Anastore.com

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    therapie

    Diète hypotoxique

    Pain, fromages... Certains aliments abîment les intestins et provoquent des réactions inflammatoires, voire l’apparition de maladies inflammatoires chroniques comme l’arthrose, la fibromyalgie, l'ostéoporose.

    Le point sur ces aliments avec VOGOT, le réveil des sens.

    Certains médecins vous diront que le gluten ou la caséine sont à l'origine de pathologies pour UNIQUEMENT 0,5% à 1% de la population française.

    Cela est entièrement FAUX, ce n'est pas un phénomène de mode.

    Maladie cœliaque 

    Le gluten est un mélange de protéines insolubles qui donnent du volume et de l'élasticité aux produits de boulangerie. On le trouve dans le blé, l'orge, l'avoine et le seigle, des céréales utilisées principalement dans le pain, les pâtisseries et les pâtes, mais également dans de nombreux plats préparés. Connue depuis l'Antiquité, la maladie cœliaque toucherait aujourd'hui entre 0,5 et 1 % de la population occidentale (entre 300.000 et 600.000 personnes en France), selon les estimations les plus courantes qui ne sont surement pas le reflet de la réalité.

    La maladie peut se déclencher à n'importe quel moment de la vie et se manifester par des symptômes très divers : diarrhées chroniques, perte de poids, vomissements, fatigue, problèmes articulaires, neurologiques...

    La maladie cœliaque peut aujourd'hui être décelée grâce à des tests fiables, 80 % des personnes qui en souffrent ne sont pas diagnostiquées et ne suivent pas un rééquilibrage alimentaire sans gluten qui est pourtant le seul traitement de leur maladie existant à ce jour. Mais à côté de ces patients, un nombre croissant de personnes affirment aller mieux lorsqu'elles suivent ce type de rééquilibrage.

    Estampillées "hypersensibles" au gluten, elles interpellent les chercheurs qui, jusqu'à présent, ont été incapables de prouver scientifiquement l'existence de cette "sensibilité", ce qui n'est pas le cas des naturopathes, qui tirent la sonnette d'alarme depuis fort longtemps. L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne.

    Pour la plupart, il s'agirait d'un simple phénomène de mode tandis que quelques-uns estiment qu'un mécanisme différent du gluten pourrait être impliqué. Les tests sanguins, qui permettent de détecter la présence d'anticorps caractéristiques de l'intolérance au gluten, sont en revanche systématiquement négatifs chez eux.

    Top 7 des aliments qui augmentent les douleurs

    Les pâtes abîment les intestins

    Résultat de recherche d'images pour "pâtes"

    La plupart des aliments à base de céréales contiennent du blé, et donc du gluten, une protéine très difficile à digérer et qui, cuite à haute température, entraîne la production d'une substance neuro-toxique, l'acrylamide. A terme la mauvaise digestion de ces aliments peut entraîner l’apparition de maladies inflammatoires chroniques.

    En détail 

    Tous les aliments qui contiennent du blé, du seigle, du kamut, de l’orge, de l’avoine, du maïs, de l’épeautre et, en particulier, les céréales prêtes à manger, les pains, les biscuits, les craquelins, les pâtisseries, les pâtes, même la bière qui contient des protéines de l’orge.

    Qu’est-ce qui augmente la douleur ? 

    La molécule alimentaire pro-inflammatoire "gliadine alpha", contenu dans le gluten est très difficile à digérer par les enzymes. En s’accumulant dans l’intestin grêle, ces molécules alimentaires incomplètement digérées favorisent la multiplication des bactéries pathogènes avec comme conséquence le déséquilibre de la flore intestinale (appelée maintenant microbiome intestinal, je dois l'avouer c'est moins parlant), le développement d’inflammation, la perte de l’intégrité des parois de l’intestin grêle et une augmentation de sa perméabilité.

    Les déchets bactériens et les grosses molécules alimentaires mal digérées, telles la "gliadine alpha", franchissent la paroi intestinale et se diffusent dans la circulation sanguine et lymphatique, ce qui leur permet de se déposer dans les tissus. Leur propriété antigénique (qui peut permettre de déclencher une réponse immunitaire), les rend susceptibles de provoquer des réactions pro-inflammatoires inappropriées.

    Couplées à une prédisposition génétique, les intolérances envers certains antigènes alimentaires ou microbiens peuvent être à l’origine de douleurs inflammatoires et de maladies chroniques.

    En combien de temps arrive la douleur ? 

    Certaines maladies telle l’arthrose peuvent se déclarer seulement au bout de 10 ans, 40 ans...selon la génétique ou la quantité d’antigènes sensibilisants (ex. gluten) ingurgités. La durée de développement des différentes maladies chroniques peut varier considérablement en fonction de la maladie, des caractéristiques génétiques et du mode de vie des individus.

    Avant que les premières douleurs ne soient ressenties, l’inflammation se développe sous forme silencieuse pendant des semaines à des années, et détruit très progressivement les tissus. Elle peut aussi donner des signes précurseurs immédiats comme des maux gastriques, des ballonnements, de la constipation...

    En cas de prédisposition génétique pour une maladie précise, le blé peut entraîner des troubles comme l’arthrose, le diabète de type 2, la fibromyalgie, la polyarthrite rhumatoïde, la colopathie fonctionnelle, la maladie de Crohn, la maladie cœliaque, la sclérodermie, l’eczéma, l’asthme, l’acné...

    A partir de quelle quantité ? 

    La maladie symptomatique avec ses douleurs et ses pertes de fonctions va se déclarer plus ou moins vite en fonction des caractéristiques génétiques des individus et de leur mode de vie ( quantité et durée de la consommation d’aliments pro-inflammatoires). L’important est d’être dans la mesure. Si vous mangez des quantités raisonnables d’aliments pro-inflammatoires, vous limitez les possibilités d’apparition de la maladie. L'équilibre acido-basique étant respecté, l'inflammation sera sous contrôle.

    En revanche une fois la maladie installée, suivre la diète hypotoxique (privation des aliments à base de gluten, de laitages et protéines animaliers, de viandes cuites à haute température, d’aliments industriels transformés (raffinés, contaminés par les pesticides et autres substances chimiques...) à la lettre permet dans la majorité des cas de faire disparaître les douleurs et de retrouver une bonne qualité de vie. Actuellement je suis un groupe à pathologie fibromyalgique, les résultats anti-inflammatoires grâce à une alimentation adaptée et quelques compléments alimentaires précis, leur permet de commencer à retrouver un bien-être stable.

    Le pain complet peut accentuer l'arthrose

    Résultat de recherche d'images pour "pain"

    Qu’est-ce qui augmente la douleur ? 

    L’acrylamide est une molécule très rigide, indigestible par nos enzymes : elle peut provoquer un déséquilibre à l’intérieur de l’intestin appelé "dysbiose". La dysbiose favorise les bactéries pathogènes au dépend des bonnes bactéries, ce qui conduit à de l’inflammation et à une hyperperméabilité de l’intestin. En fait, l’acrylamide est associée au gluten.

    En combien de temps arrive la douleur ? 

    Les maladies inflammatoires chroniques peuvent survenir au bout de plusieurs années. Couper le gluten et tous les aliments proscris par la diète hypotoxique peut considérablement aider à calmer la douleur. Atteinte d’arthrite rhumatoïde aux mains, une patiente témoigne avoir perdu sa douleur en 10 jours en suivant cette diète. Deux mois après le début de la diète hypotoxique, elle a consommé environ 300 ml de yaourt commercial. Cela a eu pour effet de ranimer une douleur intense dans les articulations métacarpo-phalangiennes durant les deux jours suivants ! Les patients commencent à voir un début d’effet positif à partir de 3 mois en moyenne et dans les cas très graves, cela peut prendre parfois environ 16-17 mois à connaître la rémission totale de la maladie. 

    A partir de quelle quantité ? 

    La maladie inflammatoire chronique symptomatique (soit l’expression de la maladie) avec ses douleurs et ses pertes de fonctions va se déclarer plus ou moins vite en fonction de la maladie, des caractéristiques génétiques des individus et de leur mode de vie (quantité et durée de la consommation d’aliments pro-inflammatoires). L’important est d’être dans la mesure. Si vous mangez des quantités raisonnables d’aliments pro-inflammatoires, vous limitez, aussi,  les possibilités d’apparition de la maladie.

