiques mettent en lumière les effets positifs du crudivorisme sur l’évolution d’un certain nombre de maladies chroniques ou mentales et sur l’atténuation de nombreux facteurs de risques impliqués dans les maladies cardiovasculaires.

    Ces bénéfices ne s’arrêtent pas à la prévention puisque d’autres études ont montré que l’adoption de cette pratique en cas d’arthrite rhumatoïde diminuait les douleurs.

    Manger des aliments riches en nutriments peut aider à améliorer votre santé et à vous donner plus d’énergie.

    Alors faut-il arrêter de manger des aliments cuits ?

    Évidemment, non ! Il n'empêche que réintroduire des aliments crus dans l'alimentation paraît être un choix judicieux de santé. Je vous suggère de consommer des aliments crus au repas du midi (déjeuner) et des aliments cuits au repas du soir (diner), quand cela est possible. Votre digestion s'en fera ressentir, et n'oubliez pas que les protéines et légumineuses se consomment à midi avec des légumes verts, et les amidons (pomme-de-terre, riz, pâtes, haricots blancs, flageolets et rouges, ...) au repas du soir avec des légumes verts. Par légumes verts, j'entends aubergine, courgette, carotte, haricot vert, navet, oignon, divers choux, salade, champignon, betterave, amarante, bambou, épinard, blette, ail, céléri, rutabaga, scorsonère, radis, ... Vous voyez, le choix est vaste et la liste non exhaustive. (RAPPEL: la tomate et les olives sont des fruits, à consommer avec modération dans un repas) - Les fruits toujours en dehors des repas ! -.

    Parfois, la cuisson des légumes peut réellement améliorer la biodisponiblité de certains nutriments ou réduire l’action de composés néfastes. C’est le cas pour ces 4 types de légumes, qui, évidemment, restent très bon pour la santé lorsqu’ils sont consommés crus: la carotte, la tomate, les légumes crucifères (brocoli, chou, chou-fleur, radis, etc.) et les légumes verts à feuilles (épinards, blettes).

    Attention : la technique de cuisson va tout de même influer sur la teneur en nutriments!

    Au-delà d’un certain seuil, elle va logiquement décroître...

    La manière dont vous cuisez vos repas peut donc avoir un impact majeur sur le profil nutritionnel des aliments qu’ils contiennent.

    Nous allons faire le point sur les différentes manières de cuire vos aliments afin qu'elles affectent, le moins possible, leur profil nutritionnel.

    Profil nutritionnel des aliments et changements durant la cuisson

    Cuire les aliments aide à mieux digérer, cela peut aider l’absorption de certains nutriments et n'est plus à démontrer.

    Par exemple, les protéines contenues dans les œufs sont 80% plus digestes quand l’œuf est cuit que lorsqu’il est cru.

    Toutefois, plusieurs nutriments clés peuvent être réduits avec certaines méthodes de cuisson, ce qui affecte le profil nutritionnel des aliments.

    Les nutriments qui peuvent en partie disparaître

    Les nutriments suivants peuvent souvent en partie disparaître pendant la cuisson:

    • Les vitamines hydrosolubles (solubles dans l’eau) : la vitamine C et les vitamines du groupe B : la vitamine B1 (thiamine, ou aneurine), la vitamine B2 (riboflavine, ou lactoflavine), B3 (niacine ou nicotinamide), B5 (acide pantothénique), B6, B7 (acide folique) et B8.

    • Les vitamines liposolubles (solubles dans les graisses) : les vitamines A, D, E et K.

    • Certains minéraux : majoritairement le potassium, le magnésium, le sodium et le calcium.

    A retenir: même si la cuisson aide à mieux digérer et à absorber certains nutriments, elle peut aussi changer le profil nutritionnel des aliments en réduisant leur teneur en certains minéraux et vitamines.

    Bouillir, mijoter ou pocher

    Faire bouillir, mijoter ou pocher un aliment sont toutes des méthodes de cuisson qui se ressemblent et qui sont à base d’eau.

    La différence est que l’eau n’est pas à la même température selon la méthode choisie:

    • Pocher : température de l’eau (à moins de 80°C).

    • Mijoter : l’eau doit être comprise entre 85 et 93°C.

    • Bouillir : l’eau doit être à 100°C.

    Les légumes sont une très bonne source de vitamine C en général, mais une grande partie de ce nutriment important est perdue quand ils sont cuits dans l’eau.

    En fait, bouillir est la méthode qui change le plus le profil nutritionnel des aliments, en faisant perdre le plus de vitamine C. Le brocoli, les épinards et la salade peuvent perdre jusqu’à 50% de leur vitamine C, voire plus, quand ils sont bouillis.

    Comme la vitamine C est hydrosoluble et sensible à la chaleur, elle peut s’échapper des légumes quand ils sont immergés dans l’eau, surtout si elle est brûlante.

