Anastore.com

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    naturel

    10 aliments pour vivre plus longtemps

    J'ai voulu pour cet article, répertorier sur une liste, les meilleurs aliments pour garder votre tonus et ralentir votre vieillissement. À défaut d’élixir de jouvence, il est possible de bien s’alimenter pour augmenter son espérance de vie. A la fin de l'article, je vous conseillerai également, des compléments alimentaires BIO (non irradiés), afin d'harmoniser les bienfaits. Effets garantis !

    L'ail, protecteur du système cardiovasculaire

    Ail.jpg     Les bienfaits de l'ail sont connus depuis l'Antiquité. Les Égyptiens s'en servaient déjà pour soigner l'hypertension et les maux de tête.

    Les actions antimicrobiennes et antibactériennes de l'ail sont très bénéfiques pour le corps humain, l'aidant à bien vieillir. Il protège également contre les cancers digestifs et contient des vitamines A, B, C et E qui renforcent le système immunitaire. Pour éviter une mauvaise haleine après avoir consommé de l'ail, vous pouvez le laisser mariner dans de l'huile d'olive et le confire au préalable. [En savoir plus]

    Le chocolat noir, l'antioxydant gourmand

    Cacao.jpg     Trop sucré, trop gras, le chocolat noir est souvent banni lors des régimes. Pourtant, il est excellent pour la santé ! Récemment, une étude réalisée par l'Université de Harvard a conclu que la consommation de chocolat noir booste l'espérance de vie. En effet, cet aliment est riche en flavonoïdes, des antioxydants bénéfiques pour le système cardiovasculaire. Bien sûr, il faut se montrer raisonnable et éviter les abus. Le chocolat est en effet l'un des aliments les plus caloriques. [En savoir plus]

    L'huile d'olive, des vertus anti-âge

    Résultat de recherche d'images pour "olive vogot"     Symbole de la cuisine méditerranéenne, l'huile d'olive accompagne tous les bons plats. Tant mieux, car elle augmente la longévité ! Elle contient en effet de l'acide oléique qui abaisse le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Riche en antioxydants et en vitamine E, cette huile hydrate la peau et ralentit son vieillissement. C'est également un excellent remède de grand-mère contre la douleur, la toux et même la gueule de bois ! [En savoir plus]

    Les fruits rouges, pour colorer votre alimentation

    Résultat de recherche d'images pour "fruits rouges vogot"     S'ils apportent une touche de couleur à vos petits-déjeuners, collations et beaucoup de saveur, les fruits rouges vous permettent également de bien vieillir. Fraises, raisin, myrtilles et groseilles contiennent beaucoup de vitamines et minéraux qui renforcent le tonus. De plus, leurs pigments naturels, roses, rouges et violets, sont d'excellents antioxydants. Les fruits rouges ralentissent le vieillissement cellulaire tant au niveau des organes internes que de la peau externe. Parmi les fruits rouges, la canneberge (cranberry) est l'antioydant le plus efficace. [En savoir plus]

    L'oignon, contre les infections et l'ostéoporose

    Oignon.jpg     Il apporte un arôme délicat à vos salades et vos préparations culinaires. Aliment peu calorifique, l'oignon est très riche en oligoéléments, en minéraux et en eau. Il améliore le transit, réduit les infections urinaires, prévient l'ostéoporose et l'arthrose. De plus, il augmente la longévité. En effet, ses propriétés antioxydantes permettent de ralentir le vieillissement. Dans ce domaine, l'oignon rouge est la variété la plus efficace pour vivre longtemps. [En savoir plus]

    Les agrumes, toniques incontournables

    Citronnier.jpg     Citrons, oranges, mandarines et pamplemousses sont riches en vitamines A et C, mais aussi en fibres et minéraux, ainsi qu'en antioxydants. Bref, les agrumes sont des concentrés de vitalité qui booste le système immunitaires et augmentent l'espérance de vie. Leur consommation quotidienne permet de lutter contre l'action des radicaux libres et le vieillissement cellulaire. Les agrumes vous protègent notamment contre les maladies cardiovasculaires et les cancers digestifs. [En savoir plus]