    En revanche une fois la maladie installée, suivre la diète hypotoxique (privation des aliments à base de gluten, de laitages et de protéines d’origine animale cuites à haute température, d’aliments industriels transformés (raffinés, contaminés par les pesticides et autres substances chimiques...) à la lettre permet dans la majorité des cas de faire disparaître les douleurs et de retrouver une bonne qualité de vie.

    Les yaourts activent l'inflammation

    Les yaourts, le beurre, la crème, le fromage blanc, la glace et tous les laitages, peuvent poser problème en raison de leur teneur en "caséines". Les caséines représentent 80% de l'ensemble des protéines contenues dans le lait de vache et elles sont à l’origine de nombreuses intolérances chez le nourrisson et chez l’adulte.

    Les caséines du lait de vache sont structurellement apparentées à la "gliadine alpha" et se digèrent difficilement. Les yaourts, les crèmes glacées ou certains fromages bas de gamme sont en outre souvent fait avec de la poudre de lait, bien plus riche en glycotoxines que le lait frais.

    Qu’est-ce qui augmente la douleur ? 

    La caséine peut être à l’origine d’inflammation et d’hyperperméabilité. A la base, l’intestin bénéficie d’une certaine perméabilité pour permettre d'assimiler les bonnes substances apportées par l’alimentation alors qu'il ferme l'accès aux molécules ou substances indésirables. Une intolérance aux caséines du lait peut induire un état d’hyperperméabilité en laissant pénétrer dans la circulation sanguine des substances nocives qui devraient être éliminées dans les selles.

    En combien de temps arrive la douleur ? 

    L’inflammation peut être immédiatement douloureuse : ballonnements, maux gastriques, constipation... Elle peut aussi être silencieuse et se déclarer au bout de plusieurs années sous forme de maladie inflammatoire chronique comme l’arthrose.

    A partir de quelle quantité ? 

    Celle-ci dépend des organismes de chacun et du nombre d’années passées à consommer des quantités plus ou moins grandes d'aliments pro-inflammatoires. L’important est d’être dans la mesure. Si vous en mangez raisonnablement vous limitez, encore, les possibilités d'apparition de maladies chroniques. En revanche une fois la maladie installée, mieux vaut suivre la diète hypotoxique à la lettre pour se donner un maximum de chances de faire disparaître les douleurs et de mettre ce type de maladies en rémission.

    A noter : le lactose, c’est le sucre du lait et il n’est pas impliqué dans le développement des maladies inflammatoires chroniques. Il peut cependant entraîner des problèmes digestifs lorsqu’un individu a cessé de produire les enzymes appelés lactases.

    Le comté entraîne des maladies inflammatoires

    Résultat de recherche d'images pour "comté"

    Sont susceptibles de provoquer des maladies inflammatoires, tous les laits provenant de sources animales quelles qu’elles soient, et leur dérivés, tels que le beurre, la crème, les fromages, le yaourt, la crème glacée, etc. 

    Qu’est-ce qui augmente la douleur ? 

    Les caséines (protéines) mal digérées du lait chez les personnes qui y sont sensibles irritent la paroi intestinale, créent un déséquilibre bactérien et déclenchent une inflammation. Celle-ci entraîne une hyperperméabilité intestinale qui permet le passage de molécules trop grosses, donc susceptibles d'induire des réactions immunitaires inappropriées dans les tissus.

    En combien de temps arrive la douleur ? 

    L’inflammation peut être immédiatement douloureuse : ballonnements, maux gastriques, constipation... Elle peut aussi être silencieuse et se déclarer au bout de plusieurs années sous forme de maladie inflammatoire chronique comme l’arthrose.

    A partir de quelle quantité ? 

    Celle-ci dépend des caractéristiques génétiques des individus, et du nombre d’années passées à consommer des quantités plus ou moins grandes d’aliments pro-inflammatoires. L’important est d’être dans la mesure. Si vous en mangez raisonnablement vous limitez les possibilités d’apparition de maladies chroniques.

    En revanche une fois la maladie installée, mieux vaut suivre la diète hypotoxique à la lettre pour se donner un maximum de chances de faire disparaître les douleurs et de mettre ce type de maladie en rémission.

    Le rôti de bœuf se digère difficilement

    Résultat de recherche d'images pour "roti de boeuf"

    Toutes les protéines animales : fromages, œufs, et bien-sûr les viandes, peuvent poser problème si l’aliment est cuit à partir de 110-120°. Ce genre de cuisson favorise la production de glycotoxines via la réaction de Maillard. Encore plus grave, la cuisson sur barbecue, en plus d’entrainer la production de glycotoxines, induit la formation de deux substances reconnues comme cancérigènes. A terme, la cuisson à haute température des protéines d’origine animale peut provoquer l’apparition de maladies inflammatoires chroniques.

    Qu’est-ce qui augmente la douleur ?  

    Difficile à digérer, ces molécules provoquent un déséquilibre intestinal appelé "dysbiose", de l’inflammation puis une hyperperméabilité de l’intestin qui va permettre de laisser passer des molécules susceptibles d’activer de façon anormale le système immunitaire au niveau des tissus ainsi irrigués.

    En combien de temps arrive la douleur ? 

    Selon la génétique et la quantité de molécules pro-inflammatoires ingurgitées, des maladies inflammatoires chroniques pourront se développer plus ou moins rapidement : des mois, des années voire des dizaines d’années. Grâce à la diète hypotoxique, la douleur peut s’arrêter, plus ou moins rapidement. 

    Elle peut s’apaiser en 48h, une semaine, plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plus d’une année... Mais il faut préciser que pour certaines maladies plus lourdes telle la sclérose en plaques par exemple, pour obtenir de très bons résultats, cela peut nécessiter une plus longue période ainsi que de respecter à la lettre une diète encore plus restrictive comme l’abandon de tout sucre ajouté dans certains cas.

    A partir de quelle quantité ? 

    Celle-ci dépend de la maladie, de la génétique de chacun et du nombre d’années passées à consommer l’aliment pro-inflammatoire auquel un individu est sensible. L’important est d’être dans la mesure. Si vous consommez raisonnablement ce genre d’aliment, vous limitez les possibilités d’apparition de la maladie.

    En revanche une fois la maladie installée, mieux vaut suivre la diète hypotoxique à la lettre pour se donner un maximum de chances de faire disparaître les douleurs et de mettre la maladie en rémission.

    A noter : les poissons cuits à plus de 110`C contiennent 10 fois moins de glycotoxines que la viande cuite à cette température.

    Les rillettes disposent de mauvaises molécules

    Résultat de recherche d'images pour "rillettes"

    Les aliments fabriqués industriellement à partir de produits animaliers cuits à plus de 110°C comme la charcuterie et le bacon sont à éviter en cas de maladie inflammatoire chronique.

    Qu’est-ce qui augmente la douleur ? 

    Cuit à plus de 110°c, il y a formation de molécules appelées glycotoxines qui favorisent la "dysbiose", l’inflammation et la perméabilité excessive de l’intestin.

    En combien de temps arrive la douleur ?

    L’inflammation peut être immédiatement douloureuse : ballonnements, maux gastriques, constipation... Elle peut aussi être silencieuse et se déclarer au bout de plusieurs années sous forme d’une maladie inflammatoire chronique comme l’arthrose. En coupant les aliments pro-inflammatoires, l’inflammation commence à disparaître, suivie par la régénération des tissus.

    Dans des cas très complexes comme le suivant, la mise en rémission peut s’étaler sur plus d’une année. Une patiente à qui j'avais "anamnèsé" une scoliose à l’âge de 12 ans, souffrait, au moment de débuter la diète hypotoxique d’une arthrose sévère de la colonne, de tendinites multiples, d’une petite déchirure à un muscle de la hanche, et d’un glissement de la vertèbre L4 sur L5. Sa douleur qui était de 10/10 en tout temps était encore amplifiée lorsqu'elle se couchait car aucun mouvement n’était possible. 

    Assez rapidement après le début de la diète hypotoxique, elle avait constaté de légères améliorations et cela a nécessité 5 mois de diète hypotoxique pour pouvoir se coucher sur le côté gauche pendant quelques secondes. Après 17 mois de diète, elle pouvait bouger, marcher normalement et se coucher sans douleur. Après 5 ans, elle peut maintenant dormir de 7-8 heures; pratiquer la danse en ligne et danser le cancan; sa douleur est à 0 lorsqu’elle ne fait aucun écart et à 1.5/10 lorsqu’elle "triche" un peu.