    Les vitamines du groupe B ont une sensibilité à la chaleur similaire. Jusqu’à 60% des vitamines B, telles que la thiamine et la niacine peuvent être perdues lorsque la viande mijote et que son jus s’échappe.

    Toutefois, quand on consomme le liquide dans lequel a baigné la viande comme un bouillon, 100% des minéraux et de 70 à 90% des vitamines B sont conservées.

    D’un autre côté, le fait de bouillir du poisson a montré son efficacité pour préserver les acides gras, oméga-3, de manière significative, par rapport à le passer au micro-ondes ou le faire frire. Le profil nutritionnel des aliments n’est donc pas toujours affecté de la même manière.

    A retenir: alors que les méthodes de cuisson à base d’eau causent la perte la plus importantes des vitamines hydrosolubles, elles n’ont que très peu d’impact sur les acides gras, oméga-3.

    Griller

    Griller un aliment signifie le cuire avec une chaleur très sèche. Quand on grille quelque chose, la chaleur peut soit venir d’en dessous, soit d’au-dessus.

    Griller est l’une des manières les plus populaires de préparer les aliments, parce que cette méthode leur donne toujours un très bon goût.

    Toutefois, jusqu’à 40% des vitamines du groupe B et des minéraux qui se trouvent dans ce que vous cuisez risquent de disparaître si vous le faites griller. Cela s’explique par le fait que les vitamines sont emprisonnées dans le jus de la viande, qui s’écoule lentement pendant qu’elle grille.

    Certaines personnes, dont je suis, ont aussi émis des inquiétudes sur les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), qui pourraient être des substances cancérigènes qui se forment lorsque la viande est grillée et que la graisse s’échappe et atterrit sur une surface chaude.

    Les hydrocarbures aromatiques polycycliques baissent de 41 à 89% si les gouttes de graisses sont enlevées, et que du coup, il y a moins de fumée. Mais pour cela, vous devriez privilégier la cuisson verticale au barbecue, par exemple.

    La cuisson des viandes augmente la teneur de la majorité des minéraux (fer, zinc, sélénium, phosphore), sauf dans le cas d’une cuisson humide où le sodium, le potassium et le magnésium tendaient à diminuer.

    Les teneurs en protéines, matières grasses et cholestérol augmentent quels que soient le niveau et le mode de cuisson contrairement aux teneurs en vitamines B1 et B6 (qui sont thermosensibles), qui diminuent pour toutes les cuissons, et notamment pour celles qui sont humides.

    Par ailleurs, au-delà de 75°C, les cuissons durables entraînent une augmentation de la teneur en acides gras saturés et une baisse des teneurs en acides gras polyinsaturés, reconnues pour prévenir les maladies cardio-vasculaires.

    A retenir: griller donne un très bon goût aux aliments mais réduit aussi la quantité de vitamines B qu’ils contiennent, changeant du coup le profil nutritionnel des aliments. Griller de la viande pourrait aussi potentiellement générer des substances cancérigènes.

    Cuire au micro-ondes

    Faire de la cuisson au micro-ondes est une manière facile et pratique de cuire les aliments.

    Malheureusement ce mode de cuisson est loin d’être anodin, c'est la pire solution que vous pourriez trouver.

    Il diminue notamment considérablement le profil nutritionnel des aliments, en réduisant la teneur en vitamines.

    Par exemple, lorsqu’il est préparé au four à micro-ondes, le brocoli perd, entre 70% et 90% des antioxydants. 

    La chaleur intense générée par le four à micro-ondes serait vraisemblablement responsable du phénomène, à fortiori, du brocoli cuit à la vapeur perd environ entre 10% et 66% de ses antioxydants, puisque ceux-ci sont solubles dans l’eau. On relève que le processus de blanchiment auquel sont soumis les légumes avant d’être congelés peut réduire du tiers leur teneur en antioxydants. Une congélation ne durant que sept jours détruirait quant à elle environ 60% des flavonoïdes contenus dans le brocoli.

    Les micro-ondes provoquent un niveau plus élevé de «déploiement de protéines» que le chauffage conventionnel.

    De l'ail chauffé 60 secondes dans un micro-ondes peut rendre sa substance active (alliinase) comme inutile.

    Les micro-ondes ont également détruit les stimulants immunitaires qui se trouvent dans le lait maternel. Ce sont des éléments nutritifs qui sont essentiels à la santé et au développement de l’enfant.

    Par exemple, du lait maternel chauffé au micro-ondes provoque une diminution de l’activité du lysozyme et des anticorps, et favorise la croissance de bactéries plus pathogènes. Plus de dommages sont causés au lait chauffé au micro-ondes par rapport à toute autre méthode de chauffage.

    6 minutes de chauffage par micro-ondes diminue d’environ 40% la vitamine B12 trouvée dans le lait et la vide complètement de toute valeur nutritionnelle.

