Anastore.com

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    sommeil

    Mangez des féculents le soir

    Pour perdre du poids rapidement, beaucoup de personnes se lancent dans des régimes drastiques et restrictifs, l'horreur !! 

    Faussement diabolisés, les féculents sont souvent supprimés alors qu’ils sont essentiels dans le cadre d’un rééquilibrage alimentaire. Je vais vous expliquer pourquoi il est conseillé d’en consommer, plutôt au dîner.

    Les féculents, qu'est-ce que c'est ?

    Les féculents sont des aliments d'origine végétale qui contiennent une grande proportion de glucides complexes ou sucres lents, tel l'amidon. On désigne par féculents les parties des plantes non transformées, comme les graines, les racines, les fruits et tubercules. On ne parle pas des produits dérivés, transformés industriellement, comme la farine ou les pâtes alimentaires. Les féculents constituent une excellente source d'énergie pour l'organisme et particulièrement les muscles. 

    Un régime trop restrictif, et vous savez maintenant que je n'aime pas ce mot (je préfère "Rééquilibrage alimentaire") diminuera votre masse musculaire et par là-même vos dépenses énergétiques journalières. Une alimentation équilibrée doit être la plus variée possible. Il est donc inutile de supprimer les féculents de votre alimentation, à condition toutefois de rester raisonnable dans les proportions.

    Sucres lents et sucres rapides

    Si certains féculents sont rapidement digérés par l'organisme, engendrant une importante élévation du taux de sucre dans le sang, d'autres sont digérés progressivement et leur impact sur le taux de glycémie est moindre. Pour cette raison, il est fondamental de distinguer sucres rapides et sucres lents. 

    Les sucres rapides à limiter comprennent le pain blanc ou de mie, les pâtes blanches, le riz rond ou précuit, et les biscottes. Les sucres lents à favoriser sont les pains complets ou aux céréales, les pâtes et les riz complets ou semi-complets, les céréales complètes, ainsi que les légumes secs. Si vous faites du sport, il est conseillé de consommer des sucres lents les jours précédant l'effort et des sucres rapides pendant l'effort.

    Les féculents au dîner

    Quand vous suivez un rééquilibrage alimentaire, il est important de fournir en permanence des sucres lents à votre organisme. Quelle que soit l'activité que vous exercez, votre corps a besoin de ce type de nutriments pour effectuer la synthèse de ses métabolismes principaux. Les féculents entretiennent vos muscles tout en déstockant les mauvaises graisses. Contrairement aux idées reçues, je conseille de consommer des sucres lents le soir dans le cadre d'une alimentation équilibrée. Les féculents ne nuisent pas non plus au sommeil, à condition d'en manger quelques heures avant le coucher. Votre estomac a en effet besoin d'1 à 3 heures pour les digérer, le temps pour les neurotransmetteurs responsables du sommeil d'agir.

    Vous pouvez consommer du riz complet au déjeuner et manger des légumes secs comme des lentilles le soir. Comme la cuisson augmente l'indice glycémique des féculents, il est conseillé de privilégier le riz et les pâtes al dente, c'est-à-dire fermes et croquants, afin de réduire l'apport de sucre.

    Les féculents se consomment TOUJOURS avec des légumes, JAMAIS avec des protéines !

    Le manque de sommeil : les dangers auxquels on s’expose

    Une bonne nuit de sommeil est très importante, car elle permet à votre corps de se recharger en énergie après une journée de stress.

    Outre cela, dormir est indispensable à la croissance, car c’est à ce moment-là que l’hormone de croissance est activée.

    Le sommeil permet à nos fonctions et organes vitaux de se régénérer !

    Hélas, la plupart néglige le rôle prépondérant que joue le sommeil, et préfèrent rester éveillés à chatter ou devant la télé.

    Malheureusement, le manque de sommeil engendre de nombreuses séquelles, il est donc impérieux d’écouter son corps et le reposer quand celui-ci le réclame.

    Lorsque nous ne dormons pas assez, nous empêchons notre corps de se reposer, et entravons la régénération de nos organes vitaux. 

    Assurément, le manque de sommeil pourrait avoir des conséquences très graves, et plusieurs recherches scientifiques en sont une preuve. Voici une liste de maladies que le manque de sommeil peut provoquer !