    A partir de quelle quantité ? 

    Celle-ci dépend des organismes de chacun et du nombre d’années passées à consommer des quantités plus ou moins grandes d’aliments pro-inflammatoires. L’important est d’être dans la mesure. Si vous en mangez raisonnablement, vous limitez les possibilités d’apparition de maladies chroniques. En revanche une fois la maladie installée, mieux vaut suivre la diète hypotoxique à la lettre pour se donner un maximum de chances de faire disparaître les douleurs et de mettre ce type de maladie en rémission.

    Le cassoulet en conserve : des risques inflammatoires

    Résultat de recherche d'images pour "cassoulet boite"

    Les aliments préparés et transformés par l’industrie alimentaire , contiennent souvent des quantités importantes de sucre, de sel, de mauvais gras, des produits chimiques pour la conservation, des colorants, des glycotoxines, etc. De plus, les conserves possèdent souvent un revêtement fait de résine de biphénol qui à la longue peut venir s’accumuler dans l’organisme.

    Qu’est-ce qui augmente la douleur ? 

    Une alimentation à base de produits alimentaires transformés va causer de la dysbiose qui a la longue va favoriser l’apparition de maladies inflammatoires chroniques.

    En combien de temps arrive la douleur ? 

    L’inflammation peut être immédiatement douloureuse : ballonnements, maux gastriques, constipation... Elle peut aussi être silencieuse et devenir symptomatique suite à des périodes variables de quelques semaines, quelques mois et/ou des années sous forme de maladies inflammatoires chroniques.

    A partir de quelle quantité ? 

    Celle-ci dépend de la génétique des individus et du nombre d’années passées à consommer des quantités plus ou moins grandes d’aliments pro-inflammatoires. L’important est d’être dans la mesure. Si vous en mangez raisonnablement vous limitez les possibilités d’apparition de maladies chroniques. En revanche une fois la maladie installée, mieux vaut suivre la diète hypotoxique à la lettre pour se donner un maximum de chances de faire disparaître les douleurs et de mettre ce type de maladie en rémission.

    Mais alors vous aller me demander:"Que peut-on manger et surtout ne plus manger lorsque ces pathologies sont installées ?"

    Les aliments interdits 

    • le blé, l’avoine, le seigle, l’orge, le maïs et les produits où ils sont utilisés (pain, gâteaux, brioches, pâtes…)

    • les laits animaux : laits, yaourts, fromages, beurres, crèmes, glaces… 

    • les viandes cuites, crues ou peu cuites, les poissons et coquillages, crevettes…

    • les charcuteries cuites ou crues (saucisson, jambon cru, salami…) 

    • tout aliment cuit à plus de 110°C (en particulier cuisson au four, à la poêle, fritures, au micro-ondes, à la cocotte minute) 

    • les confitures (qui sont cuites) 

    • les huiles raffinées ou matières grasses cuites 

    • la bière (obtenue à partir de céréales) 

    • les conserves, plats préparés (modes de cuisson, huiles utilisées non autorisées) 

    • le chocolat au lait, blanc (nature ou aux céréales)

    • les aliments raffinés en général (riz, farine, sucre, sel,....)

    Les aliments autorisés

    • riz, sarrasin, sésame et leurs dérivés (pains et gâteaux à la farine de riz ou de sarrasin cuits à basse température…) 

    • soja et ses dérivés (lait de soja, tofu..) 

    • légumes secs 

    • noix et oléagineux crus 

    • les fruits (frais ou secs), les légumes , les crudités

    • le sucre complet, le miel

    • les huiles obtenues par première pression à froid

    • les condiments

    • eau, (café, thé modérément), chicorée

    • les aliments cuits à moins de 110°C (cuisson à la vapeur, à l’eau, à l’étouffée, le pochage ou braisage doux)

    • le chocolat noir (modérément)

    • le sel non raffiné de guérande, de l'Hymmalaya, le gomasio.

    Votre naturopathe est le seul professionnel de santé qui pourra vous aider à suivre efficacement une diète hypotoxique. 

    Affection de l'intestin émotif (A.I.E)

    Cette pathologie est un sujet qui me tient à coeur, ayant moi-même été confronté à cette affection. Après un rééquilibrage alimentaire adapté (rien que pour soi), accompagné d’une bonne hygiène de vie, les symptômes ont été réellement éradiqués.

    L'AIE aussi appelé syndrome du côlon irritable ou colopathie fonctionnelle, est un problème de santé de plus en plus fréquent dans nos sociétés.

    Il se déclare généralement au tout début de l’âge adulte. Les femmes seraient généralement plus touchées que les hommes. Ce détail est trompeur, puisque les femmes ayant tendance à s’occuper davantage de leur santé,  consultent plus souvent en cas de problèmes.
    Ce sont autant d'affections qui peuvent perturber occasionnellement les activités professionnelles et domestiques des personnes atteintes dont la plupart souffrent en silence.

    Certaines ressentent de légers symptômes de temps à autre, souvent pendant une période de grand stress, alors que d’autres éprouvent douleurs, souffrance et embarras social des années durant.

    Longtemps perçu comme un trouble psychologique « tout est dans la tête », aujourd’hui nous savons qu’il s’agit d’un problème thérapeutique bien réel, dont on commence à peine à comprendre les causes. Car la vérité est qu’il n’y a pas de cause unique et bien définie à l'AIE.

    Problèmes fréquemment rencontrés

    • Douleur stomacale provoquée par des coliques, souvent en bas à gauche, souvent soulagée en laissant passer des gaz ou des selles

    • Sensation de ballonnement et de gaz, parfois accompagnée de gargouillements bruyants

    • Constipation

    • Diarrhée le matin, surtout au lever

    • Séquences de diarrhée et de constipation en alternance

    • Selles petites et dures accompagnées parfois de mucus.

    • Sensation d’évacuation incomplète après être allé à la selle

    Moins fréquents

    • Nausée, rôts, vomissement

    • Brûlure d’estomac

    • Douleur dorsale

    • Léthargie

    • Maux de tête

    • Troubles du sommeil

    • Incontinence

    REEQUILIBRAGE ALIMENTAIRE

    Un rééquilibrage alimentaire n’est pas considéré comme un traitement mais permet de limiter les symptômes (douleurs et inconforts), leur durée et leur fréquence, et d’améliorer la qualité de vie.

    L'AIE ne se manifeste pas de la même façon pour tout le monde. Chaque personne réagissant différemment aux aliments, il est nécessaire d’apprendre à reconnaître ceux qui conviennent et ceux qui occasionnent des problèmes digestifs.

    Qui plus est, certains aliments peuvent convenir lorsque l’on se sent bien, mais être moins bien tolérés en périodes de crise ou de stress. C’est pourquoi un aliment n’est pas nécessairement à éliminer radicalement de l’alimentation « à vie ». L’important c’est d’écouter votre corps.

    FIBRES SOLUBLES OU FIBRES INSOLUBLES ?

    Les fibres solubles sont dites « douces », car elles sont moins irritantes pour la paroi intestinale que les fibres insolubles. Les fibres solubles gonflent au contact de l’eau dans l’estomac, se transforment en une sorte de gel pendant la digestion et permettent aux selles de passer plus facilement dans l’intestin.

    METS EPICES

    Les mets épicés peuvent irriter l’intestin et causer des inconforts. Pour rehausser le goût de vos plats, remplacez les épices par des fines herbes : basilic, menthe, origan, thym, aneth, coriandre, persil… En plus, la menthe poivrée en feuilles peut soulager les crampes abdominales, elle favorise la détente des muscles intestinaux.

    ALIMENTS INDUSTRIELS

    L’intestin est déjà assez occupé avec les produits naturellement contenus dans les denrées qui constituent notre alimentation, sans que nous le surchargions de produits transformés, auxquels nous ne connaissons à peine les dégâts sur la santé. Il va s’agir de colorants, agents de conservation, pesticides, glutamate… compris dans la plupart des aliments transformés et industriels.

    SUCRES RAFFINES

    La consommation de sucres raffinés peut augmenter les inconforts digestifs tels que jus ou cocktail de fruits, pâte à pizza, pain blanc, pâtes blanche, miel, sirop d’érable, céréales de petit déjeuner, confiture, sorbet, chocolat, biscuits, gâteaux, tartes, crème, friandise…

    ALIMENTATION PAUVRE MODEFP

    MODEFP est un acronyme pour désigner un groupe de glucides à chaîne courte présents dans certains aliments qui, une fois ingérés, peuvent fermenter et créer ainsi des gaz et des ballonnements. Une alimentation pauvre en Modefp permet de réduire à la fois les douleurs, les ballonnements et les flatulences. 