    La cuisson au micro-ondes provoque des baisses de 40% dans certains des minéraux couramment trouvés dans les produits frais, ainsi que dans certaines sources de protéines.

    La cuisson des asperges dans les micro-ondes entraîne une réduction des vitamines.

    Les personnes qui consomment des aliments cuits ou réchauffés au micro-ondes présentent une augmentation rapide de leur taux de cholestérol, de leurs leucocytes et une diminution de l’hémoglobine.

    Rôtir ou cuire au four

    Pour ces deux méthodes de cuisson, les aliments passeront au four, avec une chaleur sèche.

    Bien que les deux impliquent la même méthode de cuisson, on utilise souvent le terme « rôtir » pour les viandes, mais ce mot n’est pas utilisé pour parler des gâteaux, du pain et de ce type d’aliments cuits au four.

    La plupart des pertes de vitamines sont minimes avec cette méthode de cuisson, y compris pour ce qui est de la vitamine C.

    Toutefois, à cause de la durée de cuisson qui est beaucoup plus longue qu’avec un micro-ondes et les températures très élevées, la présence de vitamine B dans la viande rôtie peut baisser jusqu’à 40%. Cette méthode impacte donc également le profil nutritionnel des aliments.

    A retenir: cuire au four ou rôtir n’a pas un effet négatif significatif sur la plupart des vitamines et des minéraux, à part les vitamines du groupe B.

    Faire sauter à la poêle

    Avec une méthode de cuisson comme faire sauter les aliments à la poêle, les aliments sont cuits avec une chaleur moyenne à intense, généralement dans une petite quantité d’huile ou de beurre.

    Vous pouvez mélanger souvent ou faire sauter littéralement les aliments et mettre la température plus forte pour faire cuire moins longtemps. La cuisson à la plancha peut-être une meilleure solution, si les aliments sont rapidement cuits, l'inconvénient c'est que ce mode de cuisson est souvent mal géré !

    Mais en général, c’est une façon saine de préparer les aliments.

    Cuire pendant une courte durée et sans eau permet de ne pas perdre les vitamines du groupe B, et ajouter des manières grasses aide le corps à absorber plus facilement certains composés organiques présents dans les fruits et les légumes ainsi que des antioxydants.

    L’absorption de béta-carotène est en moyenne 6,5 fois plus importante lorsqu’on consomme des carottes frites dans une matière grasse plutôt que crues. Mais la perte en vitamines est importante.

    Le taux de lycopènes présents dans le sang augmenterait de 80% chez les personnes qui consomment des tomates sautées dans de l’huile d’olive par rapport aux personnes qui n’ajoutaient pas l’huile d’olive.

    D’un autre côté, faire sauter à la poêle avec une température élevée, même si c’est pour une courte durée pourrait réduire de manière significative la vitamine C présente dans le brocoli et le chou rouge.

    A retenir: faire sauter à la poêle permet de mieux absorber les vitamines solubles dans la graisse et certains composés organiques mais fait baisser la quantité de vitamine C présente dans les légumes.

    Frire

    Faire frire un aliment implique de le faire cuire dans une grande quantité de matières grasses, en général de l’huile, à une température très élevée. La nourriture est en général trempée dans de la pâte, des miettes de pain ou de la panure.

    C’est une façon très populaire de préparer des plats puisque la peau ou l’extérieur de l’aliment permet de créer une barrière pour s’assurer que l’intérieur reste moelleux et hydraté et cuise uniformément.

    La graisse utilisée pour faire frire donne aussi bon goût, généralement. Toutefois, tous les aliments ne sont pas faits pour être frits.

    Comme nous l'avons vu, les poissons gras sont les meilleures sources d’acides gras, oméga-3, qui ont de nombreux bienfaits sur la santé. Ces matières grasses sont très délicates et risquent de disparaître ou d’être moins actives si le poisson est cuit à très haute température.

    Lorsque vous faites frire du poisson, vous dégradez ses acides gras oméga-3 de 70 à 85%, cela a été prouvé par une étude scientifique. Par contre, si vous le faites cuire au four, les pertes sont minimes.

    Au contraire, faire frire permet de préserver les vitamines C et B, et pourrait aussi augmenter le taux de fibres contenues dans les pommes de terre en transformant l’amidon qu’elles contiennent en amidon résistant.

    Lorsque l’huile est chauffée à une température élevée pendant une longue période, des substances toxiques appelées aldéhydes se forment. Les aldéhydes ont été associées à un risque plus important de cancer et d’autres maladies.

    Le type d’huile, la température et la durée de cuisson affectent tous la quantité d’aldéhydes qui sont produites. Faire chauffer une huile qui a déjà servi peut aussi augmenter la formation d’aldéhydes.

    Si vous avez l’intention de faire frire de la nourriture, pour ne pas trop impacter le profil nutritionnel des aliments, ne les faites pas trop cuire et utilisez une huile saine.

