CYBERBOUTIQUE VOGOT

Des prix barrés TOUTE L'ANNEE

De nombreuses promotions vous attendent

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT VOGOT

Cheveux longs, idées longues: La vérité sur les cheveux.

  • Par vogot
  • Le 06/01/2020
  • Commentaires (0)

Oh, Yeah !
Ma mère m'a dit: « Antoine, fais-toi couper les cheveux »
Je lui ai dit: « ma mère, dans vingt ans si tu veux
Je ne les garde pas pour me faire remarquer
Ni parce que je trouve ça beau
Mais parce que ça me plaît »... Oh, Yeah !

Si vous êtes nés dans les années 1950, vous avez sûrement entendu les élucubrations du chanteur Antoine, qui, en 1962 défendait le principe des cheveux longs, un visionnaire, peut-être inconscient, de ce qui allait arriver plus tard.

La mode était, à cette époque, une coupe de cheveux à l'opposé des idées selon lesquelles il fallait avoir les cheveux courts pour bien montrer que la tête recelait un trésor de matière grise bien constituée. En fait, avoir une coupe de cheveux bien rangés devait être équivalent à un savoir et une éducation ordonnée, oh yeah!

En Mai-Juin 1968, la manifestation estudiantine passait par une révolution capillaire, le pacifisme et les beatniks. Ce dernier mot apparaît pour la première fois le 2 avril 1958 sous la plume de Herb Caen dans le journal San Francisco Chronicle.

Cheveux, extension d'un système

Lorsque vous pensez aux cheveux, vous les associez instantanément aux salons de coiffure, salons de beauté, aux produits capillaires, au stylisme et à l’image corporelle.

Peu d’entre vous se sont en fait demandés à quoi pouvaient bien servir les cheveux et pourquoi des cultures aussi anciennes que les Indiens d’Amérique gardaient leurs cheveux longs, même chez les hommes…

Les cheveux humains peuvent être décrits comme une extension du système nerveux. Les cheveux sont un système de nerfs extériorisés, un type de « palpeurs » ou « d’antennes » extrêmement développés, capables de transmettre d’énormes quantités d’informations au tronc cérébral, au système limbique et au néocortex.

Curieusement, beaucoup de ces cultures anciennes ont convenu que les cheveux étaient un prolongement de l’âme, et la preuve en est que d’innombrables traditions notamment chez les Amérindiens ont gardé jusqu’à ce jour cette tradition sacrée.

Pensées erronées et mises à jour

Généralement, nous pensons que les cheveux sont simplement une question de préférence personnelle, mais c’est beaucoup plus que cela. Tous les poils sur votre corps sont là pour une raison. Les poils sur les jambes régulent le système glandulaire et stabilisent le champ électromagnétique d’une personne. Les poils sous les aisselles protègent la zone très sensible des systèmes nerveux parasympathique et sympathique qui affectent le cerveau et le niveau d’énergie.

Les sourcils protègent les yeux du soleil et de la sueur. La barbe des hommes couvre le centre de la lune grâce au menton et les protège de la haute énergie de la lune. Les cheveux au-dessus de la tête sont très longs, tandis que les poils sur le corps sont courts.

S’ils ne servaient que pour la chaleur, les cheveux sur le corps seraient longs aussi. Les cheveux longs sont seulement situés au-dessus du cerveau. Nous sommes pratiquement les seules créatures conçues de cette façon. En effet, les cheveux sont une antenne pour recevoir des images du monde subtil qui nous entoure.

L’un des nombreux exemples est celui des Navajos, qui ne coupent les cheveux de leurs enfants uniquement au premier anniversaire et évitent de les couper après.

Dans beaucoup de ces cultures anciennes, les cheveux symbolisaient non seulement une extension de l’âme, mais aussi la force physique et la virilité. Pour de nombreuses anciennes cultures amérindiennes, les cheveux tressés signifiaient l’union avec l’infini.

La vérité sur les cheveux et sur la raison pour laquelle les Amérindiens avaient les cheveux longs

Les informations qui suivent au sujet des cheveux ont été cachées au public depuis la guerre du Vietnam.

Notre culture incite les gens à croire que la coiffure est affaire de goût personnel, que la coiffure est une question de mode ou de commodité, et que la façon dont les gens sont coiffés est simplement une question d’esthétique.

Cependant, si l’on en revient à la guerre du Vietnam, une image complètement différente surgit, et celle-ci a été soigneusement étouffée et cachée à la vue du public.

Au début des années 90, Norma (son nom a été changé pour protéger sa vie privée) était mariée à un psychologue professionnel qui travaillait dans un hôpital pour anciens combattants. Il travaillait avec des vétérans qui souffraient de troubles post-traumatiques. La plupart d’entre eux avaient servi au Vietnam.

Déclarations de Norma

Je me souviens très bien d’un soir où mon mari est rentré dans notre appartement de fonction avec un gros dossier d’allure officielle dans les mains. Celui-ci contenait des centaines de pages sur certaines études commanditées par le gouvernement. Son contenu l’avait bouleversé.

Ce qu’il lut dans ces documents changea complètement sa vie. À partir de ce moment-là, mon mari, homme conservateur et conformiste, laissa pousser ses cheveux et sa barbe et ne les coupa plus jamais. De plus, l’hôpital pour anciens combattants le laissa faire, et d’autres hommes très conservateurs du personnel de l’hôpital suivirent son exemple.

A la lecture des documents, la compréhension

Au cours de la guerre du Vietnam, des forces spéciales du ministère de la Défense avaient envoyé secrètement des experts, pour passer au peigne fin, les réserves amérindiennes à la recherche d’éclaireurs de talent, de jeunes hommes solides entraînés pour se déplacer furtivement sur tout terrain difficile. Ils cherchaient spécialement des hommes doués de facultés exceptionnelles, presque surnaturelles, pour traquer l’ennemi.