    Les algues, contre les cancers

    Spiruline.jpg     Très présentes dans la cuisine asiatique, les algues sont réputées pour leurs multiples vertus. Remarquablement riches en vitamines et en minéraux, les algues apportant du tonus, notamment aux personnes âgées, aux enfants, ainsi qu'aux femmes allaitantes ou enceintes. Elles permettent en particulier de lutter contre l'hypertension et les tumeurs, particulièrement le cancer de la thyroïde. Elles constituent par conséquent un excellent allié pour bien vieillir, qu'elles soient consommées crues ou cuites. N'attendez-plus pour vous mettre à la cuisine aux algues ! [En savoir plus]

    Le tofu, pour raffermir la peau

    Soja.jpg     Le tofu, comme les autres produits à base de soja, contient des collagènes et des isoflavones qui raffermissent la peau. Excellent pour la ligne, le tofu est également riche en minéraux, en acides gras essentielles et en vitamine A. Lors de la ménopause, il aide l'organisme à supporter la baisse d'estrogènes. De surcroît, il diminue le mauvais cholestérol. Même si le soja connaît aujourd'hui une controverse, il reste un excellent aliment pour vivre plus longtemps. Les asiatiques qui détiennent le record de longévité en sont la preuve ! [En savoir plus]

    Les herbes aromatiques, pour booster la mémoire

    Romarin.jpg     Même si chaque herbe possède ses propres propriétés, toutes les herbes aromatiques sont connues pour lutter contre les tumeurs. Ciboulette, basilic, menthe poivrée et romarin sont riches en antioxydants et ralentissent le vieillissement cellulaire. De plus, les herbes aromatiques renforcent la mémoire et permettent de prévenir les maladies neurodégénératives

    Les noix, contre le vieillissement cutané

    Noyer.jpg     Les noix regorgent d'omégas et autres acides gras insaturés essentiels à votre santé. Leurs propriétés anti-inflammatoires permettent de lutter contre les défauts cutanés comme l'acné ou l'eczéma. De plus, les noix, noisettes, amandes ou pistaches contiennent des stérols végétaux qui diminuent le taux de cholestérol, ce qui augmente votre longévité. Elles sont en outre riches en vitamine E et en antioxydants qui permettent de lutter efficacement contre les radicaux libres responsables du vieillissement des cellules. [En savoir plus]

    Quels sont les différents signes de l'âge ?

    Avec les années, la peau est marquée par les signes de l'âge. C'est un processus tout à fait naturel, et il est difficile d'y échapper. Les signes du vieillissement cutané s'expriment par la perte de tonicité et d'élasticité des tissus. La peau semble s'affaisser, les paupières tombent, les joues sont moins rebondies. Autre signe évident constitutif du vieillissement : les rides et ridules. Ce sont des sillons qui se forment à certains endroits du visage. Il s'agit souvent de zones sollicitées par les muscles du visage : pattes d'oie, ride du lion, ride aux commissures des lèvres, etc. Enfin, des taches brunes peuvent apparaître sur la peau avec l'âge.

    Résultat de recherche d'images pour "anti age anastore"

    Quelles sont les bonnes habitudes anti-âge pour notre peau ?

    Pour diminuer les marques de l'âge, il convient de prendre soin de sa peau au quotidien à l'aide d'astuces anti-âge. Ainsi, on ne négligera pas l'hydratation de la peau. Une peau bien hydratée et bien nourrie résistera plus longtemps aux signes de l'âge. La surexposition au soleil est néfaste pour la beauté de la peau et provoque un vieillissement précoce. Avant chaque bain de soleil, il faut protéger la peau à l'aide d'un bon soin solaire. Après l'exposition, l'application d'un soin après-solaire peut-être judicieux. Le tabac, l'alcool et une mauvaise hygiène alimentaire ne sont pas les amis de la peau.

    Résultat de recherche d'images pour "DHEA anastore" Résultat de recherche d'images pour "resveratrol anastore"Résultat de recherche d'images pour "ampoules de ginseng anastore"Résultat de recherche d'images pour "ampoules de ginseng anastore"    Résultat de recherche d'images pour "rituel beauté anastore"    Résultat de recherche d'images pour "ginseng anastore" Résultat de recherche d'images pour "wplants anastore"

     

    Affection de l'intestin émotif (A.I.E)

    Cette pathologie est un sujet qui me tient à coeur, ayant moi-même été confronté à cette affection. Après un rééquilibrage alimentaire adapté (rien que pour soi), accompagné d’une bonne hygiène de vie, les symptômes ont été réellement éradiqués.

