CYBERBOUTIQUE VOGOT

Des prix barrés TOUTE L'ANNEE

De nombreuses promotions vous attendent

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT VOGOT

Hémorroïdes

S’il existe un terme sur lequel circulent de fausses informations depuis très longtemps, c’est bien le terme “hémorroïde“.

Au lieu d’essayer de comprendre et connaître ces troubles hémorroïdaires, de nombreuses légendes continuent de circuler. Ces rumeurs, toujours infondées, génèrent du stress et de l’anxiété chez les personnes souffrant de crise hémorroïdaire.

Je souhaite partager avec vous mes connaissances et les astuces, conseils et méthodes pour comprendre ce qu’est une crise hemorroidaire.

Mais je veux avant tout vous aider à vous en débarrasser. Il est possible de soulager ses souffrances de manière naturelle et durable.

Avant toute chose, il est important de rappeler que les hémorroïdes ne sont pas une maladie.

À vrai dire, tout le monde a des hémorroïdes. Ce sont des veines situées à l’intérieur mais également à l’extérieur de l’anus, chez la femme comme chez l’homme.

Les hémorroïdes ne sont pas une maladie 

Habituellement dilatées quand un individu fait ses besoins (selles), ces veines deviennent douloureuses quand leur dilatation devient prolongée, voire permanente. C’est ce que l’on appelle une crise hémorroïdaire. Bien que plus courantes chez l’homme, les crises hémorroïdaires touchent également les femmes et très rarement les enfants.

Il est également important de savoir qu’il existe deux types distincts d’hémorroïdes.

Deux types d'hémorroïdes

On distingue en effet l’hémorroïde externe des hemorroides internes. Ces dernières, les plus fréquentes, consistent en une inflammation des veines situées aux abords de l’anus. L’hémorroïde interne, quant à elle, consiste en une dilatation prolongée des veines situées à l’intérieur de l’anus, dans la partie basse du rectum.

Parmi les questions les plus fréquentes que me posent mes patient(e)s qui souffrent des hémorroïdes, celle de l’origine des crises revient évidemment très souvent. De nombreux chercheurs et scientifiques ont travaillé sur les causes et les éléments pouvant faciliter l’apparition d’une crise d’hémorroïdes.

Les résultats ne permettent pas de précisément pointer une cause plutôt qu’une autre. Généralement, il est admis que toutes les activités provoquant une pression soutenue au niveau des veines décrites plus haut peuvent expliquer l’apparition de crises hémorroïdaires. Certaines de ses activités peuvent cependant être facilement identifiées.

Par la suite, le développement et l’évolution d’une crise hémorroïdaire se traduit par l’intensité croissante des douleurs.

Évidemment, il est donc conseillé de prendre ses dispositions pour soulager les douleurs dès que celles-ci apparaissent, afin d’éviter que la crise ne devienne plus grave.

Car même si elles ne sont pas réellement dangereuses, les crises d’hémorroïdes peuvent présenter certaines complications si elles ne sont pas traitées correctement. La plus courante d’entre elles est la thrombose hémorroïdaire. Il s’agit d’un caillot de sang situé au niveau de l’hémorroïde. Dans de très rares cas, on peut rencontrer des plaies dont le périmètre peut augmenter en cas de non-traitement de la crise.

Le gros problème face aux crises d’hémorroïdes, c’est que les réponses données par la médecine allopatique sont soit inefficaces, soit complètement inadaptées.

Médecine allopatique et hémorroïdes

Comme on peut le savoir, les deux réponses de la médecine allopatique face aux hémorroïdes sont insatisfaisantes.

Les crèmes et les pommades anti-hémorroïdes sont bien souvent inefficaces, même si elles constituent en général la première démarche à effectuer.

A l’opposé, une intervention chirurgicale est une opération lourde et coûteuse, qui ne permet pas de garantir la disparition totale des crises.

Heureusement, en plus de ces deux options peu efficaces, il existe une troisième option, naturelle, peu coûteuse et qui présente un taux de réussite extrêmement élevé.

