Anastore.com

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    MUSICOTHERAPIE

    Qu'est-ce que c'est ?

     

    La musicothérapie est une des composantes de l'art-thérapie qui consiste à utiliser la musique comme outil thérapeutique, pour rétablir, maintenir ou améliorer la santé mentale, physique et émotionnelle d'une personne.

    Une autre conception de la musicothérapie est proposée par Benenzon, qui considère que la musicothérapie est une psychothérapie non-verbale. Elle s'adresse donc à des sujets qui n'ont pas accès au langage. Benenzon considère le sujet dans un espace relationnel, s'inspire de l'école de Palo-Alto et s'appuie sur les conceptions psychanalytique de Rosolato .


    A quoi ça sert ?

    La question surgit par période : la musicothérapie aide-t-elle la personne ? Et si oui en quoi ?

    • en raison des caractéristiques de l'œuvre utilisée ou des caractéristiques sonores de cette œuvre (au niveau rythme, mélodie, harmonie)
    • ou bien, la musique se limite-t-elle à être le vecteur et/ou le prétexte de la communication verbale ou non entre thérapeute et sujet ?

    De là, deux courants principaux théoriques, l'un plus proche de la psychosonique, l'autre mieux compris dans l'esprit de l'art-thérapie. Nous pouvons rajouter un troisième courant (en réponse à la première question ) qui donne une définition autre de la musicothérapie : elle permet l'ouverture de "canaux de communication " à travers des moyens corporo-sonoro-musicaux . Cette conception ne laisse que peu de place à l'utilisation de la musique à des fins thérapeutiques liées à un prétendu pouvoir intrinsèque de la musique. Elle est basée sur la conception d'un sujet en relation avec son environnement, le but étant d'améliorer la qualité du contact avec cet environnement.

     La musique permet la « détente de l’être ». Il est notoire aujourd’hui que la musique procure un apaisement. D’ailleurs bon nombre de personne aujourd’hui se font couler un bon bain et se mettent une musique apaisante après une bonne journée de travail ou pour plus simplement se donner un moment sympa avec elle même. Ainsi fatigue, stress et tension s’apaisent. La répétition de ce type d’activité permettant alors de gagner un peu de qualité de vie. Cependant, sans être trop technique sur la structure de la névrose, la névrose a ses causes endogènes ( une histoire personnelle malheureuse, des douleurs, les rapports papa-maman-bébé plus ou moins faciles et complexes etc.) et ses causes exogènes ( situations matérielles difficiles, conjoint(e) plus ou moins pathogène, plus ou moins violent(e) physiquement ou verbalement, travail plus ou moins pénibles, réveil de douleurs endogènes du a des situations revécues dans le présent etc. ) , et donc la névrose ne se réduit pas ( ne diminue pas ) simplement en prenant même le meilleur des bains et en écoutant même la meilleure des musiques dans le meilleur des calmes possibles. La névrose et la douleur ne se réduisent pas uniquement par la répétition d’attitude même positive pour le sujet. J’attends ici comme « positif pour le sujet » ce qui est agréable pour la personne. Cependant force et de constater que ce « bon maternage en musique de soi même » a des effets bénéfiques tout comme les belles musiques , en particuliers la musique classique. A noter que les effets sur la névrose sont moindre que sur le stress ou les tensions intérieures du moment. Ainsi envisager que « la musique classique apaise et que c’est ainsi » pose problème par exemple a certains névrotique qui ne pourront se laisser aller a vivre se genre d’activité ou se feront vivre très mal cette situation d’écoute et d’apaisement soit pendant soit après cette activité.» in Fappani F., La musicothérapie : De la vibration du cosmos au souffle venu d’ailleurs, éd. Cursus (2007)


    Historique

    Dans les années 1940 et 1950, cette nouvelle méthode de musique thérapeutique fut utilisée sur les soldats convalescents pour tenter de soulager les traumatismes de la guerre : insomnies, dépressions post combat, anxiété ...

    Par la Suite, des recherches approfondies ont été réalisées dans différents instituts, en France comme à l'étranger. Tels l' institut Karajan à Salzbourg qui étudie le pouvoir physiologique de la musique, ou encore le centre de recherche et d'application des techniques psychomusicales de Paris, l'institut Jacques Dalcroze à Genève, créé en 1915.

    En France, Les études concernant l'action de la musique sur le corps sont récentes et datent de 1970. Elles ont permis de mettre en évidence que l'écoute de certaines musiques pouvaient avoir des répercussions physiologiques et psychologiques sur l'organisme notamment au niveau cardio-vasculaire, respiratoire, musculaire et végétatif.


    ×