Anastore.com

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    Mixage Phosphénique

    Simple et bénéfique pour nos yeux, cette méthode permet d'augmenter notre mémoire et notre créativité en fixant brièvement une lumière.

    Quand j'étais en primaire, ma grand-mère me disait souvent : "vous avez de la chance, vous les jeunes, d'avoir de la lumière (l'électricité). Nous, pour travailler (faire les devoirs), on s'éclairait à la bougie".

    Ma grand-mère avait quitté l'école très tôt. Pourtant, elle se souvenait parfaitement, à plus de 70 ans, de tous les départements, préfectures et sous-préfectures. L'histoire de France et l'orthographe n'avaient pas de secrets pour elle, avec tout de même parfois quelques petites erreurs.

    En étudiant à la bougie et en fixant de temps en temps la flamme, elle faisait du mixage phosphénique sans le savoir.

    Mise au point par le Docteur Francis Lefébure, cette méthode ne nécessite au départ qu'un peu de temps et les résultats sont généralement présents dès les premières séances. Elle permet d'améliorer RAPIDEMENT et SANS EFFORTS les résultats scolaires, de la maternelle à l'université. Les adultes en tireront le plus grand profit dans leur vie de tous les jours.

    Qui était le Dr Francis LEFEBURE ?

    Il est né le 17 septembre 1916. Il commença ses études de médecine à 18 ans et devint externe des hôpitaux de Paris, en neurologie et psychiatrie infantile. Il passa sa thèse de médecine en 1942, à Alger, sur les exercices respiratoires du yoga : "La respiration rythmique et la concentration mentale", ce qui était peu banal pour cette époque.

    Il fut médecin de l'hygiène scolaire ainsi que professeur de mathématiques et de sciences. En 1959, le Dr Francis Lefébure, créateur de la méthode du mixage phosphénique, a découvert et analysé l'action dynamisante de la lumière sur toutes les fonctions cérébrales. Il a démontré que la pratique régulière de cette méthode permet d'atteindre l'épanouissement de notre mental en activant l'hémisphère droit du cerveau et en faisant fonctionner les deux hémisphères cérébraux de façon rythmée et équilibrée. Il est décédé le 19 mars 1988.

    Quelques définitions

    Les phosphènes en pédagogie sont des sensations lumineuses multicolores obtenues en fixant pendant trente secondes une lampe opaline de 75 watts, placée entre 1 et 3 mètres de distance. Ils se présentent sous la forme d'une tache de couleurs changeantes, persistant durant 3 minutes.

    Le mixage phosphénique consiste à mélanger, durant le phosphène, une pensée mentale, auditive ou visuelle avec le phosphène. Il canalise l'attention vers la pensée choisie.

    Par exemple, un enfant qui veut retenir une carte de la géographie se la représente durant la séance de phosphène, de préférence dans le phosphène. Celui-ci canalisant l'attention vers la pensée choisie, il se produit entre la pensée et le phosphène un dégagement d'énergie qui densifie la pensée (la carte de géographie). L'amplification de l'énergie aide la pensée à se structurer et à se graver dans la mémoire.

    Le mixage phosphénique transforme l'énergie lumineuse en énergie mentale.

    La simulation cérébrale due aux phosphènes augmente l'attention et permet une meilleure compréhension et une meilleure assimilation. La mémoire est renforcée,  ainsi que la volonté. L'énergie physique et psychique également.

    Le matériel nécessaire

    - Une ampoule opaline (blanche) de 75 à 100 watts ou une ampoule à spectre complet (type lumière du jour) d'une puissance restituée équivalente;

    - un réflecteur spécial de type réflecteur de photographe ou lampe d'architecte;

    - un bandeau oculaire (facultatif);

    - une télécommande ( facultatif).

    Le plan de travail

    Une bonne organisation de son coin de travail permettra de travailler plus vite, plus efficacement et avec moins de fatigue.

    Voici comment procéder, en particulier pour les enfants, collégiens et étudiants, et toutes les personnes passant de longues heures à leur bureau.