    A retenir: faire frire donne un très bon goût à la nourriture et cela peut aussi permettre d’avoir plus de bienfaits sur la santé si l’huile utilisée est saine. Il faut quand même essayer d’éviter de faire frire des poissons gras et de minimiser le temps de cuisson des autres aliments.

    Cuire à la vapeur

    Cuire à la vapeur est l’une des meilleures manières de cuisiner pour préserver les nutriments car cette méthode n’a que peu d’impact sur le profil nutritionnel des aliments. Mêmes les vitamines solubles dans l’eau, qui sont sensibles à la chaleur et à l’eau n’en souffrent pas.

    Faire cuire du brocoli, des épinards et de la salade à la vapeur ne réduit leur taux de vitamine C que de 9 à 15%.

    L’inconvénient est que les légumes cuits à la vapeur sont généralement plutôt fades, sauf s'ils sont issus de l'agriculture biologique. Toutefois, il est facile de remédier à ce problème en ajoutant du sel, des herbes aromatiques, des épices (poivre, gingembre, curry, noix de muscade râpée, ...), de l’huile et/ou du beurre une fois que la cuisson est terminée.

    A retenir: cuire à la vapeur est l’une des meilleures manières de cuisiner car elle permet de préserver les nutriments, y compris les vitamines hydrosolubles.

    Mes conseils pour maximiser la rétention de nutriments pendant la cuisson

    Voici 10 conseils pour préserver le profil nutritionnel des aliments et ne pas perdre trop de nutriments pendant la cuisson:

    • Utilisez aussi peu d’eau que possible si vous pochez, mijotez ou faites bouillir.

    • Consommez le liquide qui reste dans la poêle comme une sauce après avoir fait sauter des légumes.

    • Ajoutez le jus de viande qui reste dans la poêle à votre assiette.

    • N’épluchez les légumes qu’après la cuisson. Ou, mieux encore, utilisez des légumes issus de l'agriculture biologique et ne les épluchez pas du tout pour maximiser votre consommation de nutriments et de fibres.

    • Cuisez les légumes dans de petites quantités d’eau pour réduire la perte de vitamines C et B.

    • Essayez de manger tous les légumes cuits en un jour, ou deux maximum puisque le taux de vitamine C qu’ils contiennent continue de décliner lorsqu’un aliment cuit est exposé à l’air et plus si vous les stockez dans votre réfrigérateur une fois cuits.

    • Coupez les aliments après la cuisson plutôt qu’avant, si c’est possible. Lorsque les aliments sont cuits entiers, une partie moindre est exposé à la chaleur et à l’eau, et la perte de nutriments est donc réduite.

    • Cuisez les légumes pendant une durée aussi courte que possible, seulement quelques minutes, de préférence.

    • Lorsque vous cuisez de la viande, de la volaille ou du poisson, suivez le temps de cuisson indiqué le plus court, juste pour qu’il n’y ait pas de danger à les consommer, mais pas plus longtemps.

    • N’utilisez pas de bicarbonate de soude alimentaire quand vous cuisez des légumes. Même si cela aide à conserver la couleur des aliments, la vitamine C sera perdue dans l’environnement alcalin que le bicarbonate de soude alimentaire produit.

    A retenir: il existe de nombreuses manières de préserver le profil nutritionnel des aliments sans que le goût ou d’autres aspects de la nourriture aient à en pâtir.

    Bon à savoir

    Ne pas tremper les aliments

    Le trempage des fruits et légumes favorise grandement la dissolution des nutriments dans l’eau, même si cela ne dure que quelques minutes.

    Néanmoins, pour déloger la terre, les pesticides et autres fertilisants, le nettoyage est indispensable. Pour cela, il suffit de passer les aliments sous l'eau froide, excepté les fruits et légumes qui possèdent une étiquette (concombres, pommes, oranges, etc.) qu’on lave à l’eau chaude pour dissoudre la cire.

    Qu'en est-il des petites baies telles que les fraises, les cerises ou les framboises ? Mieux vaut les mettre dans une passoire et plonger celle-ci dans l’eau durant quelques secondes.

    Ne pas les éplucher trop souvent

    Une grande partie des nutriments des fruits et légumes réside souvent dans la pelure ou juste en dessous. Voilà pourquoi, lorsque c’est possible, il est préférable d’éviter de les éplucher ou de ne retirer qu’une mince couche à l’aide d’un couteau éplucheur.

    De plus, cette pelure exerce un effet de barrière lors de la cuisson et ralentit la perte des nutriments : si elle n’est pas supportée (ce qui est souvent le cas pour les carottes ou les pommes de terre), mieux vaut la peler après la cuisson.

    Il est important de sélectionner la bonne manière de cuire l’aliment pour maximiser ses qualités nutritionnelles.

    Toutefois, il n’existe aucune manière de cuire qui soit parfaite et n’impacte pas du tout le profil nutritionnel des aliments.