    L'AIE aussi appelé syndrome du côlon irritable ou colopathie fonctionnelle, est un problème de santé de plus en plus fréquent dans nos sociétés.

    Il se déclare généralement au tout début de l’âge adulte. Les femmes seraient généralement plus touchées que les hommes. Ce détail est trompeur, puisque les femmes ayant tendance à s’occuper davantage de leur santé,  consultent plus souvent en cas de problèmes.
    Ce sont autant d'affections qui peuvent perturber occasionnellement les activités professionnelles et domestiques des personnes atteintes dont la plupart souffrent en silence.

    Certaines ressentent de légers symptômes de temps à autre, souvent pendant une période de grand stress, alors que d’autres éprouvent douleurs, souffrance et embarras social des années durant.

    Longtemps perçu comme un trouble psychologique « tout est dans la tête », aujourd’hui nous savons qu’il s’agit d’un problème thérapeutique bien réel, dont on commence à peine à comprendre les causes. Car la vérité est qu’il n’y a pas de cause unique et bien définie à l'AIE.

    Problèmes fréquemment rencontrés

    • Douleur stomacale provoquée par des coliques, souvent en bas à gauche, souvent soulagée en laissant passer des gaz ou des selles

    • Sensation de ballonnement et de gaz, parfois accompagnée de gargouillements bruyants

    • Constipation

    • Diarrhée le matin, surtout au lever

    • Séquences de diarrhée et de constipation en alternance

    • Selles petites et dures accompagnées parfois de mucus.

    • Sensation d’évacuation incomplète après être allé à la selle

    Moins fréquents

    • Nausée, rôts, vomissement

    • Brûlure d’estomac

    • Douleur dorsale

    • Léthargie

    • Maux de tête

    • Troubles du sommeil

    • Incontinence

    REEQUILIBRAGE ALIMENTAIRE

    Un rééquilibrage alimentaire n’est pas considéré comme un traitement mais permet de limiter les symptômes (douleurs et inconforts), leur durée et leur fréquence, et d’améliorer la qualité de vie.

    L'AIE ne se manifeste pas de la même façon pour tout le monde. Chaque personne réagissant différemment aux aliments, il est nécessaire d’apprendre à reconnaître ceux qui conviennent et ceux qui occasionnent des problèmes digestifs.

    Qui plus est, certains aliments peuvent convenir lorsque l’on se sent bien, mais être moins bien tolérés en périodes de crise ou de stress. C’est pourquoi un aliment n’est pas nécessairement à éliminer radicalement de l’alimentation « à vie ». L’important c’est d’écouter votre corps.

    FIBRES SOLUBLES OU FIBRES INSOLUBLES ?

    Les fibres solubles sont dites « douces », car elles sont moins irritantes pour la paroi intestinale que les fibres insolubles. Les fibres solubles gonflent au contact de l’eau dans l’estomac, se transforment en une sorte de gel pendant la digestion et permettent aux selles de passer plus facilement dans l’intestin.

    METS EPICES

    Les mets épicés peuvent irriter l’intestin et causer des inconforts. Pour rehausser le goût de vos plats, remplacez les épices par des fines herbes : basilic, menthe, origan, thym, aneth, coriandre, persil… En plus, la menthe poivrée en feuilles peut soulager les crampes abdominales, elle favorise la détente des muscles intestinaux.

    ALIMENTS INDUSTRIELS

    L’intestin est déjà assez occupé avec les produits naturellement contenus dans les denrées qui constituent notre alimentation, sans que nous le surchargions de produits transformés, auxquels nous ne connaissons à peine les dégâts sur la santé. Il va s’agir de colorants, agents de conservation, pesticides, glutamate… compris dans la plupart des aliments transformés et industriels.

    SUCRES RAFFINES

    La consommation de sucres raffinés peut augmenter les inconforts digestifs tels que jus ou cocktail de fruits, pâte à pizza, pain blanc, pâtes blanche, miel, sirop d’érable, céréales de petit déjeuner, confiture, sorbet, chocolat, biscuits, gâteaux, tartes, crème, friandise…

    ALIMENTATION PAUVRE MODEFP

    MODEFP est un acronyme pour désigner un groupe de glucides à chaîne courte présents dans certains aliments qui, une fois ingérés, peuvent fermenter et créer ainsi des gaz et des ballonnements. Une alimentation pauvre en Modefp permet de réduire à la fois les douleurs, les ballonnements et les flatulences. 