    - La surface de travail sera de préférence en blanc mat ( si votre bureau est sombre, mettez un grand sous-main blanc). Utilisez au mieux la lumière naturelle quand vous disposez votre table.

    - Éclairez votre plan de travail avec une lampe de bureau de 75 à 100 watts, de préférence type lumière du jour économique (consommation seulement 15 watts pour 75 watts restitués). Pour une bonne répartition de la lumière, une lampe de bureau pour un adolescent ou un adulte devrait avoir une hauteur comprise entre 50 cm et 60 cm au moins. Il semble que les lampes à halogène soient à éviter.

    - Installez votre lampe ou ampoule à incandescence à une distance de 1,50 à 2 mètres. Une ampoule type lumière du jour montée sur un support permet une utilisation à la fois pour faire vos phosphènes et aussi pour éclaire votre bureau (lampe à phosphène du Dr Lefébure, lampe d'architecte). Dans ce cas, la télécommande n'est pas indispensable et vous pouvez vous placer à une distance comprise en 0,5 et 1 m.

    Une séance de phosphènes

    - Placez-vous en face de la lampe, allumez-la pendant  environ 30 secondes tout en la fixant. Vous éviterez de bouger votre regard pendant la fixation, mais n'oubliez pas de cligner des yeux pour éviter leur dessèchement.

    - Éteignez la lampe et fermez les yeux. Si vous possédez un bandeau oculaire, utilisez-le. Sinon fermez les volets ou rideaux de votre pièce avant la séance pour mieux observer les phosphènes, le changement de couleurs, pendant environ 3 minutes.

    - Recommencez plusieurs fois pour bien vous habituer à faire correctement les phosphènes. Soyez attentifs aux couleurs et aux pensées venant spontanément à votre esprit. "Mixez", par exemple avec un souvenir heureux (vacances, anniversaire...), un objet familier et laissez-vous porter par vos pensées.

    - Utilisez le plus possible le mixage tout au long de la journée : pour les jeux, la lecture de BD, etc. Il n'y a pas de limite. Minimum un quart d'heure matin et soir, (2 fois 3 fixations plus mixage).

    L'utilisation de la méthode depuis plus de 30 ans montre qu'il n'y a aucun danger pour les yeux sains, si on respecte le protocole indiqué ci-dessus. Au contraire, les variations entre une intensité lumineuse importante (durant la fixation de l'ampoule) et une intensité faible vont permettre une gymnastique oculaire profitable à la bonne santé de nos yeux.

    Les contre-indications les plus connues à la pratique des phosphènes sont le glaucome, les opérations des yeux (chirurgicale ou au laser) de moins de 3 ans et les produits photosensibilisants, comme certains antidépresseurs. Dans ce cas, un avis médical est indispensable avant de pratiquer cette méthode.

    Les effets du mixage phosphénique

    La première action du phosphène se fait sentir sur le système nerveux. Le mixage est très relaxant et procure une grande détente physique et psychologique. Il permet de gérer le stress et les émotions, d'améliorer le sommeil de façon remarquable. La lumière régule la production de deux hormones :

    - la mélatonine, dite hormone du sommeil, produite la nuit, et qui a un effet sédatif facilitant le sommeil ;

    - la sérotonine, hormone du jour, de l'énergie et de la bonne humeur, appelée aussi hormone du bonheur.

    La pratique régulière de la phosphénologie stimule toutes les capacités intellectuelles en les amplifiant : développement de la mémoire, de l'intelligence, de l'attention, de la concentration et de la créativité.

    Comment ça marche ?

    L'oeil perçoit les ondes lumineuses transmises par la lampe à phosphènes.

    La rétine, constituée de cellules photo-réceptives (cônes) qui transforment le signal lumineux en influx nerveux, envoie celui-ci dans la zone occipitale du cerveau (particulièrement la zone visuelle) grâce au nerf optique.