Il est simplement le fruit de méthodes naturelles, sans douleurs, qui ont fait leurs preuves. Ces méthodes gagnent aujourd’hui du terrain et deviennent une alternative de plus en plus conseillée par la naturopathie. 

Les hemoroides sont mal vus.

Qu’on le veuille ou non, de nombreuses légendes et fausses vérités circulent à propos des hémorroïdes. Pour la plupart, elles sont pourtant totalement infondées.

Dans un premier temps, essayons donc de définir ce que sont vraiment  les hémorroïdes pour comprendre leurs causes. En d’autres termes, comment apparaît une crise hémorroïdaire ?

Il serait très hasardeux de penser que les hémorroïdes et votre alimentation n’ont aucun lien.

Bien au contraire, comme on peut le deviner, l’alimentation est un facteur essentiel.

Hémorroïdes et alimentation: pourquoi vous devez être vigilants

Que ce soit pour les hémoroïdes ou pour tout autre souci pathologique, l’hygiène alimentaire est évidemment un point crucial.

RAPPEL !
La maladie c est 1
Concernant le cas précis d’une crise hémorroïdaire, le lien avec l’alimentation est évidemment l’acte de défécation.

La question est donc la suivante : quels aliments consommer pour permettre une défécation douce et sans douleurs ?

L’objectif est évidemment d’éviter toute constipation, propice à l’apparition d’une crise d’hémorroïdes.

Comme on l’a vu, le but absolu est d’éviter toute situation de constipation.

Hémorroïdes  et fibres

Au contraire, l'objectif est de fluidifier les selles et de faciliter le transit intestinal. Pour cela, on va s’appuyer sur la consommation d’aliments à haute teneur en fibres. Les fibres respectent parfaitement les 2 critères et seront donc votre allié de choix dans la lutte anti hémorroïdes.

Voici une liste détaillée des aliments à introduire dans votre alimentation quotidienne. Vous en consommez déjà certainement, à vous de passer à la vitesse supérieure pour prévenir au mieux de futures crises hémorroïdaires.

Hémorroïdes et fruits

  • Pommes
  • Fraises, framboises
  • Abricots
  • Groseilles, cassis, müres
  • Prunes, pruneaux
  • Dattes, figues
  • Noix, noix de coco, noisettes, amandes, cacahuètes, raisins secs

Hémorroïdes et légumes

  • Tomates
  • Haricots : rouges, blancs, lentilles, flageolets
  • Pois : petits pois, pois chiches
  • Choux, artichauts, fenouil, céleri, chicorée, épinards
  • Navets, salsifis, poireaux
  • Pommes de terre

Hémorroïdes et féculents

  • L’ensemble des céréales (notamment blé, avoine, lin, seigle, son)
  • Riz
  • Pâtes
  • Boulghour
  • Soja
  • Maïs

Désormais, vous savez vers quels aliments vous orienter lors de vos repas quotidiens. Pour autant, il serait dommage de ne pas profiter de ces efforts en continuant à adopter de mauvais réflexes de consommation.

Hémorroïdes aliments gras

Les aliments gras (on parle de mauvais gras  ou de graisses saturées) doivent être évités à tout prix. Ils provoquent en effet une obstruction des veines, ce qui est contraire à une prévention anti-hémorroïdaire.

En outre, ces aliments favorisent l’apparition d’accidents cardio-vasculaires.

En plus des méfaits de l’alcool sur le reste de votre santé, la consommation de boissons alcoolisées est très dommageable par rapport aux hémorroïdes.

En effet, la consommation d’alcool déshydrate votre corps. Or, vous avez justement besoin d’eau pour fluidifier vos selles et votre transit intestinal.

Par leurs propriétés excitantes, ces boissons favorisent une pression accrue au niveau des veines du corps humain.

À ce titre, dans le cadre d’une prévention anti-hémorroïdes, on évitera donc les boissons de ce type.

Bien qu’il ne soit pas ingéré, la consommation de tabac doit être pris en compte lorsqu’on parle de lutte contre les hémorroïdes.

