CYBERBOUTIQUE VOGOT

Des prix barrés TOUTE L'ANNEE

De nombreuses promotions vous attendent

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT VOGOT

VOGOT

Le réveil des sens

VOGOT

Temps de digestion des aliments

Lors de consultations à mon cabinet et rencontres extérieures, la question récurrente qui m'a été posée est celle-ci: " Combien de temps faut-il aux aliments pour être digérés ?".

Manger en respectant ordre et combinaison alimentaire.

INTRODUCTION

À mon avis et d’après mon expérience en tant que naturopathe / hygiéniste, le fait de manger en respectant un certain ordre représente l'approche la plus avancée pour une bonne compréhension de la combinaison alimentaire appropriée.

Ce concept, je l’ai testé moi-même nombre de fois.

COMBINAISON ALIMENTAIRE

N’importe quel aliment qui se digère rapidement doit attendre l’aliment qui se digère plus lentement, pour quitter l’estomac - processus qui peut prendre jusqu'à 6 ou 8 heures. En attendant, les fruits, les légumes crus ou cuits, et certains amidons subissent certaines décompositions et fermentation, qui produisent des gaz, de l'acide et de l'alcool, ainsi qu’une mauvaise digestion.

UN NOUVEAU CONCEPT RADICAL DE LA DIGESTION

S‘il y a 5 aliments différents dans l'estomac lors d'un même repas, chacun étant mangé séparément et dans un certain ordre , il y aura 5 types de digestion différents en même temps, chaque couche a ses propres enzymes pour digérer chaque aliment.

Mais quand il y a 5 aliments mangés lors d’un repas où chaque bouchée contient un aliment puis un autre (ou ces aliments mélangés ensemble), alors l’estomac entier sera rempli avec le même mélange.

LES AVANTAGES DE MANGER DANS LE BON ORDRE (un aliment à la fois)

Au début de ma pratique, un de mes patients a refusé absolument de renoncer à ses mauvaises habitudes alimentaires. En désespoir de cause, le seul changement que j’ai pu lui faire faire a été de lui faire manger ses aliments dans le bon ordre. Tous ses problèmes digestifs ont disparu en trois jours seulement, de façon étonnante.

REFERENCES

Une expérience a été menée sur des rats auxquels on a donné des morceaux de nourriture de 3 couleurs différentes. D’abord la noire, la blanche en deuxième, et la rouge en troisième. Peu de temps après, les animaux ont été sacrifiés, et leur estomac congelé puis coupé en sections.

Les différentes couleurs des aliments ont été retrouvées en couches…

Il y a eu un cas célèbre, écrit par Beaumont, au cours de la guerre de Sécession, où un soldat a été blessé par balle qui lui a causé une grande ouverture visible dans son estomac. Sa digestion a été étudiée pendant un certain temps par plusieurs médecins présents, et ils ont observé que les aliments étaient digérés en différentes couches.

SIMPLE TEST

J’ai expérimenté moi-même un test tout simple qui consiste à manger différents aliments en ordre, une variété à la fois, [tout dans le même repas], et ce pour plusieurs repas différents. Puis, quand j’allais aux toilettes, j'ai examiné les fèces, et j’ai constaté des couleurs différentes dans les mêmes fèces. La pastèque qui est de couleur rougeâtre est sortie en premier, puis la salade verte qui est brun très foncé, et en dernier le fromage de couleur marron. Tous étaient réunis, à la sortie du corps, dans le même ordre qu'ils avaient été mangés.

Tout le monde peut essayer ce test, mais pour être précis, les différents aliments doivent être consommés séparément, et dans l’ordre, les uns après les autres (pas de mélange).

REGLE DE BASE – D’ABORD LES ALIMENTS QUI CONTIENNENT BEAUCOUP D’EAU

Pour simplifier ce concept de couches successives et de manger dans l’ordre, voici comment faire :
Mangez des aliments qui contiennent beaucoup d’eau en premier.

MAUVAISES COMBINAISONS A EVITER

Ce qui suit présente quelques exemples de mauvaises combinaisons à éviter :

  • 1. Mélanger de fruits secs, du miel, du sirop d'érable ou des bananes avec des noix (noisettes, amandes, etc.) ou graines 

  • 2. Mélanger des féculents avec des aliments acides ou frais, ou avec des fruits.

  • 3. Mélanger des fruits secs avec des fruits acides

  • 4. Ne jamais manger de fruits secs avec ou après des protéines.

  • 5. Manger des fruits frais crus ou secs après des aliments cuits 

  • 6. Évitez de boire des boissons ou même de l'eau pendant ou après les repas

MACHER BIEN JUSQU'A CE QUE CE SOIT PRESQUE LIQUIDE

Pour une meilleure digestion - mâcher bien tous vos aliments jusqu'a ce qu’ils soient presque liquides avant de les avaler.

Voici une recherche intéressante :

(L’abbé Spallanzani (1729 - 1799), l'un des plus anciens observateurs sur la digestion gastrique, a constaté que les cerises et les raisins, quand ils étaient avalés entiers, même s’ils étaient bien mûrs, étaient retrouvés intacts dans les selles. ....)
Nous ne pouvons assimiler que les aliments qui sont les plus liquéfiés. .....

MANGER AVEC ATTENTION

Une excellente pratique consiste à manger avec 100% d'attention sur la saveur des aliments.
Le temps de digestion-assimilation est très différent selon les familles d'aliments. Il peut varier de quelques minutes pour les jus de fruits, les fruits, le sucre, le miel, à environ une demi-heure pour les légumes verts et jusqu'à cinq heures pour les légumineuses (lentilles et légumes secs en général).

