CYBERBOUTIQUE VOGOT

Des prix barrés TOUTE L'ANNEE

De nombreuses promotions vous attendent

SITE ENTIÈREMENT SÉCURISÉ

VOGOT VOGOT

Nettoyez votre foie avec des produits naturels approuvés

  • Par vogot
  • Le 30/08/2018
  • Commentaires (0)

Il neutralise les toxines, épure les déchets de l'organisme et préside à la bonne activité du cerveau, du cœur ou de la thyroïde. Il souffre le plus des polluants, des pesticides, des additifs, des toxines et des sucres auxquels nous sommes confrontés tous les jours ? Pourtant, c'est un organe que l'on malmène souvent. Qui est-ce ?

Vous l’avez surement deviné : c’est le foie. Puisqu’il est directement responsable de la dégradation des substances toxiques pour l’organisme, c’est lui qui est en première ligne.

Et aujourd’hui, son incroyable capacité à se régénérer ne suffit plus à le garder en bonne santé. Plus de 30 % des occidentaux souffrent de pathologies du foie et tout indique que l’épidémie ne fait que commencer. Le problème, c’est que sans un foie en bonne santé, l’organisme ne peut pas fonctionner correctement.

C’est une chose que vous avez déjà remarquée puisque vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir le « nettoyer » régulièrement. Et malheureusement, cela n’a pas échappé non plus aux vendeurs de rêves : on trouve un nombre incalculable de produits naturels sur le marché de la détoxification, la plupart du temps sans la moindre explication scientifique des effets allégués, soit parce qu’ils en sont dépourvus, soit parce qu’on vous estime incapable de les comprendre.

Pourtant, les mécanismes scientifiques qui entrent en jeu lors d’un nettoyage du foie sont très accessibles et je vais vous le prouver.

Les aliments que votre foie n’aime pas

Les céréales blanches

Le pain, les pâtes, les biscuits à la farine blanche, le riz... doivent être abandonnés car ils entraînent une hausse rapide et brutale des taux de glucose et d'insuline dans le sang, suivis d'une chute de ces taux tout aussi rapide. Au fil du temps, cet "effet montagnes russes" provoque une résistance à l'insuline qui détériore le foie.

Les acides gras trans

Ils sont présents dans nombre de produits transformés, de pâtisseries, d'aliments frits : les acides gras trans favorisent la formation de fibrose, des tissus cicatriciels qui, petit à petit, prennent la place des cellules du foie endommagées. Or la fibrose peut provoquer de graves complications : la cirrhose, voire le cancer du foie.

Le sodium

Chez les personnes ayant déjà un foie mal en point (hépatite ou maladie du foie gras par exemple) consommer trop de sodium ne fait qu'aggraver les dommages causés à cet organe. Pour réduire votre consommation de sel, remplacez-le par des aromates dans l'eau de cuisson des légumes ou sur la viande, ou par du citron sur le poisson. Pensez aussi aux épices, qui ont en outre des effets bénéfiques sur le foie du fait de leurs propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

L'alcool

Vous pouvez sans souci boire un verre de vin rouge de temps à autre. En revanche, une consommation excessive d'alcool aura des effets délétères sur votre foie. Ne dépassez pas un verre d'alcool par jour pour les femmes et deux verres pour les hommes.

Le fructose

Vous avez sans doute cette image du foie qui bataille à longueur de journée contre des milliers de toxines différentes. C’est une image assez juste mais elle occulte le rôle dévastateur d’une molécule bien précise, qui a longtemps gardé une bonne image auprès du grand public : le fructose.

Le fructose est un glucide présent naturellement dans les fruits : il se distingue du glucose qu’on trouve dans tous les types de plantes.

Jusqu’à très récemment, notre consommation de fructose était relativement faible mais la découverte du sucre moderne (une association du glucose et du fructose) et la conversion industrielle du glucose en fructose (abondamment utilisée par l’industrie agroalimentaire) ont inondé nos organismes de cette molécule très édulcorante.

Or, le fructose n’est utilisé que par le foie et son absorption ne subit aucun contrôle. C’est tout le contraire du glucose, utilisé par toutes les cellules et dont les excès sont amortis par l’insuline.

Cette absorption illimitée entraîne des conséquences tragiques pour le foie. En vérité, il est rapidement dépassé par ce type de glucide loin d’être indispensable pour l’organisme, et doit se résoudre à le stocker sous forme de cellules graisseuses (lipogenèse). Ce faisant, il sécrète en même temps des VLDL, de grosses molécules qui transportent les graisses et qui se transforment dans le sang en « mauvais cholestérol ». Attention, là aussi il y aurait beaucoup à dire sur le mauvais et le bon cholestérol, mais ce n'est pas le sujet qui nous préoccupe dans cet article.

Avec le temps, le foie se gorge de graisses, au point de provoquer une inflammation chronique et de perturber son fonctionnement.

Le cercle infernal causé par l’inflammation du foie

Dans le foie, la réaction inflammatoire est une sorte d’alerte. Elle indique à l’organisme que quelque chose a été abîmé et qu’il faut réagir au plus vite, en l’occurrence remplacer les éléments dégradés par de nouveaux composants tout neufs : c’est la capacité de régénération bien connue du foie.

Mais si les éléments perturbateurs persistent, par exemple en cas d’alcoolisme ou d’excès de fructose à long terme, l’inflammation devient chronique : l’organisme ne s’arrête plus de synthétiser de nouveaux composants pour remplacer les cellules endommagées. C’est un vrai problème car la fabrication est plus rapide que la dégradation : des composants cellulaires finissent inévitablement par s’accumuler entre les cellules, réduisant les échanges et isolant peu à peu les cellules les unes des autres.