Avant d’approcher ces hommes triés sur le volet, les enquêteurs avaient recueilli sur ceux-ci d’abondantes informations les qualifiant d’experts dans le domaine de la traque et de la survie.

Appâtés avec les moyens de séduction habituels – les phrases onctueuses utilisées pour enrôler de nouvelles recrues – certains de ces Amérindiens spécialistes de la traque furent alors embrigadés.

La suite devient assez étonnante

Quels qu’eussent été leurs talents et leur habileté lorsqu’ils étaient dans la réserve, ceux-ci semblèrent disparaître mystérieusement : recrue après recrue, une fois sur le terrain, tous échouaient à réaliser ce que l’on attendait d’eux.

De lourdes pertes et de sérieux échecs dans l’exécution des tâches demandées amenèrent le gouvernement à s’engager dans une série de tests coûteux de ces recrues.

Voici ce que l’on trouva

Quand on les questionnait sur leur échec pour faire ce que l’on attendait d’eux, les recrues les plus âgées répondirent régulièrement ceci : après avoir eu la coupe de cheveux militaire réglementaire, ils n’étaient plus capables de ressentir l’ennemi, ils ne pouvaient plus accéder à un sixième sens, leur intuition n’était plus fiable, ils étaient devenus incapables de « lire » aussi distinctement des signes subtils ou d’accéder à une information extrasensorielle subtile.

Donc, l’institut de tests recruta d’autres Amérindiens spécialistes de la traque, les laissa garder leur longue chevelure, et les testa dans de multiples domaines. Puis, les testeurs firent des groupes de deux hommes qui avaient les mêmes scores à tous les tests. Dans chaque paire, ils laissèrent un homme garder les cheveux longs, et ils firent donner au deuxième une coupe de cheveux militaire. Puis, les deux hommes repassèrent les tests.

À chaque fois, l’homme qui avait gardé ses cheveux longs continuait à avoir des scores élevés. À chaque fois, l’homme qui avait les cheveux courts échouait aux tests dans lesquels il avait précédemment réalisé des scores élevés.

Exemples de test

La recrue est en train de dormir dans les bois. Un « ennemi » armé s’approche de l’homme endormi. L’homme aux longs cheveux sort de son sommeil, réveillé par un sens puissant du danger, et s’éloigne longtemps avant que l’ennemi soit tout près, longtemps avant que l’on puisse entendre le moindre son émis par l’ennemi à son approche.

Autre version de ce test, l’homme aux longs cheveux ressent une approche et, d’une certaine façon, a l’intuition que l’ennemi va effectuer une attaque physique. Il suit son « sixième sens » et reste silencieux, faisant semblant de dormir, mais, au moment où l’attaquant se penche sur lui pour l’étrangler, il le saisit promptement et le « tue ».

Le même homme, après avoir passé ces tests et d’autres, eut alors une coupe de cheveux militaire, et échoua régulièrement à ces tests, et à de nombreux autres tests qu’il avait précédemment réussis.

Donc le document recommandait que tous les Amérindiens spécialistes de la traque soient exemptés de la coupe de cheveux militaire. En fait, il exigeait que les spécialistes de la traque gardent leurs cheveux longs.

Hypersensibilité et néocortex

Le corps des mammifères a évolué au cours de millions d’années. L’habileté des humains et des animaux pour survivre semble parfois presque surnaturelle. La science fait constamment des découvertes sur les possibilités étonnantes de l’être humain et de l’animal pour survivre.

Chaque partie du corps a un rôle de haute sensibilité à jouer pour la survie et le bien-être du corps tout entier. Chaque partie du corps a sa raison d’être.

Le cheveu est une extension du système nerveux, on peut le considérer comme un nerf extériorisé : ce sont des sortes de « senseurs » ou « d’antennes » hautement évoluées qui transmettent une grande quantité d’informations importantes au système cérébral, au système limbique, et au néocortex.

Non seulement les cheveux, y compris la barbe chez les hommes, donnent passage aux informations qui vont vers le cerveau, mais ils émettent aussi de l’énergie, l’énergie électromagnétique émise par le cerveau vers l’environnement extérieur.

C’est ce que l’on a vu dans des photographies Kirlian quand une personne est photographiée avec une longue chevelure, puis photographiée à nouveau après avoir eu ses cheveux coupés.

Quand les cheveux sont coupés, la réception et l’émission des transmissions vers et en provenance de l’environnement sont fortement entravées. Il en résulte un engourdissement de ces fonctions.

Le fait de couper les cheveux est un facteur qui contribue à rendre inconscient du danger environnemental dans les écosystèmes locaux. C’est aussi un facteur qui contribue à l’insensibilité dans les relations de toutes sortes. Cela contribue également à la frustration sexuelle.

Les cheveux - La vérité

Pour conclure

Dans la recherche de solutions à la détresse dans notre monde, il est peut-être temps pour nous de considérer que beaucoup de nos suppositions les plus fondamentales sur la réalité sont erronées. Il se peut qu’une grande partie de la solution nous regarde en face chaque matin quand nous nous voyons dans le miroir.

L’histoire de Samson et Dalila, dans la Bible, a beaucoup de vérité encodée à notre intention. Quand Dalila coupa les cheveux de Samson, Samson, précédemment invincible, fut vaincu.

Je suis certain que, la prochaine fois que vous verrez un homme aux cheveux longs, vous le considèrerez avec une vision différente, sous un nouvel angle, sous un autre jour.

 

sensibilite Cheveu long verite cortex

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

 

Cyberboutique VOGOT