On ignore (ou on oublie) trop souvent que la digestion nécessite une mobilisation d'énergie importante, et que le capital d'énergie nécessaire pour la digestion-assimilation sera totalement différent selon les aliments ingérés, et qu'il peut être considérable pour certains.

Or, la capacité de digestion-assimilation est directement liée au potentiel d'énergie, de vitalité de chacun, et ce potentiel est variable selon les personnes, au cours de la vie, au cours des saisons et même au cours d'une journée.

Le Taux de Vitalité générale d'une personne est fonction de divers paramètres et entre autres de son hygiène de vie physique, mentale et alimentaire.

Si cette hygiène est défectueuse, ce potentiel de vitalité personnel sera diminué et certaines fonctions en souffriront.

Cela peut être la fonction musculaire entraînant :

  • l'apathie,

  • la fonction thermique donnant des sensations de froid aux extrémités du corps,

  • la fonction d'évacuation des selles donnant la constipation,

  • la fonction mentale et émotionnelle impliquant une augmentation du stress, des troubles de mémoire...,

  • la fonction digestive avec colite, diarrhées,

  • la fonction d'assimilation avec la maigreur,

  • la fonction d'élimination des graisses avec une surcharge pondérale,

  • la fonction sexuelle entraînant un manque de désir,

  • la fonction de reproduction avec la difficulté à être enceinte,

  • la fonction d'élimination toxinique cellulaire enclenchant des symptômes de maladie.

Si une personne à faible vitalité consomme des aliments "lourds" à digérer, il y aura obligatoirement une carence d'énergie dans les fonctions digestives, et ces aliments, au lieu d'apporter de l'énergie, vont stagner dans l'estomac et dans les intestins beaucoup trop longtemps, et vont provoquer un processus de fermentation et de putréfaction.

Non seulement l'objectif de départ, qui était nutritionnel, ne sera pas atteint, mais, à la place, nous aurons une situation d'empoisonnement par fabrication de toxines impropres à l'état de santé générale.

Les principaux signes cliniques en sont une langue blanche chargée, une haleine fétide, des selles irrégulières, collantes, nauséabondes, une urine foncée, malodorante.

Il est donc très important que les personnes à faible vitalité évitent absolument certains aliments trop lourds.

RECAPITULATIF DES FAMILLES D'ALIMENTS

Les sucres lents

On les appelle aussi féculents, glucides lents, hydrates de carbone.

Ce sont les pommes de terre, le riz, les pâtes, le pain, le quinoa, le millet, le sarrasin, la semoule de couscous (toutes les céréales en général).

Ils subissent une première phase digestive dans la bouche, en milieu basique, grâce à la mastication et à la salive qui est basique (pH 7 à 8).

Ce travail de transformation chimique continue dans l'estomac, toujours grâce à ce suc salivaire basique.

L'aliment ainsi travaillé et broyé passe ensuite dans le haut de l'intestin grêle (le duodénum).

D'autres sucs digestifs pancréatiques (pH 7 à 8) vont continuer et finir ce travail de digestion basique avant assimilation par les parois de l'intestin.

La digestion des féculents se fait donc en milieu basique et principalement dans la bouche et le duodénum.

La digestion des céréales provoque une dépense d'énergie considérable pour "brûler" le sucre en excédent.

De ce fait, l'ensemble cardio-pulmonaire est mis à rude épreuve lors de l'utilisation de ces sucres qui arrivent massivement. Pour éviter les sensations de chaleur excessive dans le corps, le surmenage du pancréas chargé de maintenir le taux de sucre dans le sang et l'usure plus rapide du système cardio-pulmonaire, les sédentaires doivent éviter la consommation de céréales (pour les asthmatiques, elle est fortement déconseillée, dans ce cas, leur préférer les pommes de terre).

Pour les travailleurs physiques, les sportifs, une consommation modérée (une fois par jour) de céréales leur apportera largement le sucre et les nutriments nécessaires à leurs activités.

Les protéines

Elles sont contenues dans la viande, le poisson, les oeufs, le yaourt, les fromages, le soja, les noix, les noisettes et les amandes (oléagineux).

Elles ne subissent pas d'action chimique buccale.

Après mastication, ces aliments parviennent dans l'estomac.

Dans ce dernier, l'organisme libère de l'acide chlorhydrique (HCI) d'un pH 2 à 4, donc très acide.

Une fois transformées en acides aminés, les protéines passeront dans l'intestin grêle pour être à leur tour assimilées sous forme d'acides aminés. La principale transformation chimique des protéines se fait dans l'estomac en milieu acide.

On voit donc que le mélange féculent-protéine est incompatible : nous n'avons qu'un seul estomac et on ne peut réclamer à celui-ci un milieu à la fois basique d'un pH 7 à 8 pour les féculents et un milieu acide d'un pH 2 à 4 pour les protéines.

Ceci va à l'encontre de la démarche alimentaire actuellement très courante, qui est d'associer presque systématiquement poisson ou viande avec riz, jambon avec purée, steak avec frites, etc...

Viandes et poissons

Pour les inconditionnels, la viande et le poisson apportent des protéines nobles.

Oui, mais ces aliments apportent également beaucoup de déchets appelés purines, urée et acide urique.