Fumer provoque en effet un vieillissement accéléré, notamment des tissus et des veines. En fumant, vous fragilisez donc vos veines.

Or, on sait qu’une crise hemorroidaire est une inflammation des veines situées au niveau de l’anus et du rectum.

Hémorroïdes chez la femme enceinte

Contrairement à ce que l’on peut croire, les hémorroïdes chez la femme enceinte ne sont pas un cas exceptionnel.

Il convient donc de comprendre les risques d’une grossesse dans le cadre d’une prévention anti-hémorroïdaire.

Grossesse:  ce qui fragilise la femme enceinte face aux hémorroïdes

Malgré la joie d’attendre un heureux événement, la grossesse peut se révéler difficile dans certains cas. En plus des troubles classiques bien connus durant la grossesse (nausées, jambes lourdes, etc.), le risque de crise hémorroïdaire ne doit pas être sous-estimé.

Une étude menée en 1992 par les Docteurs Garrigues et Rouillon révèle que 48 % des femmes sont concernées par les hémorroïdes durant leur grossesse, avec des crises d’une intensité variable d’un sujet à l’autre.

En effet, le corps d’une future maman évolue beaucoup durant la grossesse. C’est notamment le cas à partir du 6ème mois de grossesse, où le volume grandissant de l’utérus provoque des pressions pouvant se faire ressentir dans les zones de l’anus et du rectum.

On constate que la circulation sanguine est également affectée durant les derniers mois de grossesse. Or, on sait qu’une crise hemorroidaire résulte d’une inflammation des veines au niveau de l’anus et du rectum. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les femmes enceintes soient sujettes à des crises d’hémorroïdes.

Il est important de noter que la santé du futur bébé n’est absolument pas affectée par ces troubles hémorroïdaires. D’une manière générale, il n’y a donc pas de raisons de s’inquiéter.

Hémorroïdes chez la femme enceinte - anticiper la crise

Dans un premier temps, comme pour toute personne touchée par des hémorroïdes douloureuses, il convient de surveiller son hygiène alimentaire. Pour cela, n’hésitez pas à consulter votre naturopathe afin de retrouver de bonnes pratiques alimentaires pour lutter contre les hémorroïdes.

La conclusion reste néanmoins la même : il est fortement conseillé aux femmes enceintes de consommer beaucoup d’aliments riches en fibres et de boire beaucoup d’eau. Ces deux éléments faciliteront le transit intestinal et limiteront le risque de constipation, à la source de nombreuses crises hémorroïdaires.

Bien que douloureuse et désagréable, la crise d’hémorroïdes durant une grossesse ne doit pas être vue comme une honte.

Hémorroïdes durant la grossesse - la femme enceinte ne doit pas avoir honte. Il est important de le rappeler, mais les hémorroïdes ne sont pas une maladie.

C’est un cas très fréquent chez la femme enceinte qu’il convient d’anticiper en adoptant les bons réflexes. N’hésitez donc pas en parler à votre naturopathe, qui pourra vous conseiller un traitement anti inflammatoires. La plupart du temps, ce traitement sera suffisant pour soulager les douleurs. Quelques semaines après la grossesse, ces crises hémorroïdaires ne seront plus qu’un mauvais souvenir.

Remèdes naturels contre les hémorroïdes

La première plante à utiliser est indiscutablement l'hamamélis. Les Amérindiens l'utilisaient avant Christophe Colomb. La Commission E en Allemagne (sur les plantes médicinales), l’ESCOP et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent toutes l'usage de l'hamamélis pour soigner les varices et les hémorroïdes. Les feuilles et l'écorce de l'hamamélis renferment de 8 % à 12 % de tanins auxquelles sont attribués les effets astringents, anti-inflammatoires et hémostatiques de la plante. « Astringent » veut dire que les pores de la peau se resserrent sous son effet. La peau se raffermit.