    En général, cuire pendant une courte durée ou à températures plutôt basses avec peu d’eau permet d’avoir le meilleur résultat.

    Ne laissez plus les nutriments que vos aliments contiennent partir à la poubelle !

  • Vos cheveux tombent ? Des solutions naturelles existent

    Notre corps est programmé pour avoir des cheveux jusqu’à l’âge de 120 ans.

    Souvent les chutes ne doivent pas inquiéter, mais dans tous les cas, mieux vaut rester vigilants et traiter avant que cela ne dure.

    Si on emploie le mot de calvitie pour l’homme, on parle plutôt d’alopécie pour la femme. Que la chute de cheveux soit passagère ou durable, visible ou pas, elle doit toujours être “écoutée”, car elle signifie un changement dans notre corps, petit ou plus important qu’il serait dommage de négliger.

    En dehors des cas de chimiothérapie, nos cheveux peuvent tomber pour diverses raisons souvent explicables par des événements bénins du quotidien.

    Un peu d'histoire

    La calvitie fut pour les hommes un sujet de préoccupation constant au cours de l'histoire.

    Dès l'Antiquité, des traitements empiriques et naturels sont utilisés. On peut citer notamment la salive de cheval, le fumier d'oie, la fiente de pigeon ou les toiles d'araignée appliquées sur le crâne et qui étaient censées faire repousser les cheveux.

    Au XIXe siècle, le filon est largement exploité par la « médecine de troisième vitesse », au sein de laquelle se trouvent ce que l'on appelle dans le langage courant les charlatans.

    Avant de pouvoir cerner le problème, et y trouver des solutions, il est important de connaître les causes principales et parfois improbables de la perte de cheveux.

    Dans de nombreux cas, il existe des moyens de traiter la perte de cheveux chez les hommes et les femmes. Tout dépend de la cause, et la cause en naturopathie est essentielle.

    Voici quelques raisons courantes et pas si courantes pour lesquelles vous pourriez voir moins de cheveux sur votre tête.

    Il existe cinq types d'alopécies et différentes causes

    • Alopécie androgénétique héréditaire

    La plus fréquente, elle se manifeste par une diminution du volume des cheveux, voire une calvitie, et touche 70 % des hommes (20 % des hommes entre 20 et 30 ans, la chute de cheveux débutant généralement vers 20 ans et se stabilisant à 30 ans.

    La perte de cheveux chez la femme, appelée alopécie androgénique ou androgénétique, est fondamentalement la version féminine de la calvitie masculine. Si vous venez d’une famille où les femmes ont commencé à perdre leurs cheveux à un certain âge, vous pourriez être plus enclin à le faire. Contrairement aux hommes, les femmes n’ont pas tendance à avoir une ligne de cheveux qui se dégarnit, mais leur partie peut s’élargir et elles peuvent avoir des cheveux qui s’amincissent.

    Que faire : Comme les hommes, les femmes peuvent bénéficier de supplémentation pour les aider à faire pousser leurs cheveux ou, à tout le moins, pour entretenir les cheveux que vous avez. Une gamme de complément alimentaire disponible en CYBERBOUTIQUE, est approuvée pour les femmes avec ce type de perte de cheveux.

    • Alopécie aiguë

    Elle peut être liée à un traitement par chimiothérapie, un stress, des carences ou des déséquilibres alimentaires importants, une carence en fer, des troubles hormonaux, une irradiation aiguë.

    Tout type de traumatisme physique, un accident de voiture, ou une maladie grave, peuvent causer la perte temporaire de cheveux. Cela va déclencher un type de perte de cheveux appelé effluve de télogène. Le cheveu a un cycle de vie programmé : une phase de croissance, une phase de repos et une phase de mue. Quand vous avez un événement vraiment stressant, cela peut choquer le cycle du cheveu, (pousser) plus de cheveux dans la phase de chute. La perte de cheveux devient souvent perceptible de trois à six mois après le traumatisme.

    Que faire : La bonne nouvelle, c’est que les poils recommenceront à repousser à mesure que votre corps récupère.

    • Autre type de stress, les menstruations

    Les femmes qui ont des règles abondantes ou qui ne mangent pas assez d’aliments riches en fer peuvent être sujettes à une carence en fer, dans laquelle le sang n’a pas assez de globules rouges.

    Les globules rouges transportent l’oxygène vers les cellules de votre corps, ce qui vous donne l’énergie dont vous avez besoin.

    En plus de la perte de cheveux, l’anémie provoque une fatigue extrême, une faiblesse et une peau pâle. Vous pourriez avoir de la difficulté à vous concentrer et remarquer des maux de tête, des mains et des pieds froids et la perte de cheveux. Tout type d’effort peut vous couper le souffle.

    Un test sanguin pour mesurer la ferritine, la protéine qui stocke le fer dans votre corps, est habituellement nécessaire pour diagnostiquer l’anémie. Votre médecin peut également vérifier votre taux sanguin d’hématocrite, qui mesure la quantité de sang composé de globules rouges.

