Anastore.com

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    Les paradoxes de notre société…

    Notre société dite de consommation - qu'il faudrait plutôt appeler de "surconsommation" - n'est plus à un paradoxe près !...

    Pour ne prendre que l'exemple de notre médecine, il est tout de même paradoxal de d'utiliser autant de matière grise et de moyens matériels, de passer autant de temps et de dépenser autant d'argent pour faire des diagnostics et des traitements de plus en plus pointus de la plupart des maladies et, dans le même temps, d'en faire aussi peu pour lutter contre les facteurs qui en sont la cause !... On traite à grands frais les effets sans chercher à éliminer ce qui les provoque. Causes pourtant parfaitement connues mais que l'on feint d'ignorer pour des raisons économiques à court terme qui reposent sur la seule valeur actuellement régnante : le PROFIT. Oui, le profit à tout prix. De telles raisons n'ont guère leur place et ne sont guère défendables quant il s'agit de la santé. Tout sur la forme pour la guérison, rien - ou si peu - sur le fond pour la prévention.

    Nous n’avons rien contre le progrès technique. Bien sûr que non. A la seule condition qu’il apporte un véritable « plus » dans nos vies et qu’il ne serve pas essentiellement – comme c’est de plus en plus fréquemment le cas depuis quelques décennies – à pallier, et en partie seulement, les graves inconvénients qu’il engendre et dont nous souffrons au quotidien.

    La liste est longue des problèmes liés à la pollution qui conditionnent à court terme notre santé, à moyen terme notre vie et à long terme la survie de notre espèce…

    Problèmes physiques liés à la pollution :

    - de l’air,

    - de l’eau,

    - des aliments,

    mais également problèmes neuropsychiques liés aux excès de stress en rapport :

    - avec une vie trépidante pour toujours augmenter le rendement et la rentabilité,

    - avec le sentiment grandissant d’insécurité personnelle et professionnelle,

    - avec un milieu familial de plus en plus fragile et une insertion sociale de moins en moins solide,

    - avec une communication de plus en plus facile mais de moins en moins effective,

    - avec un environnement sonore de plus en plus présent à un niveau trop élevé,

    - etc., etc.

    C’est ainsi, par exemple, que parents et médecins vont tout faire pour soigner un enfant malade mais bien peu pour lui éviter de le devenir. Il n’est que voir l’air qu’il respire en milieu urbain, l’alimentation appauvrie et déséquilibrée qu’il absorbe habituellement, l’environnement éducatif quasi inexistant dans lequel il baigne le plus souvent. A quoi sert de soigner un enfant bronchitique pour le remettre immédiatement après sa guérison dans l’environnement même qui a provoqué sa maladie ? A quoi sert de traiter les graves conséquences de l’alimentation défectueuse qu’il absorbe pour lui voir reprendre celle-ci dès la fin du traitement ? A quoi sert d’aider médicalement et psychologiquement un enfant instable et difficile si rien ne vient prendre le relais hors du cabinet médical sur le plan familial et éducatif ?

    Si cette société de consommation était bonne pour les individus qui la composent, cela devrait progressivement améliorer leur vie et leur santé. Or, que constatons-nous au fil des années ? Que c’est exactement le contraire qui se produit. Il n’y a jamais eu autant de gens souffrant peu ou prou de quelque chose, de gens tristes, déprimés et mal dans leur peau, de gens isolés, malheureux et en carence affective. Les nombreux paradoxes que nous constatons aujourd’hui ne sont que le reflet de l’impasse dans laquelle ce type de société nous conduit. Voulez-vous quelques exemples de ces paradoxes ? Ils ne manquent pas !… En voici quelques-uns parmi des centaines que nous pourrions vous proposer :

    - Nous avons de plus en plus de nourriture en quantité mais de moins en moins bonne qualité.

    - Nous avons de plus en plus de confort physique grâce aux progrès techniques et de moins en moins de confort psychique à travers les inconvénients et les effets pervers qu’ils engendrent.

    - Nous avons des moyens de plus en plus perfectionnés pour aller plus vite et gagner du temps et, dans le même temps, de moins en moins de temps à soi.

    - Nous nous plaignons d’avoir de moins en moins de revenus mais refusons de voir que, le plus souvent, c’est simplement lié à de plus en plus de dépenses inutiles ou inconsidérées "téléguidées" par une publicité omniprésente qui conditionne dorénavant le choix d’une grande majorité de gens n’exerçant plus aucun esprit critique et ne faisant plus appel à leur jugement.

    - Nos enfants vont à l’école de plus en plus longtemps et ils en savent moins finalement que nos grands-parents.

    - Nous avons de plus en plus de médicaments et de moins en moins de gens en bonne santé.

    - Pour ajouter quelques petites années à notre vie nous diminuons la qualité de vie de toutes nos années.

    - Nous sommes de plus en plus informés mais de moins en moins concernés par ces informations.

    - L’ego de chacun s’accroît sans fin tandis que l’échange et le partage avec l’autre diminuent comme peau de chagrin.

    - Nous avons de plus en plus d’aventures sexuelles et de moins en moins d’histoires d’amour, avec corrélativement de moins en moins de mariages et de plus en plus de divorces.

    - Nous sommes capables de briser les atomes et sommes incapables de briser un préjugé ou une idée reçue.

    - Notre connaissance devient de plus en plus large et notre esprit de plus en plus étroit.

    Cette façon de vivre, façonnée et conditionnée par ce type de société où le « paraître » prime trop sur l’« être », n’est donc certainement pas la meilleure et il devient urgent de tenter d’en mettre en place une nouvelle reposant sur les noyaux biologiques fondamentaux qui président à notre bon équilibre physique et psychique qui est le seul capable de nous apporter la qualité de vie à laquelle nous aspirons tous et, par là même, une excellente ou bien meilleure santé.

    Nous avons une parfaite conscience que cette "nouvelle société" n’est pas pour demain, mais rien ne vous empêche, en attendant, d’en trouver une mieux adaptée à vos mesures et de la vivre plus agréablement sur un plan individuel.

    Il suffit pour cela que vous appliquiez le bon « mode d’emploi » dont je vous donne quelques rudiments essentiels sur http://vogot.e-monsite.com

    Christophe CARABIN sur Google+

    3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

    Ajouter un commentaire

    Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.