    MODEFP

    Signification:

    • M : Monosaccharides (fructose en excès du glucose)

    • O : Oligosaccharides (fructanes et galacto-oligosaccharides ou GOS)

    • D: Disaccharides (lactose)

    • E: Et

    • F: Fermentescibles (rapidement fermentés par les bactéries du côlon)

    • P: Polyols (sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol)

    Ces substances sont fermentés par les bactéries du côlon et provoquent les symptômes de ballonnements, de gaz et de douleurs abdominales.

    ALIMENTS RICHES EN MODEFP

    Les plus courants sont:

    • Fruits : pommes, avocats, mangues, cerises, pêches, poires, melons, jus de fruits et fruits secs.

    • Légumes : oignons, l’ail, le chou, le brocoli, les choux de Bruxelles, les asperges, artichauts, aubergines, champignons, chou-fleur.

    • Produits laitiers : lait, yaourts, fromages à pâte molle.

    • Légumineuses : pois chiches, haricots rouges, pinto, lima, mungo, lentilles, fèves de soya.

    • Céréales : blé ou seigle, en grande quantité (ex. : pain, craquelins, biscuits, couscous, pâtes alimentaires).

    • Autres : alcools et tout édulcorant qui se termine en -ol, le miel, l’agave.

    Et bien d’autres encore… Il s’agit d’une liste non-exhaustive.

    COMMENT CES ALIMENTS AFFECTENT NOS INTESTINS ?

    Une des raisons pour l’ensemble de ces différents types d’hydrates de carbone sont qu’elles sont irritantes, elles ne sont pas complètement digérés lorsqu’elles atteignent le gros intestin.

    Chimiquement, tout ce que vous mangez est décomposé par une ou plusieurs enzymes. La principale enzyme responsable de la digestion des glucides est l’amylase, qui est d’abord produit dans votre bouche lorsque vous mâchez, puis continue de travailler lors de son voyage à travers le système digestif. Ensuite, les cellules qui tapissent votre intestin peuvent les absorber et les distribuer à d’autres parties de votre corps. Le problème avec les MODEFP est que, contrairement aux autres glucides, ils ne sont pas complètement digérés dans l’intestin grêle.

    Selon le type spécifique d’hydrate de carbone, il peut s’agir d’une des deux raisons :

    Nous ne pouvons pas les décomposer. L’amylase est la principale enzyme responsable de la digestion de l’amidon, mais pas la seule. Certains MODEFP atteignent le gros intestin et n’ont pas eu les enzymes nécessaires pour digérer. Les gens qui réagissent au lactose (disaccharide « D ») ont un déficit de l’enzyme lactase, qui rompt le lactose en sucres simples. Tout le monde réagit au raffinose (un des oligosaccharides, le « O » dans MODEFP), parce que les humains n’ont pas l’enzyme pour les digérer complètement. Pour certains les symptômes seront mineurs, pour les plus sensibles se sera une grande douleur.

    Nous ne pouvons pas les absorber dans l’intestin grêle. Le fructose (le monosaccharide « M » de l’abréviation) n’a pas besoin d’être décomposé – c’est déjà un sucre simple. Mais le fructose peut encore causer des symptômes parce qu’il est difficile à absorber, de sorte qu’il reste dans l’intestin plutôt que de se transporter à travers la paroi intestinale dans le corps.

    Autre raison, la fermentation.

    Dans le gros intestin, la flore intestinale ne peut pas être plus heureuse que par l’obtention de ces hydrates de carbone – les glucides sont leur nourriture préférée. Malheureusement, les bactéries par les glucides font une fermentation sur les molécules de sucre (c’est pourquoi le F de MODEFP signifie fermentescibles).

    Dernier point mais non des moindres, pour laquelle les MODEFP peuvent causer des symptômes digestifs, c’est qu’ils attirent de l’eau dans l’intestin (techniquement, ceci est connu comme l’osmose). L’osmose peut provoquer à la fois ballonnements et diarrhée, car ils vont provoquer un gonflement de la paroi intestinale. Cela aggravera les problèmes déjà causés par la prolifération bactérienne.