    Solutions naturelles : Mangez des aliments riches en fer comme le bœuf, le porc, le poisson.

    Pour les végans, les légumes-feuilles, les céréales enrichies et les haricots, de préférence avec des aliments riches en vitamine C, ce qui améliore l’absorption du fer.

    Mesdames, vous avez besoin de 18 milligrammes de fer par jour et de 8 milligrammes après la ménopause ; demandez à votre thérapeute de vous conseiller une supplémentation de fer.

    • Ensuite, vient la grossesse

    La grossesse est un autre exemple de stress physique qui peut causer la perte de cheveux (cela et les hormones). La perte de cheveux liée à la grossesse est plus souvent observée après l’accouchement plutôt qu’au cours de la grossesse. L’accouchement est assez traumatisant.

    Que faire : Si vous perdez vos cheveux, soyez assuré que ils repousseront dans quelques mois. C’est une chose normale qui devrait s’arranger.

    • Au niveau des déséquilibres alimentaires, nous trouvons le «Trop de vitamine A»

    La surconsommation de suppléments ou de médicaments contenant de la vitamine A peut déclencher la chute des cheveux. La valeur quotidienne de la vitamine A est de 5 000 unités internationales (UI) par jour pour les adultes et les enfants de plus de 4 ans ; les suppléments peuvent contenir de 2 500 à 10 000 UI.

    Que faire : C’est une cause réversible de perte de cheveux et une fois que l’excès de vitamine A est arrêté, les cheveux devraient pousser normalement.

    • Pas assez de protéines

    Les personnes vivant dans les pays développés ont tendance à créer une carence en protéines.

    Si vous êtes récemment devenu végétarien ou végétalien et que vous n’avez pas fait d’efforts pour intégrer les protéines végétales dans votre alimentation, il est possible que vous n’ayez pas assez d’éléments nutritifs.

    Lorsque cela se produit, votre corps peut rationner n’importe quelle protéine qui se trouve déjà dans votre corps en arrêtant la croissance des cheveux. Cela se produit généralement deux à trois mois après la diminution des protéines.

    En plus de la perte de cheveux, une carence en protéines peut causer des ballonnements, des ongles cassants, de la fatigue et de la faiblesse.

    Quand vos cheveux se cassent, vous ne verrez pas ces bulbes télogènes en forme de club aux extrémités.

    Si votre thérapeute craint qu’un manque de protéines soit à blâmer pour vos cheveux clairsemés, demandez une prise de sang pour un test de protéine totale, qui mesure toutes les protéines de votre sang.

    Solutions naturelles : Manger plus de protéines arrêtera probablement la perte de cheveux. Les viandes, les œufs et le poisson sont d’excellentes sources de protéines.

    Pour les végans, de nombreux aliments d’origine végétale, notamment le tofu, les haricots, le riz sauvage, les noix et la farine d’avoine. Pensez également à la vitamine B12.

    • La perte de poids

    La perte de poids soudaine est une forme de traumatisme physique qui peut entraîner l’amincissement des cheveux.

    Cela pourrait se produire même si la perte de poids est finalement bonne pour vous. Il est possible que la perte de poids elle-même stresse votre corps ou que le fait de ne pas bien manger peut entraîner des carences en vitamines ou en minéraux.

    La perte de cheveux et une perte de poids notable peuvent également être le signe d’un trouble de l’alimentation comme l’anorexie ou la boulimie.

    Que faire : La perte de poids soudaine semble choquer le système et vous aurez une période de six mois de perte de cheveux, puis elle se corrigera d’elle-même.

    • Alopécie localisée

    Elle peut être provoquée par des problèmes de peau (tumeur, brûlure, pelade), une radiothérapie ou des parasites (teigne, lichen).

    • Alopécie congénitale ou alopécie areata

    L'alopécie areata semble être d'origine auto-immune (mécanisme de médiation cellulaire) qui se caractérise par une atteinte en « patch » plus ou moins gros et à un ou plusieurs endroits. Cette forme de pelade peut atteindre toute la tête et on parle d'alopécie totalis et parfois l'ensemble du corps : c'est l'alopécie universalis, et dans ce cas, il n'y a plus aucun poil ni cheveu sur l'ensemble du corps.

    Les principes actifs

    • La vitamine B8 (Biotine)

    Elle est essentielle au renouvellement des cellules de la peau, des ongles et des cheveux. Grâce à son rôle dans la synthèse des acides aminés, elle permet par extension la synthèse de la kératine qui constitue le cheveu. Elle contribue ainsi à donner aux cheveux une meilleure texture et plus d'élasticité. Les cheveux poussent plus vite, en meilleure santé et les chutes sont atténuées. De plus, la biotine agit sur la santé des ongles en contribuant à épaissir les cuticules qui peuvent aider à prévenir la casse.