Consommer quotidiennement de la viande et / ou du poisson est un excès regrettable et favorable au dépôt d'acide urique dans les articulations. La porte est ainsi ouverte à un grand nombre de maladies comme : arthrite, arthrose, poly- et périarthrite, goutte, rhumatisme... (liste non exhaustive)

Un cocktail quotidien de viande + produits laitiers devient explosif au fil des années.

Pour les grands "mangeurs de viande", en ramener la consommation à trois ou quatre fois par semaine, dans un premier temps, sera une étape transitoire, nécessaire à une diminution de leur toxémie et donc un pas vers la santé.

Pour les végétariens, la consommation de soja et d'oléagineux (noix, noisette, amande) remplacera favorablement la viande et le poisson.

Et pour ceux qui prennent conscience de la nécessité de supprimer ces aliments, la transition peut se faire en utilisant les viandes blanches, poulet, dinde, de meilleure qualité (si élevage "bio" dans de bonnes conditions) que la viande rouge car elles contiennent moins de purines au départ.

Le poisson "sauvage" (non issu d'élevage) est de meilleure qualité biologique (mis à part la présence éventuelle de mercure et autres "métaux lourds") car il n'a pas reçu d'antibiotiques, de vaccins, d'hormones de croissance ni de nourriture inadaptée à son espèce (comme c'est le cas pour un grand nombre d'animaux et poissons d'élevage). Mais il a un inconvénient majeur : c'est un aliment qui rentre très vite en décomposition et fabrique rapidement des poisons. Son ultra-fraîcheur avant consommation est obligatoire.

Sa surconsommation entraîne les mêmes problèmes que la viande car le taux de protéines est équivalent.

Les légumineuses

Elles comprennent les lentilles, le soja, les haricots blancs et rouges (légumes secs en général).

Elles sont très riches à la fois en protéines et en féculents.

Malgré leur apport nutritionnel important, ces aliments sont difficiles à digérer car féculents et protéines sont incompatibles entre eux.

Les légumineuses ne sont pas conseillées aux personnes à faible vitalité.

Les lipides

Très importants dans l'alimentation, il faut y apporter une attention particulière.

Il existe deux grandes "familles" de graisses :

1 - La forme TRANS ou "acides gras saturés", qui est rarement présente dans la nature.

Les acides gras trans sont soit d'origine animale (principalement les ruminants), soit d'origine industrielle (la plupart des margarines), soit résultent de la transformation des huiles végétales par excès de température (lors de la fabrication ou à la cuisson).

Ces acides gras se trouvent donc dans les produits laitiers, la plupart des graisses animales et la viande, les huiles et les margarines raffinées.

Au niveau des membranes cellulaires, leur action est très nocive, et ils doivent donc être absolument évités.

2 - La forme CIS, acides gras insaturés ou polyinsaturés

C'est la forme biologique la plus abondante dans la nature, et c'est la forme essentielle pour l'homme.

Elles sont fournies par la plus grande partie des huiles végétales, huiles qui doivent impérativement porter les mentions "vierge" et "première pression à froid", mais qui doivent aussi être sélectionnées chez des préparateurs n'utilisant QUE des graines ou fruits produits par culture "Biologique"...

Dans l'alimentation courante, consommez largement les huiles d'olive et de colza, ne chauffez pas ces huiles, ou très peu (toujours en dessous de la température à laquelle l'huile commence à fumer) rajoutez la plutôt froide dans l'assiette, après cuisson (à chaleur douce !) c'est excellent !!!

La consommation conseillée par personne et par jour est de deux cuillères à soupe d'huile d'olive + 1 d'huile de colza.

Dans l'alimentation humaine, les acides gras polyinsaturés des séries n-6, appelés "oméga-6" (dont le premier est l'acide linoléique), et n-3, appelés "oméga-3", (dont le premier est l'acide alpha- linolénique), sont des éléments primordiaux pour obtenir une bonne santé.

Les acides gras polyinsaturés sont les constituants majeurs des phospholipides de la substance grise du cerveau, ils sont indispensable pour maintenir une bonne flexibilité de toutes les membranes cellulaires, et une bonne qualité des photorécepteurs de la rétine et du sperme.

Plus la membrane qui entoure les cellules est riche en acides gras CIS polyinsaturés à longue chaîne (Acide Arachidonique, EPA et DHA), plus elle est souple.

Comme ils ne peuvent pas être synthétisés par l'organisme humain, ces acides gras sont dits "essentiels", et ils doivent impérativement être fournis par l'alimentation et/ou par la supplémentation.

Les apports nutritionnels conseillés sont de 1,4 à 2,8 g par jour d'acide alpha-linolénique et de 8,5 à 17 g par jour d'acide linoléique. Le rapport des apports conseillés oméga-6 / oméga-3 devrait être préférentiellement égal à 6.

Or toutes les études réalisées ces dernières années dans de nombreux pays révèlent que, actuellement, ces apports ne sont pas satisfait pour la quasi totalité de la population.

Les Oméga 3

Présents en quantités importantes dans les poissons des mers froides. Le plus riche en acides gras de la série n-3 est le maquereau, puis le hareng, les anchois, la sardine, le pilchard et le rouget. Le maquereau est presque deux fois plus riche que le saumon et le flétan. L'encornet, les crevettes, les homards et les coquillages de mer sont d'autres sources riches en oméga-3.

La SUPPLÉMENTATION extrêmement efficace 

Définition : La supplémentation est le fait d'utiliser un supplément (ou complément alimentaire) pour pallier une carence. Elle peut avoir un intérêt prophylactique ou thérapeutique. Il existe notamment des supplémentations en vitamines (vitamine D), en minéraux (calcium, magnésium, fer), avec la formule Vitaminero et en acides gras oméga-3 (DHA, EPA).