    MODEFP

    Signification:

    • M : Monosaccharides (fructose en excès du glucose)

    • O : Oligosaccharides (fructanes et galacto-oligosaccharides ou GOS)

    • D: Disaccharides (lactose)

    • E: Et

    • F: Fermentescibles (rapidement fermentés par les bactéries du côlon)

    • P: Polyols (sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol)

    Ces substances sont fermentés par les bactéries du côlon et provoquent les symptômes de ballonnements, de gaz et de douleurs abdominales.

    ALIMENTS RICHES EN MODEFP

    Les plus courants sont:

    • Fruits : pommes, avocats, mangues, cerises, pêches, poires, melons, jus de fruits et fruits secs.

    • Légumes : oignons, l’ail, le chou, le brocoli, les choux de Bruxelles, les asperges, artichauts, aubergines, champignons, chou-fleur.

    • Produits laitiers : lait, yaourts, fromages à pâte molle.

    • Légumineuses : pois chiches, haricots rouges, pinto, lima, mungo, lentilles, fèves de soya.

    • Céréales : blé ou seigle, en grande quantité (ex. : pain, craquelins, biscuits, couscous, pâtes alimentaires).

    • Autres : alcools et tout édulcorant qui se termine en -ol, le miel, l’agave.

    Et bien d’autres encore… Il s’agit d’une liste non-exhaustive.

    COMMENT CES ALIMENTS AFFECTENT NOS INTESTINS ?

    Une des raisons pour l’ensemble de ces différents types d’hydrates de carbone sont qu’elles sont irritantes, elles ne sont pas complètement digérés lorsqu’elles atteignent le gros intestin.

    Chimiquement, tout ce que vous mangez est décomposé par une ou plusieurs enzymes. La principale enzyme responsable de la digestion des glucides est l’amylase, qui est d’abord produit dans votre bouche lorsque vous mâchez, puis continue de travailler lors de son voyage à travers le système digestif. Ensuite, les cellules qui tapissent votre intestin peuvent les absorber et les distribuer à d’autres parties de votre corps. Le problème avec les MODEFP est que, contrairement aux autres glucides, ils ne sont pas complètement digérés dans l’intestin grêle.

    Selon le type spécifique d’hydrate de carbone, il peut s’agir d’une des deux raisons :

    Nous ne pouvons pas les décomposer. L’amylase est la principale enzyme responsable de la digestion de l’amidon, mais pas la seule. Certains MODEFP atteignent le gros intestin et n’ont pas eu les enzymes nécessaires pour digérer. Les gens qui réagissent au lactose (disaccharide « D ») ont un déficit de l’enzyme lactase, qui rompt le lactose en sucres simples. Tout le monde réagit au raffinose (un des oligosaccharides, le « O » dans MODEFP), parce que les humains n’ont pas l’enzyme pour les digérer complètement. Pour certains les symptômes seront mineurs, pour les plus sensibles se sera une grande douleur.

    Nous ne pouvons pas les absorber dans l’intestin grêle. Le fructose (le monosaccharide « M » de l’abréviation) n’a pas besoin d’être décomposé – c’est déjà un sucre simple. Mais le fructose peut encore causer des symptômes parce qu’il est difficile à absorber, de sorte qu’il reste dans l’intestin plutôt que de se transporter à travers la paroi intestinale dans le corps.

    Autre raison, la fermentation.

    Dans le gros intestin, la flore intestinale ne peut pas être plus heureuse que par l’obtention de ces hydrates de carbone – les glucides sont leur nourriture préférée. Malheureusement, les bactéries par les glucides font une fermentation sur les molécules de sucre (c’est pourquoi le F de MODEFP signifie fermentescibles).

    Dernier point mais non des moindres, pour laquelle les MODEFP peuvent causer des symptômes digestifs, c’est qu’ils attirent de l’eau dans l’intestin (techniquement, ceci est connu comme l’osmose). L’osmose peut provoquer à la fois ballonnements et diarrhée, car ils vont provoquer un gonflement de la paroi intestinale. Cela aggravera les problèmes déjà causés par la prolifération bactérienne.

    SENSIBLE AUX MODEFP, COMMENT LE SAVOIR ?

    Réduisez votre consommation de tous les aliments riches en MODEFP entre 4 et 8 semaines pour voir si cela améliore vos symptômes. Ce laps de temps devra être assez long pour voir si vous répondez à un rééquilibrage alimentaire faible en MODEFP. Ensuite, vous pouvez réintroduire les aliments un à la fois pour déterminer si vous êtes sensible à chacune des catégories de MODEFP, mais soyez vigilant à vos affections et démarrez doucement. Si vos douleurs réapparaissent, faites une pause et ne redémarrez que lorsque les symptômes ont été à nouveau réduit.

    MODEFP, un rééquilibrage alimentaire à la mode?

    L’approche alimentaire du MODEFP que j'ai est à un stade expérimental, les résultats sont prometteurs. 

    Est-ce que ça marche ?

    Oui en suivi thérapeutique naturopathique. Tout dépend si les MODEFP sont le souci à vos problèmes de santé. Car il y a d’autres aliments susceptibles de perturber votre système digestif. Notamment, le café, les aliments gras, les épices chaudes, la bière et les aliments riches en fibres, tels que le pain complet et de muesli, les fibres insolubles, ou encore d’autres familles alimentaires. Les associations alimentaires entre groupes d'aliments peuvent aussi influer cette pathologie.

    Mais aussi et surtout… votre hygiène de vie, selon vos émotions, votre stress, si sédentarité, ou carence… De nombreuses causent peuvent être le soucis à votre problème, et sans doute plusieurs à la fois.

    REPAS A HEURES FIXES

    Ne sautez pas de repas et n’attendez pas d’être affamés au risque de ressentir des spasmes intestinaux auxquels les symptômes sont plus exacerbés qu’à la normale. Et à l’inverse, évitez les repas qui sont trop copieux, d’avoir un « trop plein » après avoir mangé. Il est préférable de ne pas surcharger le système digestif. 5 petits repas par jour valent mieux que 3 gros repas.

    BOIRE BEAUCOUP D’EAU

    Six à huit verres d’eau par jour est le minimum dont nous ayons besoin pour préserver la santé et de préférence en dehors des repas. L’eau permet également de diminuer le risque de constipation.

    CAFEINE, THE, BOISSONS ENERGISANTES, ALCOOL…

    La caféine et la théine stimulent l’activité de l’intestin et peuvent causer des diarrhées ou des inconforts.

    Faites le test ! La plupart des personnes souffrant d'AIE ont noté qu’en buvant moins ou en en cessant ces boissons les symptômes s’estompaient. S’il y a une entorse, dans ce cas, ne jamais boire d’alcool l’estomac vide et à alterner avec de grands verres d’eau. Idem pour le café et le thé toujours à prendre en mangeant. Cela atténuera les effets.

    UNE MEILLEURE HYGIENE DE VIE

    TABAGISME

    La nicotine a un effet puissant sur le système nerveux et bien des gens qui souffrent d'AIE, trouvent que le fait de cesser de fumer aide à réduire leurs symptômes. Même si vous fumez peu, cela est nuisible.

    ESPRIT ZEN

    Il est impératif de changer de rythme, de s’offrir des pauses, de manger lentement, de mastiquer longuement chaque bouchée, de dormir profondément et suffisamment, d’alterner régulièrement les temps de travail et de repos, des temps pour le raisonnable et des temps pour le plaisir.

    RELAXATION

    Se détendre ne signifie pas ne rien faire. Aussi, si vous décidez de vous relaxer, faites-en un choix positif et ménagez-vous un moment pour demeurer seul et tranquille chaque jour. Prenez un temps déterminé rien que pour vous. Quoi que vous décidiez de faire de ce temps : un peu de méditation, de yoga, une randonnée à pied, rester assis paisiblement, prendre un bain, écouter de la musique. Ce temps vous appartiendra.