    • La vitamine B6

    Elle renforce l'action des autres vitamines et est essentielle à la santé des cheveux et des ongles. Elle métabolise aussi les acides aminés (ces protéines qui servent à créer la structure du cheveu et la kératine), et participe donc à renforcer la fibre capillaire.

    • L’acide hyaluronique

    C'est une molécule naturellement présente dans notre organisme : elle est l’un des composants majoritaires du derme et le l’épiderme. Elle permet d’hydrater la peau et de la protéger des agressions extérieures. Grâce à ses capacités d’élasticité et sa richesse en eau, l’acide hyaluronique assure une peau lisse, souple et forte. Elle améliore le teint du visage, rend la peau plus rayonnante et plus résistante.

    Acide hyaluronique / Vente en Cyberboutique

    • Le zinc

    Il contribue au bon équilibre de l’organisme, intervenant dans le métabolisme des aliments et participant au renforcement des défenses naturelles et au renouvellement des tissus. Intervenant directement dans la synthèse de la kératine et du collagène, le zinc permet notamment une bonne croissance des cheveux, mais aussi d'améliorer leur résistance, de limiter la casse, ralentir la chute et limiter le vieillissement.

    • Le collagène

    Le collagène, ce n'est pas que pour se faire gonfler les lèvres ou repulper sa peau. Son pouvoir lissant, hydratant et réparateur en fait aussi un véritable produit miracle pour les cheveux fins, ternes et abîmés.

    Grâce à lui, on peut ainsi espérer retrouver rapidement une chevelure souple, dense, soyeuse et lumineuse.

    Une cure de jouvence pour les cheveux en perte de volume et de matière

    Sauveteur des cheveux en détresse, le collagène répare la fibre capillaire (cellules qui forment le cheveu) en y injectant de l'eau à l'intérieur, gaine la cuticule (couche externe du cheveu) et épaissit la matière grâce aux protéines protectrices qu'il contient afin de booster au maximum leur volume.

    Comme il n’est pas possible de doper la production de collagène, il faut alors envisager un apport extérieur. Les compléments alimentaires santé, riches en collagène, peuvent par conséquent être une solution pour restaurer la beauté de la peau et des cheveux, et stimuler la pousse de ces derniers. Il y en a deux types: les compléments alimentaires qui proposent du collagène issu du cartilage de poulet et ceux qui proposent du collagène marin provenant du cartilage de raie. Des atouts beauté sans effet indésirable.

    Je vous conseille le collagène marin

    Le collagène marin naturel d’une extrême pureté est un complément alimentaire bio. Tous les ingrédients qui intègrent la composition de ce complément alimentaire sont d’origine naturelle ou issus de l’agriculture bio.

    Les produits cosmétiques bio et les compléments alimentaires contenant du collagène marin naturel et pur ne présentent pas de risque majeur pour la santé.

    Collagène marin poudre ou gélules / Vente en Cyberboutique

    C'est une molécule de type fibreuse. Caractérisé par un faible poids moléculaire, il est constitué de peptides de collagène dérivés de poisson. Ainsi, il se présente sous une forme hydrolysée dont les molécules sont divisées en particules plus fines.

    Il est caractérisé par une biodisponibilité supérieure et se distingue par une pénétration plus rapide dans le sang ou une absorption plus efficace. Il est rapidement absorbé par les cellules de l’intestin et distribué dans la circulation sanguine. Il pénètre dans la circulation sanguine plus rapidement que les autres types de collagène.

    Avec une structure plus proche du collagène humain, il est compatible avec l’organisme des hommes et est mieux adapté pour pénétrer profondément dans la peau. Il est constitué d’acides aminés très spécifiques avec une concentration importante de glycine, d’hydroxyproline et de proline.

    Le collagène marin, également appelé hydrolysat de collagène marin, est entièrement naturel. C’est une protéine qui aide à maintenir la force et la souplesse de la peau, des ligaments, des tendons, des articulations, des structures osseuses, des muscles, des vaisseaux sanguins, des gencives, des yeux, des ongles et des cheveux, etc.

    Lire aussi : Le soin naturel des cheveux, Cheveux et ongles, Shampoing maison pour cheveux secs, Astuces contre la perte de cheveuxCheveux longs, idées longues: La vérité sur les cheveux.

  • Des champignons au secours de votre système immunitaire

    Riches en composés bioactifs, les champignons sont utilisés comme aliments et médicaments depuis des millénaires. Sans plus tarder, découvrez ces champignons médicinaux capables de renforcer votre système immunitaire.

    Le reishi: champignon multifonction

    Relativement rare dans la nature, le ganoderme luisant est plus connu sous le nom de reishi. Ce champignon aux nombreuses vertus thérapeutiques est couramment utilisé dans la médecine traditionnelle japonaise et chinoise. Et il n’usurpe pas son titre de «champignon de l’immortalité»: de multiples études ont permis de mettre en lumière ses différents effets pharmaceutiques.

