Anastore.com

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT
  • Images 2 Twitter 01  Google logo Logo viadeo Linkedin logo recruiting 300x300 Images 3  Logo 8
  • VOGOT

    Mieux voir pour mieux vivre

    Des yeux pour regarder, un regard pour voir... Et si nos yeux n'étaient pas seulement là pour appréhender le monde mais pour le créer ? Et si nos problèmes de vue n'étaient en fait que des signaux de notre corps nous invitant à regarder autrement pour voir autrement ? Et si mon regard me permettait de changer ma vue, ma vie ?

    Lorsque nous naissons, nous sommes simplement un conscience, un esprit. Cette conscience que nous sommes se manifeste alors spontanément. Que le bébé soit heureux ou malheureux, il se laisse tel qu'il est !

    Puis grâce a nos expériences et à notre mental, nous apprenons que nous sommes un garçon ou une fille... Et à travers nos expériences, nos croyances, nous nous définissons.

    Nous créons progressivement autour de nous un niveau d'être avec lequel nous avons tendance à nous identifier et parfois à nous perdre. Ce niveau d'être est généralement appelé "personnalité". Elle reflète le degré auquel nous nous définissons suite à des croyances ou à des expériences passées.

     Toutes nos croyances configurent alors autour de nous (en tant qu'esprit, conscience individualisée), comme une bulle, comme un filtre de perception à travers lequel nous regardons le monde, sans en avoir nécessairement conscience. En fonction des croyances qui la composent, cette bulle aura une certaine couleur.

    Imaginons une personne dans une bulle rose (croyant donc que le monde est "rose") entrain de regarder le monde... Que voit-elle ? Un monde "rose" !

    Et maintenant, imaginons une personne dans une bulle "grise"... Que perçoit-elle alors qu'elle regarde le monde ? Un monde "gris" ! Et en plus, toutes les informations lui parvenant valident que le monde est "réellement gris" puisqu'elles ont été distordues par ce filtre gris.

    Supposons maintenant que ces deux personnes, dans des bulles de couleurs différentes, choisissent de discuter sur la "couleur" du monde. Elles auraient évidemment chacune une perception différente.

    Ainsi, nous devons reconnaître que nous ne voyons pas le monde tel qu'il est mais plutôt tel que nous croyons qu'il est ! Le monde n'est peut être ni rose ni gris...

    De plus, comme cette bulle reflète la nature de nos croyances, elle reflète aussi notre personnalité !

    Nous ne voyons donc pas le monde tel qu'il est mais tel que nous sommes nous mêmes

    Et il pourrait être intéressant de se demander si la perception que nous avons du monde est saine et, surtout, si elle nous laisse en bonne santé et heureux !

    Souvent, des personnes ont vécu des circonstances pénibles qui leur ont fait "apprendre" que le monde est un champs de bataille ou une lutte perpétuelle et c'est malheureusement ce qu'il est pour elles. Elles ne "voient" que ce qu'elles s'autorisent à voir. Elles ne "voient" que ce qu'elles croient.

    C'est ainsi que nous pouvons comprendre pourquoi et comment une façon de voir spécifique peut être associée à une manière d'être spécifique. 

     Le sens des troubles de la vision

    Nous ne développons pas nos pathologies par hasard : le corps essaye d'attirer notre attention par elles sur une manière d'être que nous avons adoptée qui n'est pas saine pour qui nous sommes par essence (en tant qu'esprit).

    De la même manière que des médecins commencent à associer des personnalités types qui prédisposent à certaines pathologies, nous associons une manière d'être spécifique aux différents problèmes de vue.

    Ainsi, si quelqu'un voit mieux de près que de loin (myopie), c'est un peu comme si cette personne s'était fermée au monde extérieur, se protégeant à l'intérieur d'un monde qu'elle perçoit menaçant.

    Il serait alors intéressant de se demander ce qu'a vécu cette personne au moment où la myopie est apparue. Y a-t-il eu un divorce, un changement d'école , un évènement qui a fait penser à cette personne qu'il valait mieux se protéger à l'intérieur ?

    Si quelqu'un voit mieux de loin que de près (hypermétropie, presbytie...), y a-t-il eu, au moment où la pathologie est apparue, un sentiment que l'autre est plus important que soi, qu'il vaut mieux donner que recevoir ?

    Si quelqu'un a une vision distordue (astigmatisme), cette personne a-t-elle développé une personnalité qui n'est pas en accord avec ce qu'elle est profondément, portant perpétuellement une sorte de masque ?