    LE MOMENT PRESENT

    Apprenez comment on se sent à vivre le moment présent. Même des tâches comme celle de vous laver peuvent être transformées en relaxation, si vous les accomplissez lentement, avec soin et attention. Quand vous vous brossez les dents, que vous prenez une douche ou un bain ou que vous allez à la selle, faites-le lentement ; concentrez-vous sur ce que vous faites et saisissez l’occasion de « connaître votre corps » et son fonctionnement. Vos muscles sont-ils détendus ? Comment est votre respiration ? etc.

    RESPIRATION

    A l’inspiration, notre diaphragme, muscle de la respiration, se contracte, descend et pousse les organes dans le ventre. A l’expiration, nos poumons se vident, le diaphragme se relâche et remonte. Le diaphragme est également le muscle des émotions. En le bloquant, nous empêchons nos émotions et notre stress de s’exprimer librement. Ils restent alors « prisonniers » de notre corps et s’expriment sous formes de tensions, de douleurs (boule dans la gorge, plexus bloqué, problèmes digestifs…). En activant notre respiration, nous libérons non seulement notre diaphragme mais également nos émotions et notre stress mal digérés.

    EXERCICE PHYSIQUE

    Notre corps a besoin d’exercice physique, autant que de boire et de manger. Sans un exercice adéquat, le métabolisme du corps ralentit. Nous prenons du poids, nos muscles s’affaissent, les toxines mettent plus de temps à quitter notre corps, puis apparaissent toutes sortes de symptômes.

    Choisir Anastore, c'est être en accord et en harmonie avec soi-même

    Qui est ANASTORE ?

    Depuis son lancement, en décembre 2000, Anastore fait tout pour vous donner entière satisfaction : qualité des produits, relations clientèle, fiabilité des envois, sécurité des transactions, site optimisé pour l'ergonomie et la rapidité.
    Autant de points essentiels pour vous garantir d'avoir à faire à l'un des sites marchands les plus sûrs qui soit. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard: ils sont leader sur le marché des produits anti-âge sur internet ! 

    Une société à forte identité européenne

    Depuis sa création par une équipe franco-suisse, Anastore est aujourd'hui une société à forte identité européenne.
    Produits fabriqués en France et en Belgique, logistique basée en Espagne et en Allemagne. Le service client dedié à Anastore est composé d'une équipe polyglotte. Expédition et relation client dans toute la communauté européenne [Lire la suite...].

    Leur mission: vous offrir le meilleur de la phytothérapie

    Plus encore qu'un vaste choix de produits, Anastore s'est donné pour mission de vous proposer le meilleur de la phytothérapie.
    Depuis le lancement en 2001, cette ambition se poursuit en approfondissant continuellement leurs connaissances dans le domaine de la phytothérapie, de ses applications et de ses origines. Elle est également menée en parallèle d'un service de qualité et personnalisé qui a fait leur réputation et qui fonde leur identité [Lire la suite...].

    Autre mission dans la vallée du Dzongsar au Tibet

    Anastore au Tibet

    La société Anastore.com pu approfondir ses connaissances sur la pharmacopée tibétaine et découvrir les secrets de ce savoir ancestral grâce à leur partenaire local, Karpo, fondateur du dispensaire médical de Dzongsar et fabricant de médicaments traditionnels [Lire la suite...].

    Garantie de qualité

    La qualité des matières premières, la conception novatrice, les analyses et le conditionnement conformes aux réglementations de l'industrie pharmaceutique, l'innocuité des éléments, le pourcentage en actifs; tout cela contribue à la qualité finale du produit. Tous ces points permettent à Anastore.com de satisfaire vos besoins avec la plus grande fiabilité.

    Anastore.com distribue des compléments alimentaires pour la consommation humaine, raison pour laquelle l'un de leurs compromis les plus importants est la qualité. Pour cela, ils disposent de différents certificats qui garantissent l'adéquation de leurs produits avec les standards de qualité les plus élevés.

    Anastore.com possède un système de gestion de qualité. Ce système exige que toutes les activités d'Anastore.com soient réalisées et enregistrées de façon à respecter la plus stricte réglementation européenne [Lire la suite...].

     

    a) ORGANIGRAMME DE FABRICATION D'UN NOUVEAU LOT DE PRODUIT

    Sécurité et confidentialité

    La sécurité et la confidentialité des informations des utilisateurs d'Anastore.com sont garanties.

    Sécurité des transactions

    Les transactions par carte bancaires sont chiffrées (cryptage SSL). Au moment du paiement, les utilisateurs sont redirigés vers une plateforme bancaire de paiement, Anastore.com n'a donc à aucun moment accès aux numéros de cartes bancaires.

    Confidentialité

    La confidentialité et la protection des informations concernant leurs clients est une priorité absolue :
    Vos informations personnelles ne sont en aucun cas communiquées à des tiers. L'adhésion du site Anastore.com nº1642270 à la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés) vous garantit leur stricte confidentialité ainsi que votre droit à les consulter, les modifier ou les supprimer [Lire la suite...].

    Comment acheter

    En passant par le site internet VOGOT, par exemple. En naviguant sur celui-ci, vous trouverez les compléments alimentaires à la fin des pages. Vous pouvez également cliquer sur la bannière du haut ou directement ici :

    Anastore.com


    Moyens de paiement 

    Carte bancaire

    Réglez votre commande par carte bancaire, en ligne dans notre espace sécurisé SSL en sélectionnant cette option dans l'étape de paiement, ou par téléphone.

    Visa - MasterCard
    Virement bancaire

    Réglez votre commande par virement bancaire, en ligne en sélectionnant cette option dans l'étape de paiement et en suivant les instructions à l'écran, ou par téléphone.

    Votre commande sera traitée dès réception de l'ordre de paiement de votre banque. Cette manipulation peut être aussi rapide que le paiement par carte bancaire [Lire la suite].

    Tableaux comparatifs qualité/prix mensuel

    Maca Bio
    Marque

    Contenance

    Posologie journalière Prix en euro au 01/09/2016 (hors promotions) Durée Prix au mois en euro Note
    Anastore 120 gélules de 500 mg 2 gélules 24,90   60 jours  12,45  
    Nutrimea 90 gélules de 350 mg 4 à 6 gélules 16,90 de 22 à 15 jours 22.53 à 33.80  
    Diétanat 340 comprimés de 500 mg 5 à 20 comprimés 14.70 de 68 à 17 jours de 6.48 à 25.94 Moins efficace en comprimés
    Fleurance Nature 60 comprimés de 500 mg 2 à 3 comprimés 14.90 de 30 à 20 jours de 14.90 à 22.35 Moins efficace en comprimés

     

    Griffonia Simplicifolia Bio
    Marque Contenance Posologie journalière Prix en euro au 01/09/2016 (hors promotions) Durée Prix au mois en euro Note
    Anastore 90 gélules de 170 mg 3 gélules 19 30 jours 19  
    Nutrimea 30 comprimés de 50 mg 1 comprimé 29.90 30 jours 29.90 Posologie trop faible et moins efficace en comprimés
                 
                 

     

    Kudzu Bio
    Marque Contenance Posologie journalière Prix en euro au 01/09/2016 (hors promotions) Durée Prix au mois en euro Note
    Anastore 60 gélules de 100 mg 1 gélule 14 60 jours 7 Efficace dès 100 mg
    Ma boutique au naturel 60 gélules de 400 mg 1 gélule 29.70 60 jours 14.85  
                 
                 

     

    ATTENTION ! Certains sites spécialisés dans la vente de compléments alimentaires "bio", proposent souvent des produits qui ne sont pas certifiés "bio", mélangés dans leurs suggestions. Veuillez bien lire les étiquettes ! 

    Je complèterai le tableau quand je trouverai des compléments réellement "bio", vendus sur les sites.

    Satisfait ou remboursé

    Anastore vous offre la garantie « satisfait ou remboursé » dans les cas suivants :

    Les produits reçus sont en mauvais état ou ne correspondent pas à ce que vous aviez commandé :

    Vous devez les prévenir dès réception de votre commande par le biais du formulaire de réclamation ou par téléphone (voir section contactez-nous).

    Sous réserve d'acceptation de votre réclamation, Anastore.com programme pour vous un enlèvement gratuit des produits à votre domicile auprès de leur compagnie de transport privée, et vous renvoie immédiatement les produits manquants en colis express [Lire la suite...].

     

    Anamnèse et examen physique du patient sur le thème de la sexualité

    Retracer le passé d’un patient est complexe. Ce dernier doit expliquer au praticien ses symptômes et ses comportements. Influencés par les normes culturelles locales régissant ses schémas fonctionnels et inquiets quant à la confidentialité des renseignements fournis, certains patients peuvent être mal à l’aise au moment d’évoquer ces sujets délicats.