    Reishi rouge / Vente en CyberboutiqueSes principes actifs principaux sont en fait les triterpénoïdes et les polysaccharides. On attribue aux triterpénoïdes des effets hépatoprotecteurs, antihypertenseurs et antihistaminiques. Les polysaccharides, quant à eux, sont connus pour avoir des propriétés anti-tumorales, par immunomodulation et anti-angiogenèse. Ils réduisent aussi les dommages cellulaires causés par les agents mutagènes.

    Afin d'optimiser votre prise de reishi, démarrez donc une cure d'extrait de « champignon de l'immortalité ».

    Le maïtake : source exceptionnelle de bêta-glucanes

    Le maïtake est également appelé Grifola frondosa ou poule des bois. Il pousse au pied des châtaigniers, des ormes, des érables et des chênes, à la fin de l’été. Ce champignon en forme de corail peut produire des efflorescences pesant jusqu’à 11 kilos. Notez que son nom japonais, qui signifie «champignon-danse», viendrait de la danse joyeuse qu'effectuaient les cueilleurs de champignons lorsqu'ils tombaient sur ce superaliment d'exception.

    Maitake bio / Vente en CyberboutiqueUtilisé depuis des milliers d'années dans la médecine traditionnelle asiatique, le maïtake est une source considérable de bêta-glucanes. Ces fibres alimentaires sont capables de stimuler l'activité des macrophages et donc de renforcer les défenses immunitaires.

    Une autre étude a également conclu que ce champignon pourrait jouer un rôle contre le cancer et le diabète.

    Le shiitake : le parfait antimicrobien

    Doté d'un chapeau brun et charnu, le shiitake dégage un parfum agréable. Utilisé depuis bien longtemps dans la médecine asiatique, il présente de puissantes propriétés antibactériennes et antifongiques, comme l'a révélé une étude britannique.

    En quête d’alternatives aux antibiotiques classiques, ces chercheurs ont en effet testé un extrait aqueux de shiitake sur un panel de 29 bactéries et 10 champignons pathogènes. Les résultats sont impressionnants : l’extrait de shiitake a exercé une activité antimicrobienne étendue sur plus de 85 % des agents pathogènes testés.

    Shiitake bio ou naturel / Vente en CyberboutiqueUne fois fermenté, le shiitake donne un produit baptisé l'AHCC, pour Active Hexose Correlated Compound. Ce composé hautement immunostimulant est disponible en complément alimentaire, sous forme de gélules.

    Cordyceps sinensis : l'adaptogène majeur

    Le cordyceps est un champignon dont le mycélium se développe normalement dans l’organisme de la chenille Hepialus fabricius. Sa partie aérienne (le carpophore), qui a la forme d'un doigt (de 4 cm à 11 cm de long), se développe après la mort de l’insecte en une sorte de prolongement de son corps.

    Le cordyceps sinensis stimule la fonction sexuelle, augmente l’énergie physique (effet adaptogène), améliore les performances sportives des athlètes et traite l’asthme et la bronchite chronique.

    Cordyceps Sinensis / Vente en CyberboutiqueAdaptogène majeur, il offre une meilleure résistance au stress et aux maladies.

    Puissant tonique, il favorise l’augmentation de l'énergie physique, améliore significativement les performances sportives chez les athlètes. C'est un aphrodisiaque qui contribue à la vigueur sexuelle tant chez l'homme que chez la femme.

    Levure de bière : colonie de champignons riches en acides aminés, vitamines et minéraux.

    Les bénéfices se voient sur les cheveux et les ongles. La levure de bière est riche en micro-organismes. Elle permet d’aider les personnes souffrant de troubles intestinaux en renforçant le système digestif et en améliorant ces performances. Elle a pour effet de réduire les douleurs et ballonnements.

    La levure de bière est un aliment naturel d'une exceptionnelle teneur en nombreux éléments vitaux essentiels.

    Levure de biere poudre / Vente en CyberboutiqueL'analyse en laboratoire a montré que la levure de bière est riche en protéines de haute valeur biologique et en vitamines du groupe B.

    Très riche en vitamine B12, elle convient très bien pour combler les potentielles carences dues à une absence de consommation de produits d’origine animale. En effet, une consommation supplémentaire de vitamine B12 est fondamentale lorsqu’on choisit d’exclure les aliments d’origine animale de son alimentation (viande, poissons, oeufs et produits laitiers). Présente dans ces produits, la vitamine B12 ne figure pas en quantité suffisante dans les végétaux.

    Une carence en vitamine B12 peut être dangereuse pour la santé et s’accompagner de nombreux symptômes. Parmi eux, on compte des troubles émotionnels ainsi que des problèmes physiques. En effet, la vitamine B12 est fondamentale pour l’entretien de la bonne fonction du cerveau et du système nerveux, mais également dans l’entretien du sang.

Voeux 2023