  • Elle améliore la fluidité et la stabilité des membranes cellulaires.

  • Est efficace sur l'eczéma et les démangeaisons.

  • Permet d'abaisser la cholestérolémie et la triglycéridémie, et prévient l'apparition de l'hypertension liée au stress.

  • Entraîne une baisse du taux de triglycérides et du taux de LDL cholestérol, tout en favorisant une hausse de HDL cholestérol (bon cholestérol).

  • Réduit l'hypertension artérielle et les risques de problèmes cardiaques.

  • Diminue les risques d'inflammation et est efficace dans tous les cas de problèmes articulaires.

  • Abaisse le risque de rechute de maladie inflammatoire intestinale, en particulier de maladie de Crohn.

  • Améliore les facultés cognitives et les capacités cérébrales, principalement chez les personnes âgées.

  • Réduit la gravité des dépressions et de certaines formes de démence.

  • Elle ralentirait l'évolution de certains cancers, notamment les tumeurs malignes de l'estomac, des intestins et du sein. 

  • Les apports conseillés sont de 280 à 560 mg par jour.

La supplémentation en Omega-3 + EPA et vitamine E et DHA, entraîne une baisse du taux de triglycérides et, dans une moindre mesure, du taux de LDL cholestérol (mauvais cholestérol), tout en favorisant une hausse de HDL cholestérol (bon cholestérol), et abaisse le taux de Lp(a).

  • Elle réduit l'hypertension artérielle et le risque d'accident thromboembolique, de sténose coronarienne et de troubles du rythme cardiaque. 

  • Elle diminue la gravité des crises de rhumatisme, d'arthrite inflammatoire, et des poussées de polyarthrite rhumatoïde. Elle abaisse le risque de rechute de maladie inflammatoire intestinale, en particulier de maladie de Crohn. 

  • Le DHA est le constituant majeur des phospholipides de la substance grise du cerveau, des photorécepteurs de la rétine, et du sperme. Il s'incorpore au tissu nerveux humain pendant la vie intra-utérine et au cours de l'allaitement. 

  • La consommation de DHA est essentielle pour le développement neurologique du fœtus, du nourrisson puis de l'enfant. 

  • La quantité de DHA du lait maternel varie en fonction de l'alimentation en produits marins de la mère. Les enfants nourris au lait maternel contenant du DHA, ont un QI plus élevé et une meilleure acuité visuelle par rapport à ceux nourris aux biberons de laits maternisés dépourvus en DHA. 

Dans les protocoles de prévention du vieillissement, une complémentation en EPA et DHA s'avère incontournable et primordiale, elle améliore les facultés cognitives des personnes âgées et réduit la gravité des dépressions et de certaines formes de démence.
La consommation de DHA ralentirait également l'évolution de certains cancers, notamment les tumeurs malignes de l'estomac, des intestins et du sein.

INDISPENSABLE : Sous peine de développer une carence en vitamine E, toute supplémentation en acides gras polyinsaturés doit être accompagnée d'une supplémentation en vitamine E (400 à 800 UI / jour) qui protège les acides gras polyinsaturés de l'oxydation.

Oméga 3 et SPORT

La prise d'huile de poisson permet une nette amélioration des performances physiques.

De nombreuses publications sur la biologie du sport, révèlent que la supplémentation en acides gras polyinsaturés de la série n-3 (oméga-3) permet une amélioration des performances sportives en endurance, même en altitude (déficience en oxygène lié à une altitude supérieure à 2000 m).

L'application d'une nutrition riche en oméga-3 est particulièrement indiquée pour l'ensemble des sports d'endurance, des sports de haute montagne et des disciplines sportives de moyenne altitude.

La prise d'huile de poisson (1800 mg d'EPA et 1200 mg de DHA par jour pendant 6 semaines) permet une très nette amélioration des performances physiques par élévation de la puissance maximale, de la capacité maximale aérobie et de la glycogénolyse.

De plus la supplémentation en EPA et DHA, en entraînant une augmentation de la teneur en EPA et DHA des membranes, améliore la fluidité et la stabilité de ces membranes (souvent fragilisées chez les sujets sportifs et/ou âgés).

La complémentation en acide gras Oméga 3 associée à un complexe antioxydant se révélera le meilleur choix pour améliorer ses performances physiques.

Les huiles végétales, le beurre, la crème fraîche, le saindoux, l'avocat sont souvent en surcharge avec les protéines, car ces dernières contiennent déjà des lipides (la viande de porc, classée en protéine, est très grasse, très lipidique).

Les légumes verts de saison

Ce sont les rois de l'alimentation. Ils sont tous très compatibles entre eux.

On peut les consommer crus ou cuits.

Exemples : salade composée avec laitue, radis, concombre ou soupe de légumes poireaux-carottes-navets.

Leur point fort est d'être compatible avec toutes les autres familles d'aliments : protéines, féculents, lipides.

On DOIT en consommer TOUS LES JOURS !!!

Les fruits

De digestion très rapide, contenant beaucoup de sucres rapides, ils sont quasiment incompatibles avec toutes les autres familles d'aliments sauf avec les fruits secs sucrés : les raisins secs, dattes, figues, abricots secs, pruneaux, et les protéines maigres acides : yaourt, petit suisse, lait caillé.

Les fruits, bien que considérés comme essentiels, peuvent devenir dangereux consommés en mauvaise association.