Pour renforcer les veines, le fragon faux houx (Ruscus aculeatus) est votre plante de choix. Surnommée la « plante des jambes légères », elle contient un glycoside stéroïdien, la ruscogénine, utilisé dans des pommades pour les hémorroïdes. En effet, sa racine, ou plus exactement son rhizome, a des vertus diurétique et vasoconstricteur, ce qui signifie qu'elle resserre les veines.

A noter que la ruscogénine est souvent utilisée en association avec la quercétine. C'est un flavonoïde aux effets anti-inflammatoires qui est souvent associé à la vitamine C, et c'est à elle que le ginkgo et le millepertuis doivent leurs vertus médicinales. Prendre 200 à 400 mg trois fois par jour.

Le marron d'Inde (Aesculus hippocastanum) renferme lui aussi des tanins catéchiques, des flavonoïdes, des dérivés puriques et des saponosides triterpéniques. Ceux-ci constituent l'aescine, connue pour des propriétés anti-hémorroïdaires. Il est très utilisé en homéopathie.

En cas d'urgence et si aucune herboristerie ne se trouve à votre portée, vous vous contenterez de glaçons. Cela n'est efficace évidemment que pour les hémorroïdes externes, et vous prendrez soin de ne pas appliquer le glaçon directement, mais enveloppé d'un linge pour éviter de vous brûler la peau avec le froid.

Si vous avez de la crème d'aloe vera, vous pouvez vous en servir pour l'appliquer sur la zone douloureuse.

Hémorroïdes et plantes médicinales

Cyprès, Noyer, Achilée millefeuille, vigne rouge, l'aîné, le plantain, l'ortie, Cascara Sagrada (si très enflammés et saignement), Ruscus, Salvia, marron d'Inde, Hamamélis, Hydrastis. Aussi le nettoyage: Bouleau, Prêle.

Hémorroïdes et suppléments nutritionnels

Marron d'inde, pépins de raisin, fragon: action anti-inflammatoire et veinotonique vasoconstricteurs. Il améliore la tonicité des veines et diminue la perméabilité excessive.  Complexe complet pour les varices et les hémorroïdes, qui comprend tous les aspects des deux troubles. Effet régénérateur et symptomatiques.

Anthocyanidines: complète l'action régénératrice du complexe ci-dessus. L'effet sera plus rapide de la quantité de plusieurs de ces flavonoïdes sont inclus à l'inclusion. Contribue à la réduction de la porosité excessive des veines. Prévient et soulage l'Oedème.

Formule Antioxydante: Prévient la dégénérescence des tissus épithéliaux des veines et aide à maintenir l'élasticité de la même chose. Il est recommandé d'inclure les antioxydants, les extraits de plantes et de nutriments les plus importants pour la santé des veines: les vitamines A, C, E, bêta-carotène et le sélénium.

La vitamine C régénère le tissu conjonctif des vaisseaux sanguins et favorise l'élasticité de celle-ci. L'utilisation des soutenue vitamine sortie C avec bioflavonoïdes.

Autres suppléments nutritionnels 

Les aliments riches en vitamine E (germe de blé, et en particulier l'huile de germe de blé), calcium.

Observations pour les hémorroïdes: Cataplasme de yaourt ou lait caillé.

Hémorroïdes et hydrothérapie

Deux ou trois  bains froids de 10 secondes 2 fois par semaine. S'il y a saignement, applications quotidiennes d'argile froide.

Compresses froides à l'infusion d'hamamélis.

Votre bain de siège ne doit en aucun cas contenir de savon. Vous pouvez en revanche l’agrémenter d’une infusion d’hamamélis, une plante connue pour ses vertus anti-inflammatoires et anticoagulantes.

Pour cela, prenez 1 à 2 grammes de feuilles séchées que vous placerez dans une casserole d’eau bouillante pour les y faire infuser durant une douzaine de minutes. Ensuite, vous pourrez ajouter cette solution dans votre bain de siège.