    Vous devez rapidement gagner la confiance du patient et l’assurer que l’entretien est confidentiel pour reconstituer l’histoire précise de la maladie dans le court laps de temps qui vous est imparti.

    Besoins du patient

    Cette partie vous permettra :

    • d’identifier les différents besoins d’un patient consultant pour une pathologie notamment ses attentes concernant le cadre de guérison 
    • de tenir compte de la diversité des besoins, selon le sexe ou l’âge du patient.

    L’anamnèse et l’examen physique du patient doivent permettre :

    • de poser un état général, précis et efficace de la pathologie en cause,
    • d’évaluer les risques (de transmission ou d’acquisition) de la maladie,
    • de déterminer si d’autres risques peuvent créer des maladies de transfert.

    Besoins élémentaires du patient

    L’inquiétude ou la gêne sont fréquents chez le patient. Il sont donc importants dans le cadre de prise en charge et le praticien devra le mettre à l’aise.

    Prise en charge

    Confidentialité et respect de la vie privée sont deux maîtres mots. Il est important d’interroger le patient à l’abri des regards et des oreilles indiscrètes. Il est tout aussi important d’expliquer au patient que vous mettez tout en œuvre pour respecter la confidentialité des informations données en consultation.

    Praticien de santé

    Le plus important peut-être pour un patient, c’est de sentir que le praticien le comprend, le respecte et est à l’écoute. Pour ce faire, il faut établir une relation de confiance avec le patient et se garder de tout jugement.

    Développer la relation praticien-patient

    Un bon sens de la communication est indispensable pour créer une relation avec le patient. Cette capacité de communication englobe :

    • la communication verbale : la manière de parler au patient et de lui poser des questions ;
    • la communication non verbale : la manière de se comporter face au patient.
    1. Vous devez avant tout accueillir le patient de manière raisonnablement amicale et vous présenter.
    2. Souriez et parlez d’un ton amical.
    3. Présentez-vous.
    4. Adressez-vous au patient par son nom.
    5. Proposez-lui de s’asseoir.
    6. Ne commencez l’entretien que lorsque vous êtes dans un lieu tranquille et protégé.
    7. Regardez le patient droit dans les yeux, si les conventions culturelles le permettent.
    8. Montrez-vous respectueux et compréhensif.

    La clé d’une communication non verbale efficace tient en une phrase : traiter chaque patient avec respect et lui accorder toute votre attention :

    • Regardez le patient dans les yeux. Là où les conventions culturelles le permettent, échanger des regards avec le patient lui signifie votre intérêt. Une mine d’informations est transmise par la communication non verbale, notamment les expressions du visage et le mouvement des yeux. Observez et écoutez ; intéressez-vous autant aux émotions qu’aux faits.
    • Écoutez attentivement ce que raconte le patient. Prêter une oreille attentive est le signe pour le patient que le praticien est véritablement à l’écoute et que ses préoccupations sont entendues. La capacité d’écoute est une qualité qui s’acquiert avec la pratique. Pour montrer que vous êtes réceptif, penchez-vous légèrement vers le patient. Acquiescez ou dites quelques mots de temps à autre pour l’encourager. Ne montrez aucun signe d’impatience et évitez d’écrire pendant le récit du patient. Évitez de l’interrompre à moins de devoir éclaircir un point.
    • Utilisez la technique du miroir. Si le patient est assis, asseyez-vous ; s’il se met debout, levez-vous. Le recours à cette technique non verbale aide le patient à se sentir plus à l’aise. Elle vous place sur un pied d’égalité avec le patient. Regarder le patient littéralement de haut peut être ressenti comme menaçant.
    • Restez à côté du patient. Réduisez la distance autant que les conventions culturelles le permettent. Un bureau ou une table créent une barrière physique entre vous et votre patient. Nous ne sommes pas dans un cabinet médical austère et froid. Si possible, tenez-vous ou asseyez-vous à côté de lui. Très simples, ces quatre techniques non verbales peuvent tout changer dans le rapport de confiance ou de méfiance que vous établissez avec votre patient. Sommes-nous vraiment sûrs à 100 % de projeter une attitude positive à tous nos patients ?

    Compétences verbales pour l’anamnèse

    Au-delà des techniques de communication verbale que nous avons passées en revue, il est intéressant d’étudier les méthodes d’entretien à privilégier pour l’anamnèse, ainsi que les différentes techniques de communication verbale.

    Poser des questions

    Vous devez obtenir de chaque patient des renseignements importants sur son état de santé : cela englobe non seulement ses symptômes et ses antécédents médicaux, mais aussi son passé (parents, grossesse de la mère, vie intra-utérine, petite enfance, enfance, adolescence, éducation, expériences adultes, sexualité...).

    Je vous recommande :

    • de vous garder de tout jugement moral dans la formulation de vos questions (utiliser le conditionnel) ;
    • d' éviter le jargon médical et choisir des termes compréhensibles, adaptés au patient ;
    • de demander au patient l’autorisation de lui poser des questions personnelles.

    Questions ouvertes et fermées

    Deux types de questions peuvent être posées au patient : questions ouvertes et questions fermées.

    Une question ouverte permet au patient de donner une réponse détaillée ou d’enchaîner librement sur un autre sujet.

    • « De quoi souffrez-vous ? »
    • « Quels types de médicaments prenez-vous en ce moment ? »
    • « Qu’est-ce qui vous amène aujourd’hui ? »

    Une question fermée invite le patient à répondre par un seul mot ou une courte phrase, souvent oui ou non.

    • « La douleur est-elle aigüe ? »
    • « Avez-vous un retard de règles ? »
    • « Avez-vous un partenaire régulier ? »
    • « Quel âge avez-vous ? »
    • « Avez-vous angoisses ? »

    Les questions ouvertes incitent le patient à s’exprimer avec ses propres mots et à raconter tout ce qui lui semble important. Ainsi, on peut obtenir beaucoup plus d’informations en posant une seule question ouverte qu’en utilisant plusieurs questions fermées. Par ailleurs, la sexualité (thème que nous allons développer plus bas), étant un sujet difficile à aborder, les questions ouvertes permettent au patient de garder une certaine maîtrise du discours et de se sentir plus à l’aise.

    Les questions fermées, elles, invitent le patient à répondre précisément à la demande formulée par le praticien. Ce type de question est utile pour préciser certaines informations. On peut, si nécessaire, compléter les réponses aux questions ouvertes par des questions fermées.

    Pour illustrer la différence entre questions ouvertes et questions fermées, comparez les deux exemples donnés ci-après. Observez la quantité d’informations recueillies pour chaque type de question.

    Le praticien obtient beaucoup plus d’informations, par le simple recours à des questions ouvertes : « Que pouvez-vous me dire sur ces douleurs ? » et « Y a-t-il autre chose qui vous gêne ? ». Vous conviendrez peut-être également que le patient semble plus à l’aise ; il a moins l’air de subir l’entretien.

    J'insiste sur l’importance de poser plusieurs fois la deuxième question : « Y a-t-il autre chose ? ». En effet, certains patients sont tellement embarrassés à l’idée de parler de leurs pathologies qu’ils décrivent d’abord d’autres symptômes sans rapport, tels qu’un mal de tête, avant d’être suffisamment détendus pour passer aux vrais symptômes. Donner au patient la possibilité de s’étendre sur ses différents motifs de consultation permet souvent de glaner des informations utiles.

    Une fois certain d’avoir obtenu le tableau complet du problème vu par le patient, vous pouvez poser des questions fermées pour demander des détails précis.

    Techniques spécifiques de communication verbale

    Parallèlement à une communication non verbale positive et à un interrogatoire adapté et respectueux.

    • Patiente : J’ai mal au ventre.
    • Praticien : On va regarder ça. Où avez-vous mal ?
    • Patiente : Ici.
    • Praticien : La douleur est-elle constante ?
    • Patiente : Non.
    • Praticien : Est-ce que c’est sensible ici ?
    • Patiente : Oui.
    • Praticien : Quand les douleurs ont-elles commencé ?
    • Patiente : La semaine dernière.
    • Patiente : J’ai mal au ventre.
    • Praticien : On va regarder ça. Que pouvez-vous me dire sur ces douleurs ?
    • Patiente : Eh bien, j’ai commencé à avoir mal la semaine dernière. Au début, c’était juste sensible en bas, mais parfois, la douleur est très forte. Surtout quand je m’assieds ou que je me lève. C’est très différent selon les positions.
    • Praticien : Y a-t-il autre chose qui vous gêne ?
    • Patiente : En fait, oui, un liquide étrange, différent de d’habitude. Ça ne fait pas mal, mais c’est gênant. 