On appelle ce phénomène la fibrose hépatique. C’est un phénomène irréversible particulièrement destructeur. Elle diminue la capacité du foie à se débarrasser des toxines et expose les cellules du foie à des substances oxydantes qui aggravent le phénomène.

Pour rétablir la pleine intégrité du foie et enrayer le phénomène, il est donc possible d’agir sur plusieurs étapes que je viens de décrire :

  • la lipogenèse (formation de nouvelles cellules graisseuses par le foie) ;

  • l’inflammation du foie ;

  • la fibrose hépatique ;

  • les dégâts oxydatifs des cellules du foie ;

  • la réparation des dégâts (régénérescence du foie).

Ces étapes constituent justement les mécanismes d’action de  produits naturels que j'ai sélectionné pour vous.

1) La Silymarine

C’est probablement le meilleur produit naturel pour « nettoyer » son foie. L’extrait de chardon-Marie ou silymarine (Silybum marianum) jouit d’une excellente réputation et son utilisation à long terme est considérée comme tout à fait sûre.

3 mécanismes d’action principaux lui sont attribués :

  • Elle protège les cellules du foie en stabilisant leurs membranes cellulaires et en contribuant à les perméabiliser.

  • Elle empêche le foie de former de nouvelles cellules graisseuses en réduisant notamment l’expression de plusieurs gènes (SREBP-1c, LXRβ et FAS), très stimulés par l’alimentation riche en fructose et indéniablement impliqués dans le stockage des graisses au cœur-même du foie.

  • Elle contribue au système antioxydant de l’organisme.

Tous ces effets résultent d’une cascade complexe de signaux intracellulaires. Si vous souhaitez en profiter, vérifiez bien que les suppléments de sylimarine contiennent au minimum 30 % de silybine comme c’est le cas de Chardon-marie : il s’agit du principe actif le plus important.

2) La curcumine

Elle n’est pas spécialement connue pour améliorer les problèmes de foie et pourtant les faits sont là. Son mécanisme principal repose sur l’inhibition de l’inflammation du foie et sur sa contribution au système antioxydant.

Elle diminue les niveaux de plusieurs molécules qui propagent l’inflammation (on parle de cytokines pro-inflammatoires) comme le facteur TNF-α et l’Interleukine-1, mais aussi les chimiokines, ou les protéines de la phase aigüe produite par le foie comme le CRP (C-Reactive Protein).

En parallèle, elle diminue le statut oxydant total, c’est-à-dire le niveau d’agressivité et le nombre des toxines, tout en augmentant l’activité de la Glutahtione Péroxydase, un antioxydant produit naturellement par l’organisme.

Là encore, pour en profiter, privilégiez davantage les suppléments de super curcuma qui a une teneur forte en curcuminoïdes. Ici je parle de 95% de curcumine, contrairement au curcuma alimentaire qui n'en contient que de 3 à 5% environ, parfois moins.

3) Les polyphénols et la quercétine

Comme la curcumine, les polyphénols de thé vert ou de raisin Powergrape (notamment l’acide chlorogénique, les épicatéchines, les rutines et les hyperosides) et la quercétine du sophora japonica modulent l’inflammation du foie et le stress oxydatif en inhibant certaines cytokines pro-inflammatoires (TNF-α, IL-1 et IL-6) et augmentant l’activité des antioxydants produits par l’organisme. Ils semblent même jouer un rôle supplémentaire dans la réparation des dommages infligés aux mitochondries des cellules du foie. Vous pouvez retrouver ces principes actifs dans la formule REDOX.

4) La racine d'ashwagandha

L'ashwagandha s’avère importante pour favoriser une digestion facile. D’une part en apaisant le système nerveux, car le mauvais stress interne est surement le premier facteur de dysfonctionnements digestifs, estomac, foie, intestins ; et d’autre part, en apportant des oligo-éléments et antioxydants favorables à une digestion facile.

Et comment s’y prend-il ? Une étude récente a montré que la plante empêchait la maturation d’un gène (SREBP1c) décisif dans le processus de la lipogenèse du foie (formation de triglycérides et de cellules graisseuses). Ce faisant, elle contribue à rendre le foie moins gras et plus fonctionnel. Dans une étude de 60 jours portant sur des adultes souffrant de stress chronique, le groupe qui prenait la plus forte dose d’ashwagandha (9% de whitanolides) a constaté une diminution de 17 % du cholestérol LDL et de 11 % des triglycérides, en moyenne.

5) Le resveratrol

Produit par les plantes (notamment la renouée du Japon) pour se protéger des dommages oxydatifs, le resveratrol semble jouer un rôle bien plus étendu une fois introduit dans les organismes animaux.

Son rôle est bénéfique vis-à-vis du métabolisme lipidique, des marqueurs de l’inflammation hépatique et de l’intégrité des cellules du foie. Comme la racine d'ashwagandha, il influe sur l’activité du gène SREBP1c impliqué dans la synthèse de triglycérides. C’est donc une piste thérapeutique plutôt complète. Couplé à l'OPC de raisin (Oligomeric Proanthocynadins Complexes qui sont des bioflavonoïdes ou antioxydants produits par les plantes), il renforcera l'activité sur les sirtuines, des protéines impliquées dans l’augmentation de l’espérance de vie de nombreux organismes…Je vous recommande cette formule Resveratrol et OPC de raisin.

6) Autre formule

Et si vous ne savez pas quel produit naturel choisir parmi ceux-là, vous pouvez aussi opter pour des formules comme Formule Detox qui contient de la cynarine et d’autres produits que je n'ai pas pu citer comme l’extrait de feuilles d’artichaut, le pissenlit (dent de lion), l'aloe vera ou la damiana.

 

vogot effets naturel alimentation foie

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

 

Cyberboutique VOGOT

 

×