Anastore.com

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    Anémie mycrocitaire: une santé de fer

    Dans le sang, la quantité de fer normale est comprise entre 0.6 et 1.5 mg/L sang. 

    La sidérémie (taux de fer sanguin) varie suivant l’âge et le sexe. Elle est moins élevée chez la femme (sauf cependant pendant la grossesse et l’allaitement) et plus élevé chez le nouveau né (de 1.1 à 2 mg). Ces chiffres sont à prendre avec détachement, car chaque individu est différent.

    Répartition du fer dans le corps

    1 à 4 mg de fer (1 à 2 mg chez l’homme et 2 à 4 mg chez la femme) doivent être quotidiennement absorbés par l’intestin. La muqueuse intestinale ne pouvant absorber qu’une fraction du fer ingéré, vos apports en fer par l’alimentation doivent donc être 5 à 10 fois supérieurs.

    Le fer est transporté par le sang – lié à un transporteur du fer, la transferrine – jusqu’aux divers organes, et en priorité vers la moelle osseuse pour l’hématopoïèse. Il est quasiment impossible de trouver du fer libre dans le corps, car les atomes de fer passent, comme un ballon lors d’un match de basket, d’un coéquipier à l’autre.

    La majeure partie du fer, environ 1800 mg, est présente dans les globules rouges. Le foie, principal organe de stockage, en contient environ 1000 mg, tandis que les muscles et d’autres organes en contiennent des quantités sensiblement plus faibles. Du fer est également perdu quotidiennement avec les cellules de la peau et des muqueuses ainsi que lors des règles chez la femme. Cette perte de fer, dont l’importance varie selon les individus, correspond à la quantité de fer que vous devez absorber par l’alimentation.

    Absorption du fer par l’intestin

    Votre muqueuse intestinale absorbe le fer apporté par l’alimentation au niveau du duodénum et de la partie supérieure de l’intestin grêle (le Fe2+ libre directement, le Fe3+ libre après réduction en Fe2+, ou sous forme de fer héminique, entouré d’une enveloppe, facilement absorbable).

    Résultat de recherche d'images pour "absorption du fer"

    La muqueuse intestinale ne peut toutefois absorber qu’environ 10% du fer apporté par l’alimentation. Le fer passe dans les cellules et est transmis, dans le sang, à la protéine transferrine. Celle-ci assure le transport du fer jusqu’aux organes cibles. Un mécanisme de régulation permet d’adapter largement l’intensité de l’absorption du fer par l’intestin en fonction des besoins.

    Afin que le fer puisse être absorbé, la durée de contact entre le bol alimentaire et la muqueuse intestinale doit être suffisamment longue.

    En cas d’intolérance au fructose ou d’infection intestinale prolongée – lambliase p. ex. – l’absorption du fer est réduite parce que le bol alimentaire est acheminé trop vite à travers l’intestin. Des maladies de l’intestin telles que la maladie de Crohn ou la coeliaquie (intolérance au gluten) peuvent également conduire à une carence en fer car la muqueuse intestinale malade n’est pas en mesure d’absorber suffisamment de fer et éventuellement d’autres nutriments.

    Perte de fer due au vieillissement des cellules et aux saignements

    Vous perdez chaque jour 1 à 2 mg de fer au moins par la régénération de la peau, de la muqueuse intestinale et de la muqueuse urogénitale ainsi que par des micro-saignements. Ceux-ci doivent être remplacés par le biais de l’alimentation. Chez les femmes en âge de procréer s’ajoute à cela le saignement menstruel, qui, sur un mois, correspond à une perte de fer d’environ 1 mg par jour, voire beaucoup plus importante en cas de règles abondantes.

    Notre organisme dispose d’un système de recyclage du fer efficace. Le fer provenant des globules rouges, qui, après 120 jours, sont pour la plupart dégradés par la rate, est à nouveau disponible pour l’organisme. Ce système convertit environ 25 mg de fer par jour.

    Qu'est-ce que l'anémie ?

    Dans le langage courant, anémié signifie manquer de fer. Or en langage médical, l’anémie est un défaut d’hémoglobine, un appauvrissement du sang avec ou sans diminution du nombre de globules rouges. La chute du taux d’hémoglobine est donc le signe de l’anémie. Les globules rouges  peuvent diminuer pour d’autres raisons que le manque de fer (destruction ou pertes )... 