C'est le cas du fruit (et des traditionnelles salades de fruits) en fin de repas : son transit dans l'intestin est bloqué au niveau de l'estomac par la présence des autres aliments, quelle que soit leur nature (et a fortiori les féculents).

Le fruit contenant beaucoup de sucre rapide, ce dernier va fermenter et sera transformé en alcool. Je rappelle que c'est à partir de pommes que l'on fabrique le cidre et le calvados, à partir du raisin que l'on fabrique le vin, l'eau-de-vie, etc.

Fruits et salades de fruits ne devraient JAMAIS être consommés en dessert.

Nous retrouvons parfois des personnes âgées qui n'ont jamais bu une goutte d'alcool de leur vie, et qui présentent une cirrhose du foie !

Elles n'avaient pas besoin de boire puisqu'elles avaient transformé leur estomac en alambic pendant des dizaines d'années en consommant régulièrement des fruits en fin de repas.

Une association très répandue, particulièrement désastreuse pour les enfants et qui provoque des désordres ORL importants et récidivants, comme les otites, rhinites, bronchites, bronchiolites, angines : un repas de féculents (riz ou purée par exemple) et un yaourt sucré en dessert.

Le mélange féculent / yaourt (protéine acide) est incompatible et le mélange féculent / sucre du yaourt (sucre rapide) est également incompatible. Cela nous donne une double incompatibilité majeure et des rendez-vous réguliers chez le pédiatre.

Les boissons

Les jus de fruits, le vin, la bière, le thé, les tisanes, le café sont à classer parmi les aliments à cause de leur composition. Exemples : la bière est faite à partir de céréales, le vin à partir du raisin, quant au café, il contient beaucoup d'acide urique.

Ces liquides ne sont pas anodins dans l'alimentation.

Un verre de jus d'orange ou de vin, par son acidité, bloque la digestion basique des féculents consommés au même repas.

Par contre, avec un repas de protéines qui se digèrent en milieu acide, l'association sera plus acceptable.

La boisson chaude en fin de repas retarde la digestion car elle dilue les sucs digestifs présents.

Quant aux boissons froides, ou glacées, elles créent un choc thermique dans l'organisme. Elles doivent être consommées à température ambiante, surtout l'été.

Il est rappelé que les jus de fruits sont à classer dans les aliments plutôt que dans les boissons de par leur teneur importante en sucres et vitamines. Ces deux derniers éléments sont très énergétiques et à adapter à l'activité du corps.

Pour certaines personnes sensibles, il est déconseillé de boire un jus de fruits après 18 heures car il risque de perturber gravement leur sommeil.

Toutes ces boissons correspondent plus à un besoin culturel que physiologique.

ALORS, QUE FAUT-IL MANGER ?

Afficher l'image d'origine

Les fruits doivent être consommés en dehors des repas, au moins un quart d'heure avant le repas, ou bien dans la matinée ou encore l'après-midi.

Les légumes verts sont importants et indispensables. Ils devraient être présents à chaque repas, en crudités et/ou cuits à la vapeur. Les fruits et les légumes sont les seuls aliments qui drainent et qui nourrissent le corps sans l'encrasser.

De plus, ce sont les seuls aliments dont le bilan final est basique pour l'organisme, contrairement à tous les autres aliments qui sont acidifiants.

Les légumineuses sont compatibles avec les légumes.

Exemple : une assiette de crudités avec un plat de lentilles cuisinées avec oignons et carottes.

Les huiles végétales de première pression à froid et le beurre frais (lipides) sont compatibles avec les légumes et les féculents.

À noter : citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents et compatibles avec les protéines.

Sur les deux repas principaux de la journée, déjeuner et dîner,

  • le repas du midi : crudités + protéines + légumes vapeur,

  • et le repas du soir sera composé de crudités + féculents + légumes vapeur

En fait, il faut impérativement respecter les associations alimentaires sur chaque repas, et penser "équilibre alimentaire" sur la totalité de l'alimentation de la journée, mais aussi de la semaine.

Bien sûr, ces indications sont générales et théoriques, et il est important de les adapter à chaque personne, c'est-à-dire suivant son potentiel d'énergie, sa toxémie et ses goûts.

Après des années de recherches et de confrontation des habitudes alimentaires dans le monde entier, et de leur répercussion sur la santé, le Docteur Serge Renaud et son équipe de chercheurs ont mis en évidence les bienfaits du régime alimentaire suivi en Crête, où la population conserve année après année, une espérance de vie qui est de loin bien supérieure à la durée habituelle dans les autres pays étudiés.

Pour démontrer l'incroyable effet protecteur sur la santé du "régime crétois", le Dr Serge Renaud a entrepris une vérification à Lyon, sur une population de personnes ayant déjà eu des problèmes coronariens. Il n'était pas question d'importer des aliments de Crête, mais d'adapter le régime alimentaire en le rapprochant de celui utilisé en Crête.

Et les résultats furent exceptionnels : 70% d'amélioration de l'état de santé des patients.
Ce "régime" est donc devenu le "régime santé" par excellence.

Supprimez totalement et strictement :

  • Tous les laitages, surtout au lait de vache (lait, yaourts, fromages blancs, petits suisses, beurre, crème, etc...) 

L'organisme humain adulte ne possède presque plus d'enzymes (lactase) depuis l'âge de 10-12 ans pour digérer les laitages.

Dans la Nature, le lait revêt une importance fondamentale. Les laits sont très différents les uns des autres.

Chaque lait répond aux besoins de l'espèce qui le produit, et chacune de ses molécules est au service d'un projet existentiel spécifique à l'espèce en question.