    SENSIBLE AUX MODEFP, COMMENT LE SAVOIR ?

    Réduisez votre consommation de tous les aliments riches en MODEFP entre 4 et 8 semaines pour voir si cela améliore vos symptômes. Ce laps de temps devra être assez long pour voir si vous répondez à un rééquilibrage alimentaire faible en MODEFP. Ensuite, vous pouvez réintroduire les aliments un à la fois pour déterminer si vous êtes sensible à chacune des catégories de MODEFP, mais soyez vigilant à vos affections et démarrez doucement. Si vos douleurs réapparaissent, faites une pause et ne redémarrez que lorsque les symptômes ont été à nouveau réduit.

    MODEFP, un rééquilibrage alimentaire à la mode?

    L’approche alimentaire du MODEFP que j'ai est à un stade expérimental, les résultats sont prometteurs. 

    Est-ce que ça marche ?

    Oui en suivi thérapeutique naturopathique. Tout dépend si les MODEFP sont le souci à vos problèmes de santé. Car il y a d’autres aliments susceptibles de perturber votre système digestif. Notamment, le café, les aliments gras, les épices chaudes, la bière et les aliments riches en fibres, tels que le pain complet et de muesli, les fibres insolubles, ou encore d’autres familles alimentaires. Les associations alimentaires entre groupes d'aliments peuvent aussi influer cette pathologie.

    Mais aussi et surtout… votre hygiène de vie, selon vos émotions, votre stress, si sédentarité, ou carence… De nombreuses causent peuvent être le soucis à votre problème, et sans doute plusieurs à la fois.

    REPAS A HEURES FIXES

    Ne sautez pas de repas et n’attendez pas d’être affamés au risque de ressentir des spasmes intestinaux auxquels les symptômes sont plus exacerbés qu’à la normale. Et à l’inverse, évitez les repas qui sont trop copieux, d’avoir un « trop plein » après avoir mangé. Il est préférable de ne pas surcharger le système digestif. 5 petits repas par jour valent mieux que 3 gros repas.

    BOIRE BEAUCOUP D’EAU

    Six à huit verres d’eau par jour est le minimum dont nous ayons besoin pour préserver la santé et de préférence en dehors des repas. L’eau permet également de diminuer le risque de constipation.

    CAFEINE, THE, BOISSONS ENERGISANTES, ALCOOL…

    La caféine et la théine stimulent l’activité de l’intestin et peuvent causer des diarrhées ou des inconforts.

    Faites le test ! La plupart des personnes souffrant d'AIE ont noté qu’en buvant moins ou en en cessant ces boissons les symptômes s’estompaient. S’il y a une entorse, dans ce cas, ne jamais boire d’alcool l’estomac vide et à alterner avec de grands verres d’eau. Idem pour le café et le thé toujours à prendre en mangeant. Cela atténuera les effets.

    UNE MEILLEURE HYGIENE DE VIE

    TABAGISME

    La nicotine a un effet puissant sur le système nerveux et bien des gens qui souffrent d'AIE, trouvent que le fait de cesser de fumer aide à réduire leurs symptômes. Même si vous fumez peu, cela est nuisible.

    ESPRIT ZEN

    Il est impératif de changer de rythme, de s’offrir des pauses, de manger lentement, de mastiquer longuement chaque bouchée, de dormir profondément et suffisamment, d’alterner régulièrement les temps de travail et de repos, des temps pour le raisonnable et des temps pour le plaisir.

    RELAXATION

    Se détendre ne signifie pas ne rien faire. Aussi, si vous décidez de vous relaxer, faites-en un choix positif et ménagez-vous un moment pour demeurer seul et tranquille chaque jour. Prenez un temps déterminé rien que pour vous. Quoi que vous décidiez de faire de ce temps : un peu de méditation, de yoga, une randonnée à pied, rester assis paisiblement, prendre un bain, écouter de la musique. Ce temps vous appartiendra.