    Mais il est vrai que l’anémie par carence en fer est de loin la plus fréquente. Cette anémie est dite « microcytaire par carence martiale  ».

    Elle est donc symptomatique de la carence en fer avancée et s’installe en trois étapes :

    • 1ere étape : Absence de fer de réserve, les stocks sont très bas. Le taux de ferritine est très bas mais l’apport en fer pour l’érythropoïèse (Fabrication des globules rouges) est normal, comme le taux d’hémoglobine. Les signes cliniques sont présents mais considérés comme superficiels (différentes molécules contenant du fer sont affectées).

    • 2eme étape : Le fer de réserve est épuisé. L’approvisionnement pour l’érythropoïèse diminue, affectant la fabrication des globules rouges et le fonctionnement de toutes les molécules utilisant le fer : myoglobine, enzymes, cytochrome, flavoprotéines. Cette étape est marquée médicalement par une diminution du fer sérique, une élévation de la capacité de fixation de la trans-ferritine, et une diminution du coefficient de saturation. Les signes cliniques sont assez marqués. Il est donc plus juste de chercher le taux de ferritine qui à mon sens est bien plus révélateur.

    • 3eme étape : La synthèse de l’hémoglobine est affectée. Son taux sanguin chute, signal de l’anémie.

    L’anémie apparaît donc comme un fait tardif dans le processus insidieux et progressif du manque de fer dans un organisme.

    Existe-t-il des aliments qui réduisent l’absorption de fer ?

    Certains aliments réduisent la quantité de fer utilisable par l’organisme, car ils bloquent l’absorption dans l’intestin. Les principaux exemples :

    • thé noir,

    • café,

    • produits laitiers,

    • produits à base de farine blanche (gluten).

    Le fait que ces aliments soient très répandus pourrait en partie être la raison pour laquelle la carence en fer est une affection encore si fréquente.

    Pour réduire cet effet négatif, je recommande de ne pas boire de thé noir 30 à 60 minutes avant un repas riche en fer (ou avant la prise de fer sous forme de complémentation).

    Une alimentation équilibrée et combinée est essentielle au maintien des réserves de fer. Une fois que la carence en fer est établie, la corriger par le seul changement d'un rééquilibrage alimentaire, demandant beaucoup de patience et de discipline et s’étendant sur une longue période.

    Le mythe des épinards 

    Les épinards ont certes une teneur en fer relativement élevée pour un aliment d’origine végétale, mais pas autant qu’on ne le suppose généralement. Cette croyance est due à une erreur de virgule commise il y a des décennies dans la littérature. Vous trouverez nettement plus de fer dans les lentilles et les haricots.

    Afin de garantir une absorption optimale du fer issu des aliments riches en fer, un milieu acide est nécessaire. Le lieu principal d’absorption du fer est la partie la plus basse de l’estomac ainsi que le duodénum. Il est également un peu absorbé dans le jéjunum supérieur, mais la majeure partie est assimilée avant. La vitamine C favorise l’absorption de fer. Je conseille donc de commencer la journée, à jeun par un jus de citron frais afin d’augmenter la capacité d’absorption de fer.

    Veuillez noter que lorsque que vous protègez votre estomac avec des inhibiteurs de la sécrétion d’acide gastrique, des IPP ou des antiacides, c’est-à-dire des médicaments que vous prenez souvent en cas de gastrite ou de maux d’estomac, la sécrétion d’acide gastrique est bloquée et le milieu acide détruit. Ces médicaments permettent certes de soulager les maux d’estomac, mais entravent l’absorption de fer.

    Je recommande aux personnes qui souffrent d’une carence en fer et qui prennent des protecteurs gastriques de demander à votre naturopathe, si elles doivent arrêter de les prendre pendant la durée de la prise de compléments à base de fer ou au moins laisser un grand intervalle de temps entre la prise du protecteur gastrique et celle des compléments à base de fer. Si les compléments à base de fer sont mal tolérés, ou ne peuvent pas être ingérés sous forme de gélules, il est également possible d'utiliser des préparations à base de fer en poudre (voir complémentations plus bas).

    Remarques

    En anémie, le taux d’hémoglobine descend en dessous de 110g/l chez la femme et en dessous de 120 g/l chez l’homme. Un taux de ferritine en-dessous de 40 indique un gros manque de fer de réserve. En dessous de 20, il y a urgence à remonter les réserves.