  • Le lait de vache est l'un des plus éloigné du lait humain, et peut être extrêmement nocif pour la santé. 

  • Le sucre, et tous les produits à base de sucre ou contenant du sucre. 

  • TOUTES les graisses "saturées" : toutes les graisses animales, l'huile d'arachide, toutes les graisses et huiles chauffées à plus de 110 / 120 degrés... 

  • TOUTES les viandes grillées et si possible limitez votre consommation de "viandes rouges" au strict minimum, en veillant particulièrement à la qualité de la viande choisie. 

  • Les céréales (surtout celles contenant du gluten et des sucres : blé, maïs, avoine, malt, pil-pil, orge, seigle) 

Les "occidentaux" (race caucasienne), contrairement aux asiatiques, ne peuvent digérer les céréales non germées (absence de phytases).

  • La bière et tous les sodas, cocas et autres boissons assimilées 

  • La viande de porc et toutes les charcuteries.

Consommez 2 à 3 fois par semaine :

Poisson :

principalement les poissons "gras" des mers froides : 

  • maquereau, hareng, sardine...

  • Eviter tous les gros poissons prédateurs : thon, espadon, bonites, requin qui, en fin de chaîne alimentaire concentrent beaucoup de "métaux lourds" 

  • Eviter tous les poissons d'élevage

  • Toujours enlever la peau après cuisson.

Viandes :

  • Volailles : poulet, dinde, canard, oie, pintade, autruche - provenant d'élevage garantis BIO,

  • Tous les gibiers sauvages

 

  • Riz, quinoa, kamut, sarrasin, à prendre en quantité raisonnables. 

  • Fromages de chèvre et de brebis, éventuellement un peu de gruyère.

Consommez tous les jours :

  • Des légumes et des fruits (500 grs par jour) dont au moins 70% crus, de provenance BIO autant que possible, et de préférence produits dans VOTRE région. 

  • Un ou deux verres de vin rouge de qualité par jour. 

  • Un peu de céréales en évitant le blé et le maïs (préférez quinoa, kamut, riz, avoine, épeautre, sarrasin). 

Important : Deux cuillères à soupe par jour et par personne d'huile d'olive, et une d'huile de colza, NON CHAUFFÉES (à ajouter dans les salades, ou dans les plats après cuisson).

Concernant les huiles, les deux qualifications : 

"1ère pression à froid" et "Vierge" (ou "Extra-vierge") doivent impérativement être mentionnées 

  • 1ère pression à froid veut dire qu'il n'y a eu aucun chauffage des fruits pour en extraire l'huile,

  • Vierge veut dire qu'aucun solvant ou autre produit chimique n'a été rajouté pour augmenter le rendement.

ATTENTION à la cuisson ! !

  • Elle doit toujours se faire (viandes et légumes) à l'étouffée et à chaleur douce (maximum 110 - 120°). 

  • Pour les volailles et le poisson, cuire avec la peau, la retirer après cuisson (la peau contient une grande quantité de graisses SATURÉES nuisibles pour la santé).

  • Après cuisson, au moment de servir, ajouter de l'huile d'olive ou/et de colza (toujours 100% vierge et première pression à froid), assaisonnée avec des herbes aromatiques fraîches. 

  • NE JAMAIS GRILLER les viandes ou poissons, ne jamais gratiner ou frire, ne jamais consommer tout ce qui est brûlé ou caramélisé. 

  • Eviter toutes les sauces lourdes, grasses, ou contenant des produits laitiers (crème, fromage...) 

  • Les FRUITS ne doivent JAMAIS être consommés en dessert, après un repas, ni au cours des repas, mais ENTRE les repas (évitez oranges, prunes et abricots, acidifiants), privilégiez les fruits de saison, cultivés biologiquement et dans VOTRE région. 

  • Evitez de grignoter ou de prendre des "casse-croûtes" à tout moment ... 

  • Evitez les salades et crudités le soir, la digestion plus lente la nuit favorise la fermentation dans l'estomac et la création d'acidité. Préférez des légumes cuits ou un potage. 

  • Mangez lentement, mâchez 15 fois chaque bouchée avant d'avaler 

  • Eviter les jus de fruits qui se comportent comme des sucres rapides, et sont souvent source de prise de poids et de colites. Il est préférable de manger les fruits entiers. 

Dessert : à éviter. Mais si vous avez de la peine à vous en passer, évitez les pâtisseries sucrées, et ne mangez jamais de fruits ni de salades de fruits en dessert (surtout avec de l'alcool, comme c'est souvent l'habitude...)

  • Toujours des fibres et des légumes, à tous les repas. 

  • Impérativement boire au moins un litre d'EAU par jour, en dehors des repas, par petites gorgées si nécessaire. 

  • Le thé et le café désaltèrent, mais n'hydratent pas, voire déshydratent !

Ce régime est valable pour tous, et particulièrement pour les personnes présentant des problèmes cardio-vasculaires, mais il devrait être adapté à chaque cas particulier.

L'IMPORTANCE ET LA PLACE DES REPAS

Le petit déjeuner

C'est l'un des plus importants. On doit y apporter une attention particulière car il doit apporter à notre organisme le "carburant" nécessaire pour la journée, mais ne pas se gaver de choses lourdes, sucrées et très caloriques.

Très important - 1/4 à 1/3 de la dose quotidienne de protéines doit être pris le matin !! Je recommande donc vivement de remplacer le petit déjeuner habituel par une préparation à base de protéines de soja.