    LE MOMENT PRESENT

    Apprenez comment on se sent à vivre le moment présent. Même des tâches comme celle de vous laver peuvent être transformées en relaxation, si vous les accomplissez lentement, avec soin et attention. Quand vous vous brossez les dents, que vous prenez une douche ou un bain ou que vous allez à la selle, faites-le lentement ; concentrez-vous sur ce que vous faites et saisissez l’occasion de « connaître votre corps » et son fonctionnement. Vos muscles sont-ils détendus ? Comment est votre respiration ? etc.

    RESPIRATION

    A l’inspiration, notre diaphragme, muscle de la respiration, se contracte, descend et pousse les organes dans le ventre. A l’expiration, nos poumons se vident, le diaphragme se relâche et remonte. Le diaphragme est également le muscle des émotions. En le bloquant, nous empêchons nos émotions et notre stress de s’exprimer librement. Ils restent alors « prisonniers » de notre corps et s’expriment sous formes de tensions, de douleurs (boule dans la gorge, plexus bloqué, problèmes digestifs…). En activant notre respiration, nous libérons non seulement notre diaphragme mais également nos émotions et notre stress mal digérés.

    EXERCICE PHYSIQUE

    Notre corps a besoin d’exercice physique, autant que de boire et de manger. Sans un exercice adéquat, le métabolisme du corps ralentit. Nous prenons du poids, nos muscles s’affaissent, les toxines mettent plus de temps à quitter notre corps, puis apparaissent toutes sortes de symptômes.

    Dans notre corps... nichons la bonne humeur

    En regardant un bocal de cornichons, vous êtes loin de vous imaginer à quel point ces petits légumes verts peuvent changer votre vie personnelle et professionnelle.

    Et pourtant, si vous saviez !

    Le pouvoir du cornichon vient de deux observations. La première est que les hommes et les femmes de bonne humeur ne mangent pas les mêmes aliments que celles et ceux qui sont moroses. Il y a des aliments de bonne humeur et des aliments démotivants ou attristants. Cette action de l’alimentation sur l’humeur est connue de manière rustique depuis plusieurs centaines d’années des naturopathes. A une certaine époque, on empêchait des rats de laboratoire d’avoir accès au tryptophane.

    Leur nourriture ne contenait aucune ration du précieux acide aminé. Comme le tryptophane est la molécule de base de la sérotonine, les rats privés de tryptophane s’enfonçaient en quelques jours dans la déprime. Ils manquaient tout à la fois de sérotonine et de bonne humeur.

    Avec les études récentes, le modèle des relations entre alimentation et bonne humeur est devenu un peu plus complexe et un peu plus adapté à notre vie quotidienne.

    Des études sur des centaines de milliers d’étudiants ont comparé ce que mangent les hommes et les femmes de bonne et de mauvaise humeur. De manière surprenante, celles et ceux qui mangent trois fois par semaine des cornichons, des pickles, des fruits, des légumes, des yogourts de brebis et de la choucroute sont de meilleure humeur.

    Comment un aliment peut-il agir sur le moral et la motivation ?

    Cet effet s’explique par le modèle des psychobiotes. Certains aliments, quand on les consomme régulièrement agissent comme des antidépresseurs naturels. Ils font fabriquer à l’intestin les molécules de la bonne humeur qui remonte au cerveau. La plus connue de ces molécules de bonne humeur est la sérotonine. Elle agit sur les neurones mais elle est produite par l’intestin. On peut donc avec ces psychobiotes construire à chaque repas un peu de sa bonne humeur. Non seulement certains aliments aident à aller bien ou mieux mais la manière dont on les mange influe aussi sur le moral.

    Reprenons notre cornichon, vedette des légumes psychobiotiques. Vous pouvez en le dégustant tranquillement, en vous concentrant sur son goût, aigre au début puis agréable, compléter son action sur la bonne humeur. Vous faites le plein de bonnes molécules et en plus vous apprenez à vous concentrer sur vos sensations, l’action sur vos papilles et dans votre gorge. Si vous n’avez pas au bureau de cornichon sous la main, vous pouvez vous entraîner à la lenteur avec une cuillère de thé ou de café. En étant à l’écoute de son goût, de son odeur et des émotions que le breuvage vous inspire, vous partez à la découverte de vous-même. Vous vous entraînez au plaisir du palais des saveurs (bouche) et à la lenteur. La nourriture ne se vit plus sous le signe du manque mais comme un moment où votre intestin, votre palais des saveurs et votre cerveau se font des clins d’œil et entrent en harmonie.