    Résultat de recherche d'images pour "Le manque de sommeil"

    DES PROBLÈMES DE MÉMOIRE

    Le sommeil influence l’activité du lobe temporal où se situe l’hippocampe, lieu de la mémoire. Le sommeil contribut à la consolidation de nouveaux apprentissages. Pendant que vous dormez, les informations enregistrées durant la journée sont rejouées, ce qui permet leurs ancrages dans le temps. Dans des conditions de privation de sommeil, vos capacités se voient donc altérées à ce niveau et les conséquences en sont parfois graves.Nous le savons, dormir est essentiel à notre organisme. Mais dormir suffisamment l’est aussi, et ce sommeil que l’on néglige pour différentes raisons n’est pas sans effets. Pourtant, combien de nous ne s’accordent même pas un minimum de 7 heures de repos par nuit ?

    PLUS ÉMOTIF

    Le centre des émotions du cerveau surréagit aux expériences négatives lorsqu’on manque de sommeil. La désactivation du lobe préfrontal, une région qui intervient habituellement dans le contrôle des émotions, explique cette réponse accrue. Le sommeil restaure les circuits des émotions et prépare ainsi aux défis du lendemain et aux interactions sociales. Le manque de sommeil fracture les mécanismes cérébraux qui régulent des aspects clés de la santé mentale. En extrapolant, le pas à faire pour sombrer dans la dépression est parfois bien court. Il ne faut pas le négliger.

    PLUS À RISQUE D’ATTRAPER DIVERS VIRUS

    Le temps et la qualité du sommeil sont très importants. Durant cette période, le cerveau sécrète des hormones qui aident le système immunitaire à lutter contre les infections bactériennes et virales. Une seule nuit blanche suffit à troubler notre système immunitaire. Imaginez alors les effets de nuits écourtées cumulatives. Après une nuit de sommeil perdue, l'organisme réagit en mobilisant ses cellules immunitaires, comme il le ferait s'il était soumis à un stress physique. On devient alors plus vulnérable à diverses infections, comme le rhume ou la grippe par exemple.

    L’APPARENCE ET L’HUMEUR SE DÉTÉRIORENT

    Le fait de ne pas dormir suffisamment entraîne aussi des conséquences sur notre apparence physique et notre humeur. D’une part, on a l’air épuisé, des cernes apparaissent sous nos yeux, même la couleur de notre peau change, adoptant tout à coup une teinte verdâtre ou grisâtre peu attirante. Du côté de l’humeur ce n’est guère mieux… On devient irritable et impatient. Rien de bien agréable pour notre entourage, ou lorsqu’on souhaite faire de nouvelles rencontres. Prenez-en bien note !

    PLUS À RISQUE DE SOUFFRIR DE SURPOIDS

    Le manque de sommeil ouvre l’appétit et nous incite à manger plus de nourriture calorique. Cela s’explique par le fonctionnement du cerveau. Privées de sommeil, des perturbations au niveau de la satiété sont visibles dans le cortex cérébral, de même qu’une forte stimulation des zones associées aux envies irrésistibles. Vous avez alors tendance à vous rabattre sur de la nourriture calorique et rapide à préparer, d’où le risque réel de finir par souffrir de surpoids, voir d’obésité, si on ne rétablit pas la situation.

    PLUS À RISQUE D’AVOIR UN ACCIDENT

    Lorsque vous êtes privé(e)s d’une quantité suffisante de sommeil, votre vigilance et votre attention diminuent. Votre temps de réaction s’allonge, augmentant les risques d’accident. De plus, ce manque de sommeil perturbe aussi votre motricité. Vos réflexes s’affaiblissent, affectant la rapidité et la précision de vos gestes. Vous vous exposez alors à toutes sortes de mésaventures, comme une vilaine chute, un accident de voiture ou un accident de travail.

    MOINS DE SPERMATOZOÏDES

    Une autre conséquence peu agréable du manque de sommeil est la diminution de la qualité du sperme. Les hommes qui disent avoir des problèmes de sommeil ont un sperme dont la concentration en spermatozoïdes est 29% moins importante. Ces hommes ont aussi plus de chances d’avoir des spermatozoïdes dits « morphologiquement anormaux », en comparaison avec des hommes dont le sommeil n’est pas troublé. Les femmes ne sont pas à l’abri non plus, car le fait de ne pas dormir suffisamment a un impact sur la régulation de l’ovulation.

    PLUS À RISQUE DE MALADIES CARDIOVASCULAIRES

    Le manque de sommeil a plus d’incidence sur les maladies cardiovasculaires que tous les autres phénomènes réunis. En effet, dormir moins de 6h par nuit augmente de 48% le risque de subir ou de succomber à une maladie cardiaque et de 15% pour un AVC. Le fait de dormir sept heures par nuit en moyenne est le moyen le plus sûr pour lutter sur le long terme contre les maladies cardiovasculaires.