Evitez les céréales sucrées et le lait de vache, remplacez le café habituel par du thé vert, et ne JAMAIS ajouter de lait ou de crème.

Mangez régulièrement des produits sucrés (confiture, miel, viennoiseries...) le matin, c'est s'assurer une crise d'hypoglycémie vers les 10h 30 ou 11 heures...

Dès leur plus jeune âge, ne pas habituer les enfants à un petit déjeuner sucré (éviter viennoiseries, céréales, miel et confiture), mais leur donner des protéines.

Le repas de midi

Doit être un moment de calme, et apporter un "bol alimentaire" complet suivant les indications données ci-dessus. Ne pas oublier le principe de "restriction calorique".

Il faut prendre le temps d'apprécier le repas de midi. Voir recommandations ci-dessus : "Consommez tous les jours".

Le repas du soir

Au contraire, doit être léger (potage de légumes) car la digestion beaucoup plus lente la nuit favorise le stockage des graisses, augmente la production de radicaux libres et perturbe le repos.

Je conseille un potage de légumes (légumes frais, coupés fin mais pas "moulinés", de provenance BIO bien sûr, et très peu cuit). 

Evidemment : pas de dessert le soir.

Si vous n'êtes pas un "accro" de la table, ou si vous avez quelques kilos de trop, vous pouvez avantageusement remplacer le repas du soir par une préparation à base de soja, identique à celle du matin, que vous pourrez faire suivre (pour le plaisir et la convivialité) d'une tranche de pain au Kamut, ou multicéréales BIO, et d'un peu de fromage de brebis (ou de chèvre), et terminer par une tisane.

L'IMPORTANCE DE LA COMPLEMENTATION 

Pour être en forme, préserver sa santé, et pour retarder le vieillissement de l'organisme en général et du cerveau en particulier, il est absolument indispensable d'apporter à notre organisme, tous les jours, et à longueur de vie, la totalité des nutriments dont il a impérativement besoin pour fonctionner.

Cette quantité "optimale" de nutriments (protéines, vitamines, minéraux, etc...) peut être des dizaines de fois supérieure aux AQR (Apports Quotidiens Recommandés), qui sont des quantités MINIMUM fixées par l'administration pour ne pas être malade, et très en dessous des quantités optimum nécessaires pour être au mieux de sa forme.

De nos jours, cette "quantité optimale" ne peut pratiquement JAMAIS être apportées en quantité suffisante par notre alimentation trop industrialisée.

Il devient donc absolument nécessaire de prendre régulièrement des complément nutritionnels sous forme de poudre, de tablettes ou de gélules (mais ne pas prendre n'importe quoi d'une manière anarchique !).

N'acceptez JAMAIS la constipation. Il est très important que les personnes ayant tendance à la constipation prennent systématiquement, aux trois repas, une complémentation en fibres.

Une liste complète des aliments et des nutriments compatibles avec votre organisme, et leur importance pour votre santé et votre bien-être peut également être établie sur demande.

Quels que soient votre situation et votre état actuel, si vous appliquez ce programme à la lettre, tel qu'il est indiqué, avec sérieux et détermination, sans vous décourager si les résultats ne sont pas spectaculaires au bout de quelques jours, vous serez étonné des résultats que vous obtiendrez et de la vitalité qui sera la votre au bout de quelques semaines...

Les aliments acides et les aliments acidifiants

Il ne faut pas les confondre.

Certains aliments ont un bilan final acide dans l'organisme, même si leur digestion s'est faite en milieu basique.

D'autres, bien qu'acides au goût, ont un bilan final basique.

La viande fabrique de l'aide urique, elle est donc acidifiante.

Les citrons, oseilles, épinards sont acides au goût mais sont alcalinisants (rendent basique) en finalité.

Le riz, la semoule, le quinoa sont doux au goût mais acidifiants au final car ces aliments contiennent aussi des protéines (malgré leur digestion en milieu basique).

TEMPS DE DIGESTION DES DIFFERENTS ALIMENTS

Le temps approximatif que les aliments restent dans l'estomac avant de se vider.

L’eau : Lorsque l'estomac est vide, l’eau quitte l’estomac et va directement dans les intestins.

Les jus : Jus de fruits ou de légumes - 15 à 20 minutes.

  • Semi-liquide : (salade mixée – fruits ou légumes mixés) - 20 à 30 min.

Les fruits 

  • Pastèque -20 mn

  • Autres melons - 30 min. 

  • Oranges, pamplemousses, raisins - 30 min. 

  • Pommes, poires, pêches, cerises… - 40 min.

Légumes : Salade ou légumes crus - tomate, laitue, concombre, céleri, poivron rouge ou vert, et autres légumes succulents - 30 à 40 min.

Légumes cuits ou à la vapeur 

  • Les légumes à feuilles - scarole, épinards, chou frisé, etc. - 40 min. 

  • Courgettes, brocoli, chou-fleur, les haricots verts, courgettes jaunes, le maïs en épi - 45 min.

  • Légumes racines - carottes, betteraves, panais, navets etc. - 50 min.

Hydrates de carbone ou féculents semi concentrés : Topinambours, courges, maïs, pommes de terre, patates douces, ignames, châtaignes - 60 min.

Concentré d'hydrates de carbone - Grains : Riz brun, millet, sarrasin, maïs, avoine - 90 min.

Légumineuses et haricots - (concentré de protéines et de glucides) 

  • Lentilles, limas, pois chiches, pois, pois cajan, haricots rouges, etc. - 90 min. 

  • Soja -120 min.