    Anamnèse et examen physique

    Certaines techniques et compétences spécifiques peuvent être extrêmement utiles pour interroger une personne. Elles vous permettront à la fois de soutenir votre patient, et de rassembler efficacement les renseignements dont vous avez besoin.

    Six techniques sont à votre disposition :

    1. facilitation,
    2. entretien directif,
    3. résumé et vérification,
    4. empathie,
    5. légitimation/réconfort,
    6. affirmation d’un partenariat/contrat de soins.

    1. Facilitation

    Par facilitation, on entend l’ensemble des mots, sons et gestes qui invitent le patient à poursuivre son récit. Acquiescer ou lever les sourcils sont deux exemples de facilitation non verbale. Le but est d’encourager discrètement le patient à poursuivre. Voici un exemple de facilitation verbale.

    • Patiente : Je ne suis pas sûre… c’est gênant.
    • Praticien : C’est normal, je vous écoute.
    • Patiente : Voilà, c’est que...
    • Praticien : Oui ?
    • Patiente : J’ai une plaie…

    2. Entretien directif

    Cette technique est utile lorsque le patient est confus et ne sait pas par où commencer, ou lorsqu’il ne sait pas ce qu’il est important de dire. L’entretien directif aide le sujet à structurer ses idées et à donner les renseignements requis sous forme de séquence.
    Patiente : Je ne sais pas, ça fait trois semaines. Qu’est-ce que je vais dire à mon mari ? Est-ce que tout le monde va savoir ? Je veux dire, ça se guérit, n’est-ce pas ?

    • Praticien : Essayons de voir quel est le problème. Commençons par régler ça, puis nous verrons comment en parler à votre mari.

    L’entretien directif permet au patient d’exprimer ses craintes et inquiétudes plus facilement.

    3. Résumé et vérification

    Le fait de résumer et de vérifier les propos du patient vous permet de vous assurer que vous l’avez bien compris. Il peut lui-même corriger tout malentendu. L’idée est de reformuler les propos du patient et de lui demander si le résumé est correct. Employez cette technique quand le patient a mentionné un certain nombre de points que vous voulez confirmer.

    • Praticien : (Résumé) Vous vous inquiétez de ce qu’il faut dire à votre mari et vous êtes donc très embarrassée par cette infection. Vous voulez savoir si on peut la guérir. (Vérification) C’est bien ça ?
    • Patiente : Oui, c’est ça. Qu’est-ce que j’ai ?

    4. Empathie

    C’est peut-être l’attitude communicante la plus importante lorsque l’on est confronté aux émotions d’un patient. Si vous constatez un sentiment d’anxiété ou de tension chez le patient, vous pouvez exprimer votre empathie en commentant l’émotion que vous avez observée. Vous montrez ainsi au patient qu’il a le droit d’exprimer ses craintes, et développez une communication plus ouverte avec lui. Comme pour les techniques de facilitation, vous encouragez alors le patient à en dire plus.

    • Praticien : (Doucement) Je vois que vous êtes très inquiète.
    • Patiente : Oui, cela fait plus d’une semaine que ça me gêne. Je suis morte d’inquiétude.

    5. Légitimation/réconfort

    Il est utile de réconforter le patient pour le rassurer sur le fait que ses émotions sont légitimes et que l’on peut régler son problème. Avec vos mots ou vos gestes, vous montrez au patient que son anxiété peut disparaître.

    • Praticien : Je comprends que vos symptômes vous inquiètent. Dès que je pourrai confirmer votre pathologie, nous commencerons un traitement et vous devriez vous sentir mieux.
    • Patiente : Ça me rassure. Que voulez-vous savoir ?

    6. Affirmation d’un partenariat

    L’affirmation d’un partenariat confirme l’engagement du praticien d’aider le patient. Ce contrat de soins peut être passé avec le praticien , à titre personnel, comme dans l’exemple ci-dessous.

    • Praticien : Vous avez bien fait de venir consulter. Je voudrais m’assurer que vous êtes au courant de tout ce qu’il faut savoir pour prévenir une nouvelle infection. Nous évoquerons aussi la meilleure façon de parler à votre mari.
    • Patiente : Oh merci ! Je ne veux pas que ça se reproduise.

    La plupart des professionnels de santé expérimentés emploient de temps en temps certaines de ces techniques d’entretien. Pour réussir l’interrogatoire d’un patient, il faut recourir la plupart du temps aux six techniques proposées.

    Anamnèse et examen physique du patient

    Rassembler les informations

    Il vous sera utile d’améliorer vos compétences d’entretien, car une bonne anamnèse est la clé d’un diagnostic précis et rapide. Les renseignements communiqués par le patient sont le point de départ pour comprendre ses comportements et trouver quelle a été la racine du mal.

    Tout d’abord, il est utile de préciser les raisons de l’anamnèse. L’interrogatoire du patient est important pour :

    • évaluer les causes de la maladie ;
    • déterminer les conséquences de la maladie.

    Voici les informations que vous devez obtenir à peu près dans cet ordre.

    • Renseignements généraux sur le patient
    • Âge
    • Nombre d’enfants
    • Adresse
    • Emploi
    • Maladie actuelle du patient
    • Antécédents médicaux du patient

    Pour chaque patiente, procédez à une évaluation des risques.

    Les questions doivent être adaptées en fonction du contexte social et comportemental local.

    Communication verbale et non verbale pour l’anamnèse

    Voici un exemple d’entretien où le praticien emploie des techniques verbales et non verbales pour interroger le patient. Vous comprendrez le type de technique employé.

    Vous pouvez également évoquer tout autre chose que son médecin généraliste aurait pu dire ou faire pour ce patient.

    Questions et réponses. Observations

    • Praticien: Bonjour, asseyez-vous. Je m’appelle Monsieur (prénom et nom), je suis praticien de santé (vous pouvez décrire votre parcours professionnel). Comment vous appelez-vous ?

    Présentation amicale et question ouverte du patient X.

    • Praticien: Que puis-je faire pour vous aider ? (Question ouverte, facilitation)
    • Patient X: Eh bien, je me suis luxé le bras hier en essayant de me débarrasser d’un vieux tronc. C’est assez douloureux.
    • Praticien : Oh, voyons si cela à l'air grave, vous avez bien fait de venir pour traiter votre douleur. Je peux regarder et passer une crème ou une pommade sur votre bras si vous voulez. Vous êtes venu de loin pour cette consultation ? (Réconfort)
    • Patient X : Oh, je vis à moins de dix kilomètres d’ici, près de (nom du village).
    • Praticien : Bien. (Application de la crème ou de la pommade.) Y a-t-il autre chose que vous souhaitez faire examiner ? Question ouverte, facilitation
    • Patient X : En fait... oui (rire nerveux).

    Anamnèse et examen physique du patient

    • Praticien : Ça vous gêne peut-être d’en parler... Empathie
    • Patient X : Oui, ça me gêne... vous voyez, c’est au niveau (se penche et murmure)... de mon pénis.
    • Praticien : Oui ? Facilitation
    • Patient X : Eh bien (hésitation), il y a... (hésitation) comme une plaie.
    • Praticien : Et cette plaie vous inquiète ? Empathie/vérification
    • Patient X : Oui. En fait, ça ne fait pas mal, mais ce n’est pas beau à voir. Ça m’inquiète un peu. Enfin, une de mes petites amies m’a dit que c’était… mauvais et refuse de me voir… Ça vient peut-être d’une fille que j’ai rencontrée dans un bar ou même d’une de mes petites amies.
    • Praticien : Que pouvez-vous me dire sur cette plaie ? Question ouverte, entretien directif
    • Patient X : Que dire ? Ça ne fait pas mal… (haussement d’épaules)
    • Praticien : Depuis combien de temps avez-vous cette plaie ? Question fermée, pour obtenir une information précise
    • Patient X : Oh, un mois environ, je suppose. Mon oncle dit que je ne dois pas m’inquiéter, mais je pense que ça vient d’une femme… si je trouve laquelle…
    • Praticien : Monsieur X, il est clair que le fait que la plaie se trouve à cet endroit vous angoisse, mais je pense que nous devons d’abord déterminer ce que c’est. Je pense que nous devons aussi discuter de ce que vous pouvez faire pour éviter que ça se reproduise.... Je vais d’abord devoir examiner cette plaie... (Empathie, entretien directif).
    • Patient X : (Regard surpris)
    • Praticien : Je sais que ça peut être gênant, mais je dois vous examiner pour savoir quel est le problème. Vous êtes d’accord ? (Empathie, réconfort, partenariat).
    • Patient X : Oui, enfin, je suppose (à contrecœur).
    • Praticien : Je dois être sûr avant de vous proposer un traitement.
    • Patient X : Ça va aller, n’est-ce pas ?
    • Praticien : Oh oui, et avec votre aide, je peux vous traiter et vous guérir. Je vous dirai tout ce qu’il faut savoir et vous aiderai à décider ce que vous allez faire. Ça vous va ? (Réconfort, partenariat).
    • Patient X : Oui. (Soulagement)