    PLUS À RISQUE DE SOUFFRIR DE DIABÈTE

    La carence de sommeil favorise l’apparition du diabète ou l’aggravation des symptômes chez les personnes déjà atteintes. Le phénomène qui se produit alors consiste à une dérégulation du métabolisme glucidique (baisse de 50% de l’action de l’insuline et baisse de 30% de la quantité d’insuline produite). Le sommeil est donc impératif pour réguler ce type de fonctions métaboliques.

    PERTE DE MASSE CÉRÉBRALE

    La privation de sommeil entraîne aussi la perte de masse cérébrale. Après avoir passé une mauvaise nuit, des signes de perte de masse cérébrale sont détectés grâce à la mesure dans les niveaux sanguins de deux molécules qui augmentent habituellement après une lésion cérébrale. Ce phénomène se produit normalement lorsqu’on gagne en âge. Mais lorsque vous négligez votre sommeil, vous propulsez alors vos facultés intellectuelles vers un vieillissement prématuré.

    PLUS À RISQUE DE CONTRACTER CERTAINS CANCERS

    Le manque de sommeil intervient directement comme cause du cancer colorectal. Ne pas négliger le rôle du manque de sommeil dans le cancer du sein, qui peut parfois même être très virulent. Une autre excellente raison de se montrer raisonnable et de s’accorder des nuits de sommeil de qualité !

    HYPERTENSION

    Toutes les nuits, votre pression sanguine retombe. Lorsque vous manquez de sommeil, vous empêchez ce phénomène naturel et vous favorisez du même coup les risques d’hypertension. Et cette hypertension peut alors endommager différents organes comme le cœur, le cerveau, les reins, les vaisseaux sanguins et les yeux, qui y sont particulièrement vulnérables.

    ANXIÉTÉ ET STRESS

    La privation de sommeil amplifit de façon significative l’activité d’anticipation dans l’amygdale, une partie du cerveau associé à la réponse aux expériences négatives et désagréables. L’anticipation en soi est un mécanisme cérébral fondamental qui sert à nous préparer à des situations de danger, mais lorsqu’elle est exacerbée par le manque de sommeil, elle se transforme en hyperréactivité, en stress, voire en anxiété sévère pouvant entraîner toutes sortes de problèmes de santé.

    MOINS PRODUCTIF

    Le manque de sommeil coûte financièrement aux entreprises en affectant directement la productivité des travailleurs. Certaines entreprises commencent à investir même dans la création de lieux "cocooning" afin d'y faire des siestes ou des massages bien-être et s'y reposer afin de réguler le taux de mélatonine, l’hormone responsable du sommeil dans l’organisme ! Mais ce n’est pas tout. En situation de carence de sommeil, vous ne serez pas seulement moins productifs, mais aussi moins créatifs. Cela s’explique par le fait que le manque de sommeil affecte le cortex préfrontal du cerveau, soit la région contrôlant l’innovation et la créativité.

    TAUX DE MORTALITÉ PLUS ÉLEVÉ

    Après avoir pris conscience de ces risques, il est presque inutile de le préciser, mais le manque de sommeil fait augmenter dangereusement le taux de mortalité. Je souligne que vous dormez de moins en moins, et trop peu par rapport à vos besoins. Depuis les 50 dernières années, vous avez perdu près d’une heure trente de sommeil par nuit. N’oubliez pas que le sommeil est plaisant et bénéfique, il ne faut surtout pas en priver votre organisme, c’est une question de survie !

     

     

    L'éloge de la sieste: Au lit thérapie

    Les Français sont en manque de sommeil chronique, ils subissent les effets toxiques du stress de plein fouet et le manque de sommeil a de graves conséquences sur le métabolisme comme le diabète ou l'obésité. Redonnons à la sieste ses lettres de noblesses et reconnaissons-lui ses vertus.

    La sieste c'est bon pour la santé !

    Les nuits agitées sont le lot de plus en plus de Français, la sieste permet en partie de compenser les heures de sommeil perdues. Elle a des effets de régénération de l'activité cérébrale et dissipe la fatigue donc donne de l'énergie et surtout apaise le mental malmené par nos vies trépidantes.

    Une étude américaine a montré que les risques de mourir d'une maladie cardiaque diminuaient de 37% chez les personnes qui « siestaient » quotidiennement.La fatigue des salariés fait partie de la grande famille des « risques psychosociaux » qui ont un coût social estimé entre 2 à 3 milliards d'euros en France, alors, un petit dodo ça ne coûte rien...

    En revanche, la règle à respecter est de ne pas dépasser plus de 30 minutes de sommeil et de préférence à heure régulière (entre 14 et 16 heures). Trop ce serait abuser ! 