Graines & Noix (amandes, noix, noisettes) 

  • Graines - tournesol, citrouille, sésame –Temps de digestion : 2h

  • Amandes, noisettes, arachides (brut), les noix de cajou, du Brésil, noix, noix de pécan, etc. – 2h 1/2 à 3 h

Produits laitiers

  • Le lait écrémé, le fromage faible en gras ou ricotta - approxima. 90 min. 

  • Fromage au lait entier - 120 min. 

  • Fromage au lait entier à pâte dure - 40 à 50 min.

Protéines animales

  • Jaune d'œuf - 30 min.

  • Œuf entier - 45 min. 

  • Poissons - cabillaud, carrelet, sole - 30 min.

  • Poisson - saumon, truite, hareng, (poissons plus gras) - 45 à 60 mn

  • Poulet - 1 ½ à 2h (sans la peau) 

  • Dinde - 2 ¼ à 2h (sans la peau) 

  • Le bœuf, l'agneau - de 3 à 4h

  • Porc - 4 ½ à 5 h

Note : Le temps de digestion indiqué ici, c’est dans les meilleures conditions possibles, en ne mangeant qu’un seul aliment à la fois, en mâchant bien, et pour une digestion efficace, comme c'est le cas par exemple après un jeûne. C’est le temps de digestion pour des personnes en bonne santé, avec de bonnes habitudes alimentaires.

Le temps de digestion est beaucoup plus long pour un régime conventionnel, et pour des personnes ayant un système digestif pas assez optimal ou des personnes qui manquent d‘énergie, et pour les repas avec beaucoup d'ingrédients réunis au hasard (pas dans un ordre optimal.)

MANGER EN PLUS PETITE QUANTITÉ - MOINS DE VARIÉTÉS

Plus la quantité d’un aliment en particulier est réduite, plus le temps de digestion pour ce même aliment est court.

Plus la quantité d'aliments consommés est grande, plus le temps de digestion sera prolongé.

..... Rappelez-vous que moins vous mélangez d’aliments ensemble et moins vous utilisez de variétés, plus ils sont faciles à digérer et moins vous serez tentés de trop manger. En revanche une plus grande variété d’aliments vous donne envie de trop manger.

L'IMPORTANCE DES SALADES MIXÉES

En raison de la liquéfaction par mixage de légumes :

1 - L'absorption et l'assimilation des vitamines, des minéraux est d’environ 5 fois plus, comparé à une salade non mixée.

2 - Une salade mixée se digère en 15 à 20 min et quitte l'estomac, comparativement à 30 à 60 minutes pour une salade non mixée ...

Le gain d'énergie dans le processus de la digestion est la clé pour toute guérison. (Le succès dans la guérison est mesuré en termes d’énergie disponible. Ceci était connu par les premiers maîtres de l'hygiène naturelle) ...

LE BUT ESSENTIEL EST D'ÉCONOMISER UN MAXIMUM D'ÉNERGIE

..... L'énergie est le facteur le plus important nécessaire à la récupération de la santé et il doit être conservé à tout prix et de ne pas le gaspiller pour une digestion inutile. Manger en respectant un ordre permettra de maximiser la conservation de l'énergie sans faille.

Essayez et sentez la différence - vous ne reviendrez jamais à votre ancienne habitude.

ATTENTION !!!!!

Si votre organisme est très chargé en toxines, cette manière de vous nourrir agira dans un premier temps de façon thérapeutique en créant des symptômes d'élimination.

Divers troubles d'auto-nettoyage peuvent alors apparaître :

  • perte de poids,

  • langue chargée, haleine fétide,

  • urine jaune foncé,

  • pouls plus rapide,

  • variations dans la qualité/quantité/régularité des selles,

  • sensation de froid aux extrémités, etc...

Ces signes doivent être analysés positivement.

L'organisme profite en fait de ce «répit alimentaire» pour mettre en marche la fonction d'élimination toxinique cellulaire. 

Quant aux personnes en bonne santé, bonne vitalité, faible toxémie, leurs capacités de fonctionnement quotidien vont s'accroître. Elles dormiront un peu moins et seront en pleine forme pour affronter toute l'animation de la vie quotidienne, familiale, professionnelle, culturelle.

  • 29 votes. Moyenne 4.9 sur 5.

Commentaires

  • Janin
    • 1. Janin Le 24/01/2019
    Très intéressant
    • vogot
      • vogotLe 01/03/2019
      Merci pour ce commentaire
  • VOGOT
    Merci azert pour ce commentaire.

    Rien de "bizarre" dans le fait de ne pas être ballonné en ayant mangé du riz avec des légumes. La digestion en est facilitée et vos enzymes digestives vous en remercient. Quant à vos cellules, elles s'en porteront que mieux.

    Viande et riz, association catastrophique ! Vous savez maintenant pourquoi...

    Ce n'est pas en mangeant de tout que vous vous sentirez mieux, mais en mangeant les aliments adaptés à votre corps. Mangez peu mais mieux. Manger de tout est une erreur (médicale).

    Je reste à dispositions, pour compléments d'informations.
  • azert
    • 3. azert Le 02/05/2018
    j'viens d'apprendre tellement de choses, merci beaucoup, je mange plusieurs aliments en même temps surtout viande+riz, d'ailleurs petite anecdote, vers la fin du mois quand je suis tomber à court de viande, j'étais forcé de manger riz + haricot vert sans viande et bizarrement j'me suis pas retrouver avec le ventre gonflé comme d'habitude

Ajouter un commentaire

 
Dates fermeture hivernale 2022 2023