    Pourquoi ne pas essayer ? Passer du manque à la plénitude, de la course à la zenattitude.

    Alimentation : la DLUO, bientôt supprimée ?

    DLUO, c'est le nom barbare donnée à ces dates que l'on trouve sur certains produits, avec la mention "à consommer de préférence avant le" : la date limite d'utilisation optimale. Un rapport propose de la supprimer.

    On ne touche pas à la date limite de consommation (DLC)

    C'est Guillaume Garrot, l'ancien ministre en charge de l'industrie agro-alimentaire, qui propose de supprimer la date de péremption sur certains produits alimentaires dans un rapport.

    Selon ce rapport, ces dates, qui ne sont qu'une recommandation, "seraient la cause de la destruction du produit tant au niveau de la distribution et de la restauration que chez les consommateurs".

    Attention ! Il ne s'agit pas de réformer la date limite de consommation (DLC) mais bien la DLUO, date limite optimale d'utilisation !

    Date de péremption : DLC ou DLUO, quelle différence ?

    DLC, DLUO, c'est du chinois pour vous ?

    Pourtant, connaitre leur signification peut vous aider à faire de vraies économies. L'un permet encore de consommer le produit une fois la date dépassée, mais lequel ? C'est parti pour la chasse au gaspi !

    La date limite : un marquage obligatoire

    Code de la consommation oblige, celui qui vend une denrée alimentaire doit impérativement indiquer une date limite sur l'emballage. Jusqu'à cette date, l'aliment conserve toutes ses propriétés, à condition de suivre les recommandations de stockage bien sûr. 

    Il existe cependant quelques produits (moins périssables) exempts de ce marquage comme :
    • les fruits et légumes frais non-transformés,
    • les vins, liqueurs, mousseux et toutes les boissons contenant plus de 10% d'alcool en volume.
    • les chewing-gum, etc.

    DLC : à consommer avant le...

    La DLC ou Date Limite de Consommation concerne les aliments sensibles, rapidement périssables, pouvant présenter un danger pour la santé après une court délai. Les laitages, les produits de la mer, la viande fraîche ou les plats cuisinés non stérilisés entre autres ont une DLC. Ils doivent être retirés de la vente quelques jours avant la date fatidique. Lorsque vous faites vos courses, guettez ces produits, vous pouvez parfois obtenir des réductions allant de -30 à -50%. La DLC se traduit par le marquage «  à consommer avant le... »

    "Il faut aussi savoir que les dates soit disant de péremption prennent des grosses marges pour protéger les distributeurs. Exemple avec tous les produits laitiers : même après la date, ils ne seront jamais toxiques pour votre organisme, c'est juste au goût qu'ils deviennent immangeables, en effet il se développe dans les produits laitiers les mêmes champignons que dans le roquefort (donc propres à la consommation) c'est juste le goût qui change, on jette donc les produits laitiers que quand le goût a changé." luciejeux

    DLUO : à consommer de préférence avant le...

    A l'inverse, les autres aliments sont marqués par une Date Limite d'Utilisation Optimale, la fameuse DLUO. Une fois la date passée, les propriétés gustatives et nutritionnelles ne sont plus garanties, mais l'aliment n'est pas dangereux pour la santé. Ne soyez donc pas étonné si la texture, le goût ou la couleur ne sont plus exactement les mêmes. Mais attention quand même, si vous ouvrez votre paquet 1 an après la DLUO et qu'une forte odeur se dégage... direction la poubelle ! Pour être sûr qu'il s'agisse bien d'une DLUO, la date doit être précédée de la mention « à consommer de préférence avant le... » 

    Alors avant de jeter vos produits, vérifiez bien s'il s'agit d'une DLC ou d'une DLUO, cela vous évitera de gaspiller inutilement et de voir votre argent finir à la poubelle. 

    "Meilleur avant" pourrait remplacer "à consommer de préférence"

    Le souci, c'est que le choix d'apposer une date sur un produit, qu'il s'agisse d'une DLC ou d'une DLUO, n'appartient pas -une fois de plus est-on tenté de dire- à la France, mais... à l'Europe. C'est en effet un règlement européen qui impose que l'une des deux dates figure sur l'emballage des produits alimentaires, en fonction d'un classement très strict, là encore réalisé au niveau européen et non pas national. 