    Aussi, si nous comprenons ce que la pathologie essaie de nous dire, nous pouvons alors consciemment choisir de développer une nouvelle personnalité, de nouveaux systèmes de croyance concernant notre nature ou celle de l'univers et accéder ainsi à une nouvelle perception, une nouvelle expérience de plus grande clarté, au propre comme au figuré. Il est évident que, au-delà d'un changement de regard et d'attitudes, des techniques de yoga des yeux peuvent s'avérer très efficaces pour favoriser un meilleur fonctionnement des muscles permettant l'accommodation oculaire.

     Doutons de notre perception...

    Puisque tout ce que nous percevons dépend de la nature de notre propre bulle et donc de nos propres croyances, nous devons douter de tout ce que nous percevons. Est-ce la vraie "réalité" ou une réalité que nous avons créée ?

    ainsi, quand une personne qui a été myope regarde autour d'elle et doit prendre une décision, sa perception est automatiquement distordue par la peur, reflet de sa bulle colorée par un sentiment d'insécurité. Et, par exemple, alors que toutes ses perceptions lui affirment que sa situation est vouée à l'échec, elle doit affirmer qu'au-delà de sa perception, le succès l'attend. Que si elle se laisse être dehors telle qu'elle est dedans, cela se passera bien !

    Et c'est là où il lui faut un certain courage, une détermination à croire en ce qu'elle ne perçoit pas.

    Heureux celui qui croit sans avoir vu !

    Notre perception de l'univers étant de toute manière distordue, nous pouvons choisir de le percevoir autrement.

    C'est ainsi que nous pouvons choisir d'affirmer une nouvelle perception, par un regard nouveau posé consciemment sur nous-mêmes, une personne ou même une circonstance.

    Le "problème" est que nous devons croire en quelque chose que nous ne voyons pas ! Et c'est là où ce n'est pas toujours facile. Mais, "Heureux ceux croient sans avoir vu", nous a-t-on dit !

    Bien sûr, puisque ce que nous voyons est la résultante de nos croyances, pas nécessairement optimale pour qui nous sommes ou pour qui nous avons envie de devenir !

    Dans l'exemple précédent de la personne myope ayant perçu l'échec, elle pourra alors consciemment dire à la peur "Vade rétro, Satanas... Arrière Satan !", c'est-à-dire : "Je te vois, la peur, me tenter en me proposant des limites mais je choisis de ne pas croire en toi ! Je sais où tu peux me mener et je ne te donne plus le pouvoir de prendre pour moi mes décisions..."

    Nous allons ainsi réaliser le pouvoir créateur colossal que nous avons en nos yeux et notre regard ! Un nouveau regard consciemment projeté sur nous-mêmes, sur une personne ou sur une circonstance va nous permettre de nous transmuter, de la transmuter ! De cette manière, nous ne subissons plus l'Univers ! Nous ne sommes plus victimes de l'univers mais créateurs de notre propre expérience ! Nous rentrons ici dans l'expérience directe de la métaphysique. Nous expérimentons alors consciemment de quelle manière, à travers nos peurs, nos désirs et nos croyances, notre réalité qui finit par se densifier, par se matérialiser.

    Nous pourrons alors réaliser et voir comment chaque être autour de nous fait de même. Nous comprendrons ainsi que ce qui se passe dans une circonstance n'est pas dû au hasard ou à une coïncidence. Nous verrons qu'elle est la résultante des peurs, désirs, croyances projetés par chacun des différents "co-créateurs" de cette circonstance. 

    Voir le monde autrement

    Nous pouvons choisir de percevoir d'autres motivations dans l'action qui a été faite et, à travers cela, nous sentir mieux.

    Ainsi, l'univers "tourne" autour de nous. Tantôt il nous arrive de belles choses, tantôt de mauvaises. Mais sont-elles réellement "mauvaises" ou est-ce simplement notre perception ?

    Nous pouvons donc choisir de douter de notre perception et la changer si elle ne nous rend pas heureux(se). L'important au final n'est pas réellement ce que nous croyons mais plutôt de savoir si ce en quoi nous croyons nous laisse heureux et en bonne santé.

    Nous pouvons toujours choisir un "autre regard". Pour cela, il nous faut apprendre à prendre un peu de recul sur nous-mêmes, à devenir observateurs de nous-mêmes et à nous demander si ce que nous pensons, disons ou faisons est juste et bon concernant ce que nous sommes ou ce que nous avons envie de devenir.

    Regardez... et vous verrez ! Bonne route vers de plus en plus de clarté, de lucidité et de perception de le perfection !

    1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

     

    Anastore.com

     

    ×