    Non, la sieste ce n'est pas pour les fainéants !

    N'en déplaise à l'un de nos anciens présidents qui déclarait « je n'ai pas été élu pour faire la sieste ! », suffisamment d'études ont démontré que la sieste, apporte du bien être mais surtout augmentait la performance et la productivité au travail. Exit l'image pagnolesque du fainéant béat dans son hamac sous un olivier. Il est grand temps de lutter contre ce cliché ridicule.

    En France, la sieste est toujours aussi mal vue. Une entreprise lyonnaise de création de sites Web, a été la première à officialiser la présence de salle de repos. Le phénomène reste rare et ce sont des petites structures qui installent des salle de calme et de relaxation. 

    Au delà d'améliorer considérablement les performances des salariés, la sieste prévient des accidents du travail liés au manque de vigilance dans le monde industriel.

    Calme et volupté...

    A tous les surmenés du bocal, prenez le temps de vous installer au calme sur un bon fauteuil, un plaid pour les frileux et éteignez votre téléphone ! Voilà, les conditions sont réunies pour une bonne sieste réparatrice. Tous les professionnels du bien-être vous le diront : laissez vous aller doucement. Faire la sieste c'est lâcher prise. Bonne nouvelle pour les coquettes, la sieste permet de lutter contre les effets du temps. Grain de peau affiné, teint éclairci, fini la mine de papier mâché froissée ! La sieste vaut bien tout les produits cosmétiques du monde.

    Mode d'empoi

    Dans un lieu calme, bien installé, vous fermez les yeux, respirez lentement. Détendez les muscles de votre dos, laissez venir des images agréables. Laissez vous glisser doucement dans le sommeil si vous n'êtes pas déjà endormi.

    Je ne manquerai pas d'évoquer la sieste également propice aux câlins, bon ici, pas de sommeil mais un bien agréable moment tout aussi revigorant.

    A quoi peuvent servir nos rêves ?

    Qu’ils soient prolifiques et délirants, ou bien rares et sages, nos rêves n’ont rien d’anecdotiques ! Ils nous aident à mieux vivre, à mieux nous connaître, et parfois même nous évitent de tomber malades… 

    Tout le monde rêve

     

    Nos vrais rêves sont apparus vers l’âge de 2 ans. Depuis, notre activité onirique n’a pas cessé. Et pour cause, elle est indispensable à notre équilibre psychique : on peut rendre quelqu’un fou en l’empêchant de rêver ! Tout le monde rêve, mais on peut avoir tendance à n’en garder aucun souvenir. Parce qu’on ne s’y intéresse pas vraiment. Ou parce qu’on les refoule lorsqu’ils se font la voix de notre inconscient, et nous adressent un message que nous n’avons pas envie d’entendre. « La clé des songes est sous le paillasson » disait joliment Jacques Prévert. Et si nous décidions d’aller la chercher ?

    Ils nous libèrent

    Durant la journée, nous sommes prisonniers de toutes sortes d’obligations, sommés de jouer un rôle. Les rêves sont la libération de chaque nuit ! Il n’y a plus de logique, de morale, de chaînes, tout devient possible, même les scénarios les plus incroyables. Ils nous permettent d’exprimer ce que nous sommes au-delà de ce que notre conscience veut que nous soyons. Une part plus créative et imaginative de nous-mêmes, souvent aussi plus érotique se déploie alors. 

    Grâce à cette libération brutale, massive et virulente de nos désirs inconscients les plus fous, nous réussissons à beaucoup mieux supporter les contraintes du quotidien ainsi que les exigences et interdits moraux posés par le surmoi dans la vraie vie. Nos rêves sont une indispensable soupape de décompression sans laquelle la cocotte menacerait d’exploser !

    Ils nous protègent de nous-mêmes

     

    Parmi les désirs inconscients qui s’expriment dans nos rêves, certains ne sont pas jolis jolis… Meurtres, incestes, cruelles vengeances, nous sommes capables du pire ! Les rêves nous permettent d’évacuer ces sentiments encombrants. Mais heureusement pour nous, notre inconscient est très habile pour avancer masqué : il se débrouille pour imaginer des scénarios qui travestissent nos appétits inavouables de manière à les rendre plus acceptables à nos yeux. Ainsi, notre envie de tuer notre sœur ne se donnera pas à lire de façon limpide et directe : elle sera par exemple déplacée sur une autre personne. C’est toute l’efficacité de la censure qui opère à l’encontre de tous nos rêves. 