    Parfois, cela vire au gag : on peut ainsi trouver une DLC sur certains produits qui sont, de par leur préparation même (condiments, fromages) prévu pour une conversation de longue durée ! Même chose pour certaines DLUO : par exemple, sur un pot de confiture ou encore du.. vinaigre ! 

    Conscient de cela, le rapport propose de tricher un peu avec la réglementation européenne, en gardant la date, mais en changeant l'appellation "à consommer de préférence". Elle pourrait bientôt être remplacée par "meilleur avant". 

    Mais rien ne vaut le bon sens, et la connaissance des produits et ingrédients de consommation courante. Du riz, de la farine, du café, de l'huile, du sucre se conservent indéfiniment, comme des dizaines d'autres produits, pourvu qu'ils soient bien à l'abri de ce qui peut en altérer les qualités !

    Maintenant à vous de vous faire une idée et éventuellement de réagir !

    Pourquoi mange-t-on ?

    Parce qu’on a faim, répondez-vous. Oui, mais pas seulement, et c’est bien là que les problèmes de poids commencent. On mange, sans faim, sous la pression sociale, sous le coup des émotions, lorsqu’on s’ennuie...

     

     

    dossier-gout-et-cancer-contenu-editorial.jpg

     

     

    Comment perdre du poids quand l'ennui vous assaille et que le buffet vous tente ?

    Emmanuel se retrouve à une énième conférence liée à son travail, il n’est pas vraiment passionné par la teneur des débats. En revanche, un grand buffet est à la disposition des participants. Il a beau avoir pris un petit-déjeuner, ne ressentir aucun creux dans son estomac et souhaiter perdre du poids,  il se dirige vers le buffet et mange. La sensation d’ennui conjuguée à la disponibilité de la nourriture provoque cette réaction.

    La sensation de faim exprime un besoin physiologique, qu’il faut assouvir. C’est pour cela qu’on mange. Mais pas seulement ! Le plaisir, la frustration, les émotions en règle générale, mais aussi la pression sociale nous font manger. Et dans ces moments-là, nous avalons des calories dont notre corps n’a pas forcément besoin, ce qui peut provoquer des kilos en trop. Je distingue ainsi le mangeur biologique, qui mange pour assouvir une faim physiologique, et le mangeur social soumis aux influences diverses exercées par son environnement.

     

    Si vous ne pouvez résister à la tentation de manger, peut-être faut-il en rechercher la cause ?

     

    Rappelez-vous que nous sommes tous, adultes, des mangeurs autonomes. C’est-à-dire que notre libre arbitre peut intervenir à tout moment : nous pouvons arrêter de manger alors que nous ne sommes pas arrivés à satiété comme nous pouvons manger sans appétit. Le fonctionnement du cerveau prend alors le pas sur les facteurs physiologiques. La régulation du poids qui en découle peut être compliquée pour certaines personnes, ce qui conduit à des cas de maigreur ou au contraire d’obésité.

    Parfois, la multiplication des régimes trop stricts mène à ce genre de comportement : une personne se met d’abord dans un état de contrôle extrême pour ensuite perdre le contrôle et tomber dans la compulsion alimentaire.

     

    Le cercle vicieux des régimes alimentaires et des craquages est finalement très classique. Pour le comprendre, il faut noter que le régime restrictif va à l’encontre du phénomène de plaisir qu’apporte le fait de manger. La faim provoque une anxiété que le fait de manger apaise. Mais les restrictions empêchent ce phénomène de plaisir. La contrainte alors suscitée peut déboucher sur l’inverse du but recherché : on craque et mange plus encore pour se consoler !

     

    Sur ces réflexions cela mène à une conclusion assez évidente : sur le long terme, le régime restrictif ne fonctionne pas. En consultation, je préfère ainsi aborder votre comportement alimentaire et détecter ces fameuses émotions ou contextes sociaux qui vous poussent à manger trop plutôt que de vous interdire des aliments.

     

    Progressivement, vous apprenez à réguler votre appétit, à manger moins, seulement selon vos besoins, et ainsi vous mincissez durablement.

     

    Au plaisir de vous conseiller.

     

    Anastore.com

     

    ×