    On obtient un dégagement supplémentaire d'énergie qui s'accumule au niveau de toute la masse cérébrale. Le mélange d'une pensée au phosphène amplifie et canalise nos capacités d'attention et de réflexion vers la pensée choisie. Les images et les pensées vont être beaucoup plus nettes, plus vives et d'une intensité plus forte. La densification des images et des pensées aide celles-ci à mieux se graver dans la mémoire, comme quand on assiste à un événement d'une forte intensité émotionnelle : événement heureux, accident, examen...

    Ce dégagement d'énergie facilite les associations d'idées, la compréhension et l'assimilation, et par conséquent l'intelligence. La curiosité intellectuelle, l'esprit d'initiative et l'intuition sont renforcés.

     Applications pédagogiques

    Nous allons nous servir des couleurs du phosphène pour canaliser l'attention, comme si ces couleurs étaient un tableau posé en face de nous. Le fait d'observer et de regarder les couleurs nous aide à chasser les idées parasites.

    Son action directe sur notre propre pensée, sur son contenu, sa qualité et son organisation nous permet d'optimiser le rendement de la réflexion et de tout travail intellectuel. Les résultats sont souvent remarquables en peu de temps.

     Cette méthode trouve son application dans l'apprentissage scolaire, du primaire à l'université : dissertation, géographie, mathématiques, orthographe, par coeur, lecture... Le raisonnement est mieux structuré, l'appréciation s'améliore. Il augmente l'idéation pour une rédaction ou une narration. Pour l'apprentissage d'une langue, elle facilite la mémorisation des mots nouveaux, des constructions grammaticales et permet de prendre facilement l'accent.

    L'enfant apprend plus vite. Il retient ses leçons et est plus attentif en classe. Les effets se font sentir dès la première séance.

    Les adultes en tirent également de nombreux avantages : mémoire stimulée, confiance en soi augmentée, créativité développée, résistance nerveuse accrue, ce qui permet de faire face au stress et aux tensions.

     Premier exemple: la mémorisation simple

    L'exemple que donnait Francis Lefébure est celui de la carte géographique à apprendre par coeur. D'abord il faut faire une fixation de la lampe pendant environ 30 secondes ; ensuite, les yeux ouverts, on va étudier la carte (ou une partie) pendant environ une minute, puis on fermera les yeux et on se la représentera (dessinera) mentalement à l'intérieur du phosphène. On répète plusieurs fois l'opération (fixation, étude) en fonction de la difficulté. Puis on la dessinera (si possible sans regarder l'original bien sûr). Il est très important de corriger immédiatement ses erreurs, pour ne pas les mémoriser. Pour les jeunes enfants, un travail à deux est vivement conseillé.

    On pratiquera de la même façon pour mémoriser des numéros de téléphone, formules courtes, textes courts, etc.

    Deuxième exemple : la lecture sous phosphènes

    Si on utilise une ampoule à incandescence, il faudra utiliser deux lampes : une pour faire les phosphènes, la seconde pour éclairer le plan de travail (sur lequel est posé le livre). Mais si on utilise une ampoule lumière du jour économique, une seule lampe est nécessaire.

    Tout d'abord, on fait une fixation pendant 30 secondes en pensant au travail que l'on va effectuer (titre du livre ou de la leçon, titre du chapitre...). Ensuite, on commence la lecture en éclairant avec sa lampe les documents qu'on lit. On recommence l'opération chaque 5 à 10 minutes, ou chaque fois que l'on sent que l'attention diminue. L'énergie des phosphènes se cumulant avec la pratique, les fixations seront de plus en plus espacées.

    Pour les plus jeunes

    Cette méthode peut être utilisée de façon ludique avec les jeunes enfants. Il suffit de leur faire fixer pendant quelques secondes une source lumineuse (ampoule au plafond, lampe de poche). Demandez-leur de regarder les images perçues, de voir à l'intérieur des animaux, des paysages, de leur raconter une histoire. Ensuite, c'est juste une question d'imagination entre vous et eux... J'ai passé de cette façon des moments très agréables avec mon jeune fils.

    8 votes. Moyenne 4.13 sur 5.

    ×