    Ses ressorts sont très inventifs ! Pour brouiller les pistes, elle peut en effet procéder par déplacement. Mais aussi par condensation (plusieurs événements sont regroupés) ou encore par inversion (vous devenez la victime de la personne à qui vous cherchez des noises). C’est un formidable jeu de déguisement et de trompe-l’œil destiné à atténuer à violence de nos sentiments et à nous en dédouaner.

    Ils nous alertent

     

    Deux types de rêves méritent qu’on leur accorde une attention plus poussée. Ceux qui se répètent inlassablement et ceux qui nous laissent une impression tenace toute la journée. C’est le signe que notre inconscient frappe avec insistance à la porte de notre conscience pour lui délivrer un message important. Une souffrance, un blocage émotionnel, un événement passé non digéré qui infecte notre présent… Ou bien une aspiration puissante que l’on étouffe par peur de se lancer et de la réaliser.

    Oui, mais que faire de cette alerte ?

    L’entendre absolument sinon le message deviendra symptôme (fatigue, dépression, même maladie). Sans chercher à interpréter son rêve, ce qui est toujours très complexe, on peut au moins tenter des associations. La personne qui rêve à répétition d’un appartement vide et dévasté, avec des papiers peints déchirés, peut par exemple se demander ce qu’un appartement représente pour elle, ce qu’évoquent pour elle les papiers peints du rêve, etc. C’est en ouvrant le questionnement le plus largement possible, en tirant des ficelles, que la souffrance ou le blocage va finir par se déverrouiller, se défiger.

    Ils nous révèlent à nous-mêmes

    Très souvent, nos rêves sont en avance d’un temps sur notre vie ! Ils adviennent comme des annonciations. Ils disent quelque chose que notre conscience ne peut encore se formuler très clairement, ils révèlent ce qui commence tout juste à se faire présent en nous mais nous échappe encore.

    L’inconscient dont se nourrissent les rêves est capable de faire des liens entre des événements qui nous arrivent, de leur donner du sens alors même que la conscience n’y parvient pas. Ainsi, il va comprendre que telle rencontre sera importante pour nous dans un proche avenir. Il va interpréter certains malaises physiques (gargouillements de ventre, migraines, etc.) auxquels nous n’attachons aucune importance comme le signe que nous ne sommes pas au bon endroit, pas en cohérence avec nous-mêmes et qu’il conviendrait peut-être de changer de voie. Et il va s’arranger ensuite pour nous le faire comprendre par l’entremise des rêves.

    Ils nous relient au monde

    Nos rêves ne sont pas reliés à notre seule intimité mais aussi à une dimension beaucoup plus large et universelle. Comme si pour les fabriquer, l’inconscient puisait dans une réserve d’images datant de plus de deux millions d’années !

    En cela, ils rejoignent les contes et les mythes qui nous transmettent une sorte de patrimoine commun de l’humanité, fondé sur ces archétypes que nous partageons tous, quelle que soit l’époque ou le pays où nous vivons : la peur d’être abandonné ou de mourir, le besoin d’amour et de liens, les questions autour des origines, etc. Quand nos rêves nous parlent de ces grands standards propres à l’humain, ils nous rassurent en nous montrant que nous ne sommes pas les seuls à nous débattre avec ces questionnements existentiels.

    Ces rêves-là nous connectent à un passé lointain et à un avenir qui ira bien plus loin que notre propre existence, nous mettent en lien avec autrui bien au-delà de notre famille et de nos amis. Sans même que nous nous en rendions compte, ils nous donnent de l’ampleur et nous grandissent.

    Comment apprendre à s’en souvenir ?

    Très peu de personnes se souviennent de leurs rêves… et beaucoup en nourrissent une forte frustration : sentiment de passer à côté d’un élément clé pour se comprendre ou encore de manquer de créativité et de richesse intérieure. Or on peut combattre cette amnésie en s’entraînant !

    Le matin, plutôt que de se lever à l’instant même où le réveil sonne et de laisser les dernières bribes de rêves être submergées par l’activité mentale d’une journée qui commence sur les chapeaux de roue, prenons le temps de nous remémorer ce qui reste de l’activité onirique de la nuit. Au début, ce ne sera pas grand-chose. Puis au fil des jours, pris sous les feux de notre attention et de notre concentration, les rêves s’échapperont de moins en moins.

    On peut aussi profiter des micro-réveils de la nuit pour noter un rêve dont on se souvient à cet instant précis : trois mots griffonnés dans le noir (pour ne pas risquer de compromettre l’endormissement) suffiront le lendemain matin à le récupérer. Alors ne vous endormez plus sans un petit carnet et un stylo sur votre table de chevet !

     

    Anastore.com

     

    ×