    Examen physique

    L’examen physique sert à confirmer la présence des symptômes décrits par le patient. Cette partie explique la conduite à tenir lors de l’examen d’un patient et d’une patiente. Dans certains pays, il est habituel que les patientes soient examinées par des femmes, et les patients par des hommes. La situation varie selon l’emplacement géographique. L’examen des parties intimes d’un patient exige du praticien tact, sensibilité et respect. Les patients peuvent être gênés ou mal à l’aise.

    Il existe des méthodes pour aider le patient à comprendre l’importance de l’examen physique et à surmonter sa gêne.

    Veuillez noter que cette partie ne traite que de l’examen et ne couvre pas toutes les maladies sexuelles, comme la gale ou la phtiriase du pubis, que vous êtes normalement amené à traiter dans le cadre habituel de vos fonctions.

    Veuillez garder à l’esprit que :

    • Une bonne anamnèse passe par un interrogatoire complet du patient et l’examen physique de ses parties génitales ;
    • Je recommande le port de gants, en particulier pour inspecter des muqueuses, dont les parties génitales, la bouche et l’anus.

    Cette partie vous aidera à :

    • vous comporter de façon professionnelle avant et pendant l’examen physique du patient ;
    • rassurer les patients qui refusent de se faire examiner et gagner leur confiance et leur coopération ; 
    • réaliser un examen efficace, que le patient soit un homme ou une femme.

    Pour l’examen des parties génitales, vous devez rester professionnel devant la timidité, voire le refus, de certains patients. Vous devez :

    • garantir le respect de l’intimité ;
    • expliquer ce que vous allez faire et pourquoi l’examen est important ;
    • demander au patient l’autorisation de l’examiner ;
    • rester calme et éviter de vous presser pendant l’examen, même si vous avez peu de temps ;
    • aborder l’examen avec assurance, mais en restant à l’écoute des besoins du patient.

    Pour la plupart des syndromes, l’examen est une étape importante de l'anamnèse. Cela dit, il ne faut jamais forcer le patient à subir un examen physique. S’il refuse, vous devez le rassurer et lui expliquer la situation jusqu’à ce qu’il vous accorde sa confiance.

    Les pièges du développement personnel

    On veut tous s’améliorer, chacun à sa manière, pour des raisons qui sont propres à chacun.

    Certains pour la sécurité, d’autres pour le confort, d’autres encore, pour la reconnaissance. Cette tendance forte est exacerbée par le stress grandissant auquel nous sommes soumis ; et c’est probablement la raison pour laquelle de plus en plus de blogs voient le jour, consacrés au développement personnel.

    Il en existe de très bons. J’aime beaucoup, à l’occasion, me rendre sur ces blogs, et lire quelques articles. La plupart du temps, j’y trouve des réflexions intelligentes et pleines de sagesse, qui font échos à mes propres interrogations.

    Cependant, une tendance dans les sites de développement personnel m’ennuie un peu : cet accent mis sur l’efficacité personnelle. Cette volonté affichée de gommer tous ses défauts pour tendre vers la perfection. Vous savez, ces articles aux titres du genre « 10 conseils pour devenir plus productif », « 5 conseils pour développer votre mémoire », « Comment être plus efficace ».

    Ok, la promesse de ces articles semble alléchante ; et leur lecture se révèle souvent intéressante… Tant que cela reste intuitif et spontanné dans le désir de modifier uniquement un état perturbant.

    Devenir un robot ne m’intéresse pas

    J’ai du mal avec cette impression que le développement personnel me donne parfois, que je dois VOULOIR devenir efficace, productif – parfait, dans un sens.

    Je ne veux pas devenir un robot.

    D’abord, parce que c’est impossible. Et surtout, parce qu’il n’est pas nécessaire de tout contrôler pour être heureux.

    Le mieux est l’ennemi du bien

    Bien sûr, je veux pouvoir identifier mes défauts majeurs et les surmonter pour progresser dans ma vie; bien sûr, je sais que je dois me battre et lutter contre moi-même pour me tailler la vie dont je rêve.

    Mais pas au prix de me perdre dans cette course. Je veux aussi rester moi-même, je ne veux pas me laisser derrière sous prétexte de vouloir devenir une personne « meilleure ».

    Car orienter tous ses efforts vers la perfection, est selon moi un développement personnel qui se trompe de sens. Ne serait-il pas mille fois préférable d’essayer de s’améliorer, bien sûr, mais aussi, d’apprendre à vivre avec ses petits défauts ?

    Laissez-vous être !

    Je trouve incroyablement stressant, oppressant, voire, violent, de m’infliger cette espèce de course perpétuelle à la perfection et à l’amélioration. Par moment, sous couvert de développement personnel, j’ai l’impression qu’on en viendrait à s’infliger une espèce de tyrannie personnelle (ok, j’exagère probablement un peu, mais j’ai rencontré des gens qui ne vivaient plus que dans une optique de "dev perso", et croyez moi : c’est à la fois triste et effrayant).

    Je retrouve la même chose, chez certaines personnes qui, peut être parce qu’elles ont une revanche à prendre sur elles-mêmes, se lancent de toutes leurs forces dans la séduction et le Game pour devenir des "players" capables de séduire tous les êtres qu’ils désirent. Est-ce une volonté de développement personnel, ou une chimère ? Et surtout, est-ce bénéfique ? Est-ce une démarche saine et salutaire ?

    La perfection ne m’intéresse pas

    C’est tentant, mais non merci. Le prix à payer est trop élevé, et la récompense, douteuse au mieux. Après tout, réussir sa vie, est-ce être parfait ? J’en doute – et vous aussi certainement. Alors ?

    Je préfère vivre, quitte à faire des erreurs, que de vouloir me transformer en quelqu’un de parfait, 100% rationnel, efficace. Aucune envie de devenir une espèce de Bree Van de Kampf. (C.F. Série américaine "Desperate Housewives")

    A l’occasion, j’aime perdre du temps

    A l’occasion, j’aime traîner, et faire passer des choses futiles avant les choses importantes (et non, il ne s’agit pas de procrastination).

    Et non, il ne s’agit pas d’auto-complaisance non plus.

    Il y a, je pense, un juste milieu à trouver.

    Et, j’en suis sûr, il est sain d’accepter de se trouver à ce juste milieu, plutôt qu’à l’un des extrêmes que l’on a tendance à vouloir nous vendre sur les blogs de développement personnel.

    Je ne serai jamais parfait – et ça me va

    J’ai de nombreux défauts, et un certain nombre d’entre eux, je ne m’en débarrasserai jamais – même si je mets un point d’honneur à essayer. Mais je ne veux avoir ni la prétention, ni la naïveté de croire que je peux inscrire mes défauts et défaillances sur une check-list, pour m’y attaquer et les rayer un à un.

    Le développement personnel tel que je le conçois, n’est pas une course à la perfection, mais cultiver la volonté d’être bon et heureux (et peu importe sa productivité !), et la sagesse d’accepter que l’on ne gagnera pas toutes les batailles.

    Le développement personnel ne doit pas devenir une espèce de fordisme de l’Être. Ne tombons pas dans l’excès !

    Mon humble conseil : veuillez être meilleurs, mais avant tout, désirez être bons et heureux. Pour cela, apprenez à accepter que vous ne serez jamais parfait. Je crois que la clé du bonheur n’est pas loin.

     

    Anastore.com

     

    ×