    La meilleure prévention reste d’avoir une alimentation équilibrée et bien combinée. Malheureusement, cela n’est souvent qu’un vœu pieux ! 

    Entre les personnes qui ne déjeunent pas ou se contentent d’un café, celles qui courent entre cantines et horaires décalées, celles qui sont obsédées par les calories et le surpoids, celles qui ne digèrent plus rien, les hyper stressées et les surmédicalisées, il est trop souvent utopique de vouloir imposer une alimentation type idéale. Il faut  s’adapter aux rythmes et aux habitudes des personnes et personnaliser au maximum un traitement.

    C'est là que le travail du naturopathe trouve tout son sens, naturellement et logiquement.

    En cas de fragilité et d’inflammations digestives (fréquentes dans les grosses carences de fer), éviter absolument de consommer produits laitiers (lait, fromages,yaourts) et produits riches en gluten (pain et pâtes). Les féculents et amidons (sucres composés) ne doivent pas être consommés dans les mêmes repas que les légumineuses (lentilles, soja, pois chiches…), les poissons, les fruits de mer et les viandes (protéines).

    La digestion sera grandement facilitée, l’intestin moins agressé et donc le fer sera mieux assimilé. Eviter toujours le traditionnel yaourt en fin de repas, les desserts se prenant en début de repas et si possible, ne pas en prendre reste la meilleure des solutions.

    Les aliments les plus riches en fer, le mieux assimilé restent les viandes, les abats, le boudin noir. Poissons gras, fruits de mer sont intéressants.

    Et pour les végans, soja, lentilles (vertes ou corail), quinoa, chia, algues (spiruline en particuliers) mais en grande quantité.

    TRAITEMENTS NATURELS 
    Traitements généraux, de terrain

    Il est nécessaire de prendre des produits de complémentation riches en fer, soit en cas de carences importantes, anémie déclarée, soit en cas de correction alimentaire impossible.

    Je vous suggère fortement d'utiliser d’excellentes préparations naturellement riches en fer à base de plantes, de légumes, de fruits, des vitamines qui sont en général bien tolérées digestivement et bien assimilées. 

    WFRUITSFormule Multivitamines

    Il existe aussi des fers dit "chélatés", bisglycinate, du pidolate de fer également, des formes de fer parfaitement assimilées et bien tolérées digestivement, n'entrainant pas de constipation sévère. 

    Spiruline biologique & Chlorella* Spiruline biologique en poudre

    En cas de constipation

    Le psyllium est un laxatif de lest. Les substances mucilagineuses qu’il contient absorbent l’eau des aliments. Dans les intestins, elles forment alors un « gel » qui augmente le poids des selles, améliore leur consistance et accélère leur transit. Le psyllium est très utilisé pour combattre la constipation, en particulier lorsqu’elle est chronique. Comparé aux autres laxatifs de lest, le psyllium se révèle plus efficace que le polycarbophile de calcium, la méthylcellulose ou le son de blé. Il provoque aussi moins de ballonnements et de flatulences que les autres fibres végétales. 

    Psyllium Bio AB - 500gr (Psyllium Blond Téguments)

    Durée du traitement

    Une anémie ne se traite pas rapidement. L’assimilation du fer est régulée de façon  différente d’un individu à l’autre. Il faut compter de 3 mois à 1 an suivant les cas. 

    Un homme remontera facilement ses réserves de fer, une femme ayant des règles importantes devra quelquefois prendre des compléments de fer durant des années. Il faut adapter la durée mais ne pas avoir peur de la complémentation naturelle à dosage physiologique. L’alimentation et la digestion sont bien sûr primordiales. Demander conseil à votre naturopathe qui lui seul saura vous guider efficacement.

    Les médicaments pharmaceutiques (tous les soignants peuvent en témoigner) sont mal adaptés car surdosés, ce qui perturbe trop l’appareil digestif et donc empêche une assimilation efficace du fer. Souvent la seule solution d’urgence en cas d'anémie est la perfusion de fer, qui est normalement contre-indiquée médicalement, dangereuse à long terme pour l’organisme et n’est que temporairement efficace.

    Christophe CARABIN sur Google+

    2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

    Ajouter un commentaire

    Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

     

    Anastore.com

     

    ×