Hémorroïdes et homéopathie

Traitements généraux: Aloe vera, Belladonna, Chamomilla vulgaris, Hamamelis virginiana, Kali carb, Nux vomica, Podophyllum peltatum, Pulsatilla, Sulfur.

Thromboses hémorroïdaires: Aesculus hippocastanum, Aloe vera, Arsenicum album, Belladonna, Ignatia amara, Lachesis mutus, Nux vomica.

Si aggravation de la douleur à la selle, en s'essuyant: Aesculus hippocastanum, Acide chlorhydrique,  Sulfur.

Amélioration de la douleur par la chaleur extérieure: Arsenicum album, Acide chlorhydrique, Sepia officinalis.

Hémorroïdes après l'accouchement:  Aloe vera, Apis mellifica, Hamamelis virginiana, Ignatia amara, Kali carb, Acide chlorhydrique, Podophyllum peltatum, Pulsatilla, Sepia officinalis, Sulfur.

Hémorroïdes et sexualité

La sexualité est bien souvent un sujet dérangeant, voir tabou, chez les personnes victimes de crises d’hémorroïdes.

En effet, hémorroïdes et sexe ne font pas forcément bon ménage. Des difficultés peuvent être rencontrées au niveau physique mais également au niveau psychologique (on sait que les crises d’hemorroides ont de réels impacts psychologiques). Heureusement, il est possible de dédramatiser la situation en suivant ces quelques conseils.

Évidemment, le premier réflexe consiste à éviter scrupuleusement les pratiques sexuelles de type anal.

Pratiques sexuelles anales

Les pratiques sexuelles anales constituent l’une des causes d’apparition des crises hémorroïdaires

Les relations anales sont en effet très déconseillées si vous êtes victimes d’une crise hémorroïdaire. Une sollicitation trop importante et répétée de la zone anale aura pour conséquence de fragiliser les veines situées dans la région de l’anus et du rectum. 

Or, on sait qu’une crise hémorroïdaire intervient à cause d’une inflammation de ces veines. À ce titre, les pratiques sexuelles anales constituent donc l’une des causes d’apparition des crises hémorroïdaires.

Même en s’abstenant de toute pratique anale dans sa sexualité, il est parfois difficile d’obtenir des relations satisfaisantes. En effet, un grand nombre de positions sollicitent tout de même la région anale.

Il est donc conseillé de trouver des positions qui demandent le moins de contractions possibles de la zone. Le dialogue avec votre partenaire est donc très important.

Il est donc conseillé de trouver des positions qui demandent le moins de contractions possibles de la zone anale.

On évitera par exemple les frottements de la région anale avec des tissus (draps notamment) pendant l’acte.

Parmi quelques positions possibles, on peut donc penser à la levrette mais également la position où vous êtes accroupi(e) sur votre partenaire (pas de frottements de la zone), ou toute autre position qui vous paraitra confortable.Plus que jamais si vous souffrez de crises hémorroïdaires, 

Règles d'hygiène élémentaires

Après l’acte sexuel, pensez à vous doucher pour rincer et nettoyer consciencieusement la région anale. Utilisez des lingettes pour ne pas irriter la zone.

Les relations sexuelles chez les personnes victimes de crises d’hémorroïdes peuvent être un sujet épineux, parfois tabou. Ce sujet peut devenir une source d’anxiété, d’angoisse, de doutes et de remise en question. 

Vous devez donc favoriser un dialogue sincère avec votre partenaire. Le but est de discuter ensemble de la situation, sans avoir honte, pour négocier l’acte sexuel en douceur. Expliquez à votre partenaire vos douleurs, vos limites et les choses à faire et ne pas faire.

Si cette phase de dialogue est réussie, elle peut être un élément de cohésion dans le couple, au lieu d’être une épreuve difficile.

Un exemple concret 

Si vous recherchez des positions agréables malgré vos crises, parcourez le Kama Sutra en couple et faites de cette question un jeu intime.

Profitez de cette situation pour mettre en place plus de confiance et d’intensité dans vos relations. 

Vous ne le regretterez pas !

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

 

Cyberboutique VOGOT